La CGEM présente ses propositions d'amendements relatifs au PLF 2013



La CGEM présente ses propositions d'amendements relatifs au PLF 2013
La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a présenté à l'institution législative un ensemble de propositions d'amendements relatifs au projet de loi de Finances (PLF) 2013 défendant notamment les PME et les salariés, et ce en prenant attache avec l'ensemble des groupes parlementaires, aussi bien de la majorité que de l'opposition.
«Consciente des contraintes budgétaires que traverse le Maroc à l'heure actuelle, la CGEM, dans une démarche responsable, a veillé à ce que ses propositions, notamment celles concernant la contribution au Fonds de cohésion sociale, n'affectent pas les ressources budgétaires prévues», indique la Confédération lundi dans un communiqué, ajoutant qu'elle a même proposé d'augmenter les ressources de l'Etat tout en épargnant les revenus salariaux.
Ainsi, en lieu et place d'une ponction sur les salaires, l'organisation patronale propose plutô t d'augmenter la contribution des grandes entreprises qui réalisent un bénéfice égal ou supérieur à 100 MDH, pour la porter à 2% de leur résultat au lieu de 1,5%, tel que proposé par le PLF, explique la même source.
Dans la même optique, la CGEM se dit attachée à défendre les intérêts de la PME, à combattre l'informel et à pousser à la transparence, en recommandant de relever à 1 MDH le seuil de bénéfices donnant lieu à un Impôt sur les sociétés (IS) réduit et en proposant que les bons contribuables ne soient pas exclus de «l'amnistie fiscale» prévue. 
Un souci d'équité qui se traduit également par des mesures proposées par la Confédération, comme la déductibilité fiscale des nouvelles taxes créées, l'application de la taxe écologique sur les importations plutôt que sur la production industrielle locale, ou encore la différenciation en matière de taxe spéciale, entre ceux qui investissent lourdement et ceux dont l'activité ne requiert pas de capitaux lourds, relève le communiqué.
La CGEM indique également avoir proposé l'instauration d'un crédit d'impôt pour la recherche et le développement et la mise en place d'un abattement pour l'imposition des plus-values à long terme.
Selon la même source, la Confédération «s'attachera à jouer son rôle, en demeurant une force de propositions et un partenaire solide pour le gouvernement et pour les partenaires sociaux, la conjoncture actuelle nécessitant, plus que jamais, une mobilisation de tous, acteurs publics et privés en vue de soutenir la dynamique économique du pays».

MAP


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière