La BERD met en exergue la résilience de l’économie marocaine

Selon la BERD, les économies du Maroc, de la Tunisie, de l’Égypte et de la Jordanie ont pâti des revers de conjoncture récents. Mais tous ne sont pas logés à la même enseigne, le Maroc restant assez bien loti.



La BERD met en exergue la résilience de l’économie marocaine
Les aspects dépressifs à l’international ont acculé l’ensemble des instituts de conjoncture à revoir leur copie et à ajuster la croissance à la baisse. La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), dont les activités ont été récemment étendues pour inclure l’Égypte, le Maroc, la Tunisie et la Jordanie, vient ainsi de publier un nouveau rapport sur les perspectives économiques régionales, en particulier en zone MENA (Afrique du Nord et Moyen-Orient). Pour ces pays, dans lesquels la BERD projette d’investir un milliard d’euros entre 2012 et 2013, la reprise de ces économies montre des signes de faiblesse. Dans l’analyse de la banque, publiée le 25 juillet, on estime que «les économies de la Tunisie, de l’Égypte, du Maroc et de la Jordanie ont pâti du recul du tourisme, des investissements directs étrangers (IDE), des échanges commerciaux et de l’attentisme observé par les investisseurs, du moins sur le court terme». Le document indique que dans les pays où la Banque investit déjà, le ralentissement de l’économie sera plus prononcé que prévu en 2012 et en 2013. D’une manière générale, cette région est toujours touchée par la crise de la zone euro.

Au Maroc, la BERD s’attend à un ralentissement de la croissance en 2012, en raison des liens étroits qu’entretient le Royaume avec la zone euro. La croissance réelle du PIB est tombée à 2,8% au cours du premier trimestre, creusant encore le déficit de la balance courante durant ce trimestre. Mais il faut préciser que les ondes de choc de l’environnement international ont été relativement amorties jusqu’à présent et semblent, pour le moment, préserver le comportement de certaines variables de l’économie nationale. Avec une tendance relativement favorable des investissements et un certain rattrapage de la consommation des ménages, la déconvenue conjoncturelle demeure donc moins prononcée par rapport aux pays traités par la BERD.

Le levier de la demande interne

Au chapitre de la demande globale et en regard du comportement de l’offre interne, les investissements publics et privés devraient jouer le rôle de principal ressort de la croissance.
Selon le ministère de l’Economie et des Finances, l’effort d’investissement se poursuit, en ligne avec la hausse de la valeur des importations des biens d’équipement industriel de 4,5% à fin mai 2012. Les dépenses d’investissement du budget de l’État se sont établies à 20,4 milliards de DH à fin
juin 2012.

Quant aux recettes des investissements et prêts privés étrangers, elles ont atteint 14,3 milliards de DH, en hausse de 5,4% en glissement annuel, témoignant par là de la continuité de la confiance des investisseurs étrangers dans l’économie marocaine. Par ailleurs, la Commission interministérielle des investissements a approuvé, lors de sa réunion du 28 mai dernier, 35 projets d’investissement pour un montant global de 19,4 milliards de DH.

Ces projets intéressent les secteurs de l’industrie, de l’énergie, des télécommunications, du tourisme, de la distribution, ainsi que l’immobilier et le commerce. Ils seront réalisés principalement dans les régions de Laâyoune-Sakia El Hamra, Rabat-Salé-Zemmour-Zaër, le Grand Casablanca et Tanger-Tétouan.
Dans sa récente note de conjoncture mensuelle, publiée en fin de semaine dernière, la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), relevant du ministère de l’Economie et des Finances, indique que les secteurs du bâtiment et travaux publics, de la pêche, de l’électricité, de l’industrie et des télécommunications ont évolué dans le vert tandis qu’une baisse est affichée au niveau, notamment, des secteurs agricole, minier et touristique.

Dans un environnement international défavorable, se répercutant négativement sur la demande extérieure adressée au Maroc, la demande intérieure continue de constituer le principal levier de la croissance économique nationale. La DEPF indique que la consommation des ménages s’est bien tenue, en ligne avec la progression des recettes de la TVA intérieure (hors remboursements), des crédits à la consommation et des transferts des MRE, conjuguée à une maîtrise de l’inflation. L’effort d’investissement se maintient, lui aussi, appuyé par la bonne tenue de la valeur des importations des biens d’équipement industriel.

La demande extérieure tourne au ralenti

En lien avec la dégradation de la situation conjoncturelle en Europe, la demande extérieure tourne au ralenti. Subissant les contrecoups de la récession au plan international et plus particulièrement dans la zone euro, la demande extérieure devrait accuser un net infléchissement de tendance. La perspective de contraction de l’activité qui commence à gagner nombre de secteurs de production tient principalement à la dégradation de la conjoncture au plan international. La demande extérieure adressée au Royaume devrait voir son rythme de croissance ralentir et passer de 4,4% en 2011 à 0,3% seulement en 2012. A l’exception de l’aéronautique, qui a vu ses exportations s’apprécier de 47,8% à 2,7 milliards de DH à fin mai 2012, l’ensemble des secteurs ont été relativement affectés par cette décélération de l’activité.

Repères

Les dépenses d’investissement du budget de l’État se sont établies à 20,4 milliards de DH à fin juin 2012.
Les recettes des investissements et prêts privés étrangers ont atteint 14,3 milliards de DH, en hausse de 5,4% en glissement annuel.


Abdelali Boukhalef, Le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière