La SFI et le CMPP s’associent pour promouvoir la production propre

Le Centre marocain de production propre et la Société financière internationale encouragent les entreprises à adopter des pratiques respectueuses de l’environnement, en signant une convention de partenariat pour la mise en place de trois projets.



La SFI et le CMPP s’associent pour promouvoir la production propre
Le Centre marocain de production propre (CMPP) et la Société financière internationale (SFI), membre du Groupe de la Banque mondiale, se mettent au partenariat pour inciter et appuyer les entreprises à adopter des pratiques respectueuses de l’environnement, dans le cadre d’un effort plus large visant à lutter contre les changements climatiques et conserver l’énergie. En effet, ces deux institutions ont signé hier au siège de la CGEM à Casablanca, une convention de partenariat qui consiste en la mise en place de trois projets cofinancés par le SFI, avec une enveloppe de 950 000 DH.
Le premier projet porte sur l’étude d’analyse des pratiques de la production plus propre pour l’identification d’une feuille de route pour les secteurs industriels clés. Le deuxième projet pilote profite au secteur industriel et vise la mise en place de solutions de production plus propre, alors que le troisième porte sur l’identification et la mise en place de technologies de production propre dans une zone industrielle. Objectif : montrer aux entreprises comment économiser l’eau, réduire les déchets, limiter les émissions de gaz à effet de serre et accroître l’efficacité énergétique, a-t-on précisé lors de la signature de cette convention. Pour commencer, cette convention profitera d’abord, fait-on savoir à cette occasion, aux producteurs et conserveries de poisson et à des entreprises sises dans un parc industriel à Casablanca. À cet effet, le CMPP a signé deux conventions de partenariat avec les partenaires bénéficiaires des deux projets pilotes. Il s’agit de l’association des opérateurs économiques des zones industrielles de Sidi Bernoussi «IZDIHAR» à Casablanca, qui fédère trois zones industrielles, et l’Union nationale des Industries de la conserve de poisson (UNICOP).
Par cette initiative, le CMPP compte raffermir davantage l’orientation vers la production propre et montrer que l’économie verte n’est plus un luxe, a affirmé le président du CMPP, Said Mouline. «Nous aidons et encourageons depuis 10 ans les entreprises à mettre en œuvre des pratiques de production et des technologies propres», a déclaré Hanan Hanzaz, directrice du CMPP. Créé dans le cadre d’un partenariat public privé entre la CGEM et les ministères de l’Industrie et de l’environnement, le centre a pour mission d’assister les entreprises marocaines dans l’adoption des technologies propres et des systèmes de management. Le CMPP fait partie du réseau international des centres de production plus propres mis en place dans le cadre du programme conjoint de l’Organisation des nations unies pour le développement industriel (ONUDI) et du Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). De son côté, la SFI se propose de mettre sa longue expérience dans le domaine de l’efficacité énergétique au profit des entreprises marocaines. «La SFI jouit d’une grande expérience en matière d’efficacité énergétique (…). À travers le partenariat avec le CMPP, nous espérons apporter notre expertise et appui aux entreprises marocaines pour les aider à identifier et pallier les risques financiers liés au changement climatique», a souligné Joumana Cobein, chef du bureau de la SFI au Maroc. Il est à noter que la Société financière internationale favorise la croissance économique durable des pays en développement en finançant les investissements du secteur privé, en mobilisant des capitaux des marchés financiers internationaux et en fournissant des services-conseils aux sociétés et gouvernements.

Association IZDIHAR
L’association IZDIHAR, qui a été créée en 1997, fédère les zones industrielles d’Ahl Loghlam, de Sidi Bernoussi, de Sidi Moumen, de Karia et de Beaulieu. Installé sur une superficie de 1 000 ha, le parc compte près de 600 unités industrielles, dont 10% des 500 plus importantes entreprises du Maroc. Il génère 50 000 emplois directs et près de 150 000 emplois indirects, d’après M’Hamed Younes Lahlou, président de l’Association. Avec 10% des 500 plus grandes entreprises nationales, les zones industrielles de Sidi Bernoussi génèrent un chiffre d’affaires de 63 milliards de DH, soit plus de 8% du PIB du Maroc et 30% du PIB de la région du Grand Casablanca.

Repères
  • Avec une disponibilité importante de la matière première (principalement sardine, maquereau, anchois) le long des côtes atlantiques du Sud, le chiffre d’affaires à l’export de la conserve de poisson a atteint en 2010, plus de 3,8 milliards de DH pour un tonnage exporté de 128 320 tonnes.
  • La sardine représente 90% des exportations de conserves. L’offre de conserves de sardines se décline en une vingtaine de produits : des sardines entières, des sardines sans arête et sans peau et les filets de sardines. Les variantes sont l’huile végétale, l’huile d’olive, l’huile pimentée, l’huile et la tomate, l’huile nature et l’huile au citron.

Lahcen Oudoud, LE MATIN


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière