La Bourse retrouverait-elle la forme?



La Bourse retrouverait-elle la forme?
Hasard du calendrier ou pure coïncidence. Le plan de communication positive que s’apprête à lancer l’Association professionnelle des sociétés de Bourse (APSB) tombe à pic dans ce contexte difficile. Le secteur peaufine un plan stratégique de communication sur 6 mois voire un an, pour «vulgariser les métiers de la Bourse de manière générale». Selon nos informations, la CGEM et les grands émetteurs (AWB, ONA, SNI, CDG, Addoha, Alliances, Saham,…) soutiennent fortement cette initiative. Dans le vent de panique qui semble avoir pris, à tort, le marché, les sociétés de Bourse sont, il est vrai, au front-office.

L’enjeu d’une telle opération-dispositif est de «faire prendre conscience aux investisseurs du rôle des professionnels de la bourse». Ce plan de communication fait suite à d’autres mesures, cette fois-ci initiées par les autorités du marché et la Bourse de Casablanca, pour réinstaurer la confiance. Depuis vendredi dernier, les ordres hors limite ont systématiquement été éliminés. De plus, «l’identité des sociétés de Bourse sera systématiquement intégrée dans les écrans de contrôle, question d’éviter tout abus». Cette décision, qui devrait être effective sous peu, intervient dans un environnement, rappelons-le, marqué par l’affaire CFG. La banque d’affaires avait été accusée de manipulation de cours et de flagrant délit. Sur le sujet de la moralisation, le CDVM vient de faire un rappel à l’ordre pour réaffirmer les sanctions encourues en cas de vente à découvert.
Pour atténuer les tensions existantes aussi bien sur les marchés national qu’internationaux, des actions ont été menées. A l’image de la décision prise dernièrement par les ministres des Finances des pays du G7 qui consiste à venir en aide à toute banque en difficulté. Sur le plan national, ce sont les banques, elles-mêmes, qui donnent l’exemple. La BMCE vient en effet de boucler un emprunt obligataire à caractère perpétuel de 1 milliard de DH en dépit du contexte. «L’opération s’est passée dans les meilleures conditions grâce à la forte confiance des investisseurs», se réjouit Khalid Nasr, vice-président de BMCE Capital. Et d’ajouter, «avec un objectif triple, portant sur le renforcement des fonds propres à moindres coûts, financement de son expansion nationale et internationale». Preuve de la confiance de la banque dans le marché actuel qui reprend petit à petit des couleurs.

--------------------------------------------------------------------------------

Retour au vert

La Bourse a débuté la semaine en pleine forme, après avoir flirté avec ses plus bas niveaux dernièrement. En témoigne le comportement des indices qui s’inscrivent dans un trend haussier. Le Masi réalise un bond de 4,56% pour clôturer à plus de 12.517 points. Encore mieux pour le Madex qui réalise un accroissement de 4,66% et termine à 10.295,22 points. Cela porte leurs performances annuelles respectivement à -1,40 et -1,62%. La capitalisation boursière, elle, s’apprécie à près de 601 milliards de DH. Sous l’embellie générale, le volume du marché est relativement élevé, il dépasse 757 millions de DH totalement réalisés sur le marché central. Côté variations, Maroc Leasing, ONA, Samir, Managem et Matel se sont démarqués du lot, en affichant une variation de 6% à respectivement 312,75; 1.590; 689; 333,90 et 287,25 DH. Au niveau des plus faibles variations, Auto Nejma qui a été chahutée perd -5,97%% à 2 742,00 DH, suivie de Delattre Levivier qui se déprécie de 5,65% à 651 DH. Le marché, quant à lui, a achevé la séance sous de bons auspices. En forme moyenne, le marché est porté par le titre AWB avec plus de 111 millions de DH. L’action gagne 1,71% à 298 DH. Itissalat Al-Maghrib n’est pas en reste. Le titre réalise un bond de 5,45% à 174 DH dans un volume de 106 millions de DH (le second de la séance). Dans le top 3 des volumes, Addoha (105 millions de DH) s’apprécie de 6% à 145,20 DH. Les valeurs mobilières reprennent, elles aussi, des couleurs. CGI et Alliances gagnent toutes deux 5,62 et 5,90% à respectivement 2.049 et 826 DH pour des volumes de 66 millions de DH pour la première et 26 millions pour la seconde. Concernant les autres valeurs bancaires, BMCE, acteur majeur dans cette remontée des cours, croît de 4,98% à 295 DH dans un volume de 53 millions de DH. BCP surfe également sur la vague de la remontée. Le titre prend 5,32% à 2.475 DH dans un volume de 21 millions de DH. Pour ce qui est des sociétés de de portefeuille, l’ONA réalise un volume de 21 millions de DH. Pour rappel, le titre gagne 6% à 1.590 DH. Au contraire, SNI ne suit pas, le titre stagne à 1.820 DH dans un volume d’échange de 52 millions de DH. Enfin Delta Holding se fortifie de 4,48% à 82,50 DH dans un volume de 18 millions de DH.


l`economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière