La fonction 'Comptabilité' au sein de l'entreprise



La comptabilité est le recensement et la mesure des flux, des faits matériels, juridiques et économiques d’une entreprise.
C’est une technique quantitative de collecte de données, de traitement et d’interprétation de l’information chiffrée qui circule au sein d’une entreprise.

OBJECTIFS
La comptabilité est un outil de gestion dans la mesures ou elle permet d’une part d’évaluer et de contrôler l’entreprise et d’autres part elle permet a l’Etat de connaître le bénéfice fiscal servant de base au calcul de l’impôt sur les bénéfices (I.S), ainsi elle permet aux tiers (dirigeants, propriétaires et partenaires de l’entreprise) de mesurer sa solvabilité (capacité à payer ses dettes), sa rentabilité (capacité à dégager des bénéfices) et sa valeur patrimoniale.

De plus, la comptabilité est un instrument d’aide à la décision et un moyen de preuve.
L’enregistrement d’une façon régulière des opérations économiques et financières effectués permet à l’entreprise de garder les traces de celles –ci et retrouver leurs origines par documents.

Afin d'atteindre ces objectifs, la comptabilité générale dispose de certains moyens : les comptes.
Les comptes d’une entreprise peuvent être classés en deux catégories :

- les comptes de gestion, retraçant l’influence d’une opération sur le résultat de l’entreprise (classe 1, 2, 3, 4,5)
- les comptes de bilan ou de situation, retraçant les opérations dans leur influence sur le patrimoine de l’entreprise (classe 6, 7,8)

TECHNIQUES COMPTABLES
Il existe plusieurs techniques comptables, les plus pratiquées sont la comptabilité simple, dite comptabilité de «caisse»et la comptabilité en partie double.
La première est basée sur la distinction des recettes et des dépenses et la détermination d’un solde entre le total des dépenses et le total des recettes .ce type de comptabilité ne peut convenir qu’à des particuliers ou des entreprises dont les événements économiques sont très simples.
La deuxième c'est-à-dire la comptabilité en partie double est utilisée dans la comptabilité générale. Elle fonctionne sur la correspondance entre des ressources et leurs emplois : le débit et le crédit, c'est-à-dire tout mouvement ou variation enregistré dans la comptabilité est représenté par une écriture . Cette écriture prend la forme d’un tableau avec deux colonnes, la colonne débit (à gauche) et la colonne crédit (à droite) dont la somme des débits doit égales à la somme des crédits.
Généralement On subdivise les opérations en catégories correspondant à des comptes numérotés et libellés qui déterminent le plan comptable. Dans tous les cas ces plans distinguent les comptes de bilan et les comptes de résultat.

On distingue : La comptabilité privée et la comptabilité publique.
- La comptabilité publique : est basée sur les recettes et les dépenses de l’Etat et des autres collectivités publiques.
- La comptabilité privée : prend deux formes :

· La comptabilité générale : obligatoire pour toutes les entreprises et les organisations marchandes dans de nombreux pays, quand elle existe, elle est généralement fortement réglementée et contrôlée.
· La comptabilité de gestion : telle que la comptabilité analytique : elle est basée sur la comptabilité générale a fin de présenter une image économique de l’activité de l’entreprise, à des fins de gestion. Entant que telle , elle se concentre sur le compte de résultat, sur lequel elle opère quelques retraitements permettant de mettre en exergue la rentabilité des différents centres de profit de l'entreprise ou plus généralement des composants des axes d'analyse retenus (exemples : clients, circuits de distribution, etc.)
- la comptabilité nationale : c’est le recensement et la mesures des flux monétaires représentatifs de l'économie d'un pays.
La récolte des documents comptables de toutes les entreprises permet notamment de tenir cette comptabilité, mais les administrations publiques fournissent aussi beaucoup d'informations.

PRINCIPES COMPTABLES
Sept principes comptables sont retenus par le C.G.N.C (Code Général de la Normalisation Comptable) :
- Le principe de la continuité d’exploitation : Selon ce principe l’entreprise doit établir ses états de synthèse dans la perspective d’une poursuite normale de ses activités.
- Le principe de la permanence des méthodes : Selon ce principe l’entreprise doit établir ses états de synthèse en respectant les règles et méthodes d’évaluation et de présentation d’une année à l’autre.
- Le principe du coût historique: En vertu de ce principe les éléments du patrimoine restent inscrits en comptabilité à leur valeur d’entrée exprimée en unités monétaires courantes à la date d’acquisition.
- Le principe de spécialisation des exercices :Les charges et les produits sont, en vertu de ce principe, rattachés à l’exercice qui les concerne. Ils sont comptabilisés au fur et à mesure de leur apparition, compte non tenu des dates de leur encaissement ou de leur paiement.
- Le principe de prudence : Au terme de ce principe, les produits ne sont pris en compte que s’ils sont définitivement acquis à l’entreprise, les charges sont comptabilisées dés lors qu’elles sont probables, les moins values sont toujours enregistrées comme charges et les plus values constatées entre les valeurs actuelles et les valeurs d’entrée des éléments de l’actif ne sont pas comptabilisées.
- Le principe de clarté : En vertu de ce principe, les opérations et les informations doivent être enregistrées dans le les comptes et sous la rubrique adéquate, les éléments des états se synthèse doivent être inscrits dans les postes adéquats sans compensation ni entre les comptes ni entre les postes et les éléments d’actif et de passif doivent être évaluer séparément.
- Le principe d’importance significative : Selon ce principe les états de synthéses doivent révéler tous les éléments dont l’importance peut affecter les évaluations et les décisions .ces états ne doivent faire apparaître que les informations d’imporatnce significative, c’est-à-dire celles qui sont susceptibles d’influencer l’opinion que les lecteurs peuvent avoir sur le patromoine, la situation financière et les résultats de l’entreprise.

LIVRES ET AUTRES SUPPORT COMPTABLES

Tout commerçant doit obligatoirement tenir :
1- Un manuel décrivant les procédures et l’organisation comptable lorsqu’il est nécessaire à la compréhension du système de traitement et à la réalisation des contrôles .ce manuel est obligatoire pour les entreprises dont le chiffre d’affaire annuel est supérieur à 7.500.000 DH.
2- Le livre - journal : constituer par les opérations effectuées par l’entreprise et chronologiquement enregistrées, c’est un registre côté et paraphé, par le greffier du tribunal de la première instance.( la loi n ° 9-88 , article 1,2,8,22)
3- Le grand - livre : c’est un registre où se reportées toutes les écritures du livre journal selon le plan de comptes du commerçant. il est constitué par l’ensemble des comptes individuels et collectifs qui fait apparaître le solde au début de l’exercice, le cumul des mouvements « débit », celui des mouvements « crédit » , et le solde à la fin de l’exercice. (la loi n ° 9-88, article 2)
4- La balance : elle constitue le prolongement du grand livre .elle est en quelque sorte un résumé de ce dernier .les comptes du grand livre sont classés dans la balance en fonction de leur numéro.
Pour chaque compte est repris le solde de début de période, les mouvements de la période et le solde de fin de la période.
5- Le livre d’inventaire : regroupe les éléments d'actif et de passif (quantité et valeur) relevés lors de l'inventaire. Le livre d'inventaire reprend les comptes sociaux de l'entreprise :
· Le bilan annuel ;
· Le compte des produits et charges;
· Les annexes comptables ;

Il est côté et paraphé par le greffier du tribunal de première instance.

Durée de conservation :

Les documents comptables et les pièces justificatives sont conservés pendant 10 ans (la loi n°9-88, article 22)

Authentification des livres obligatoires :
· Le livre - journal et le livre d'inventaire doivent être cotés et paraphés, dans la forme ordinaire et sans frais, par le greffier du tribunal de première instance du siège de l’entreprise (la loi n ° 9-88, article 8).
· Les livres obligatoires doivent être tenus sans blanc ni altération d'aucune sorte (la loi n ° 9-88, article 22).

Les documents comptables sont établis en monnaie nationale (la loi n ° 9-88, article 22).

Entreprendre.Ma


      Petites annonces | Boutique | Enseignement supérieur | Freelance    
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière