La planification sectorielle pour dynamiser l’emploi les jeunes



La planification sectorielle pour dynamiser l’emploi les jeunes
Malgré des performances économiques, le Maroc est en butte à la persistance des dysfonctionnements au niveau du marché du travail. Actuellement, la situation présente une configuration marquée par d’importants déséquilibres qui se manifestent avec plus ou moins d’acuité à tous les segments de ce marché. Selon «Perspectives économiques en Afrique», le pays fait face à un problème structurel de chômage. Nonobstant la création annuelle de 156 000 postes d’emploi, le taux de croissance économique moyen (des dix dernières années) s’est avéré insuffisant pour absorber l’arrivée des nouveaux diplômés sur le marché du travail. Certaines données sur la situation de l’emploi montrent en effet que le chômage affecte plus particulièrement les populations en milieu urbain, les jeunes générations accédant pour la première fois au marché du travail, les jeunes diplômés, la population féminine et les catégories sociales marginalisées.
Cette situation qui persiste depuis plusieurs années et tend même à s’amplifier résulte de la conjonction de facteurs défavorables agissant tant du côté de l’offre que de la demande. Pour y remédier, l’option est prise pour des politiques publiques volontaristes, afin de faciliter l’insertion des chômeurs et stimuler l’entrepreneuriat. La difficulté des jeunes chômeurs à s’insérer dans le marché de l’emploi repose principalement sur l’inadéquation entre l’offre de formation et les besoins du marché du travail. En fait, explique-t-on, la plupart de ces jeunes diplômés envisagent difficilement leur avenir en dehors de la fonction publique. Dans ce contexte, rappellent les mêmes sources, «les autorités marocaines ont engagé une réforme ambitieuse de l’enseignement supérieur pour aligner les filières de formation proposées sur les besoins du secteur privé». . Tout comme les pays voisins, le Maroc est donc confronté à un épineux problème structurel de chômage.
Malgré une tendance baissière du taux de chômage déclaré au niveau national de 11,6 % en 2002 à 8.9 % en 2011, celui-ci reste particulièrement élevé parmi les jeunes de 15 à 24 ans avec un taux de 17.6 % au niveau national et de 31,3 % au niveau urbain en 2011. Certes, reconnaît-on, l’Afrique du Nord affiche, depuis une dizaine d’années, une croissance supérieure au taux mondial. Cependant, de vastes pans de la population, en particulier les jeunes, se sont retrouvés laissés-pour-compte. Malgré une croissance récente solide, la création d’emplois n’est pas suffisante pour donner du travail à tous les jeunes qui entrent sur le marché du travail. Quelques pays comme le Maroc et l’Algérie sont parvenus à une création d’emplois plus forte que la croissance de la population active globale. Quoi qu’il en soit, dans tous les pays de la région, la situation est bien plus difficile pour les jeunes. Au Maroc, le chômage des jeunes s’explique par le manque d’esprit entrepreneurial et par l’inadéquation formation/emploi. Aussi, pour colmater les brèches du chômage, la stratégie a-t-elle porté sur deux piliers. Primo, une croissance économique plus forte, au-delà des 6 % annuel, afin de générer suffisamment d’opportunités d’emploi.
Secundo, la mise en œuvre d’une série de politiques volontaristes de facilitation de l’emploi salarié et de l’auto-emploi. Développée depuis le début des années 2000, la planification sectorielle se voulait, elle, dynamiser l’économie marocaine afin de développer des secteurs économiques à plus haute valeur ajoutée. Dans cette foulée, chaque initiative sectorielle prend spécifiquement en compte l’objectif de création d’emplois. En filigrane, les politiques de promotion de l’emploi se sont articulées autour de la facilitation de l’insertion professionnelle, l’adéquation formation-emploi et la promotion de l’entrepreneuriat. Cependant, d’autres mesures structurelles, touchant notamment au droit du travail, devront être mises en place pour favoriser la création d’emplois.
Modifier la préférence pour l’emploi dans le secteur public s’avèrera difficile, tant que le privé ne sera pas en mesure d’offrir la même stabilité d’emploi et les mêmes avantages sociaux. Les mesures envisagées pour améliorer le code du travail et le projet pilote d’allocation pour perte de travail pourraient promouvoir cette tendance. Le développement de l’esprit d’entreprise pourrait également être encouragé par l’amélioration du cadre des affaires et du cadre juridique, l’instauration d’une sécurité sociale et la réduction des entraves administratives notamment. Le maintien des plans sectoriels devrait pousser le modèle économique marocain vers une économie à même de créer des emplois pour les jeunes. Encore faut-il que le système éducatif soit en mesure de former les ressources humaines attendues par une économie compétitive.

De la diversification de l’offre de formation
Depuis leur lancement en 2007, les programmes Idmaj et Taehil ont permis l’insertion de 228 000 et 50 335 chercheurs d’emploi respectivement. Le programme Moukawalati a permis la création de 3 315 entreprises et environ 10 000 postes d’emploi. Ces résultats restent en dessous des objectifs escomptés, notamment, pour le programme Moukawalati dont la mise en œuvre a été compromise par la carence de la culture entrepreneuriale, le manque d’encadrement des jeunes porteurs de projets. Par ailleurs, les jeunes lauréats marocains n’ont ni les compétences, ni les aptitudes requises par le secteur privé. Ainsi, en complémentarité avec la stratégie de promotion de l’emploi, le gouvernement a engagé une profonde réforme du système de l’enseignement supérieur, encadré par le Programme d’urgence (2009-12), visant à développer des filières qui répondent mieux aux besoins du secteur privé. Cette réforme propose la diversification de l’offre de formation.

Abdelali Boukhalef, Le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière