La BEI octroie un prêt de 200 millions d’euros à l’ONEE

L’ONEE et la BEI renforcent leur coopération. Ils viennent de signer deux contrats pour 200 millions d’euros, dans l’électricité et l’assainissement liquide.



La BEI octroie un prêt de 200 millions d’euros à l’ONEE
L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) et la Banque européenne d’investissement (BEI) ont signé le 14 décembre dernier, au siège du ministère de l’Économie et des Finances à Rabat, deux contrats de prêt pour un montant total de 200 millions d’euros. Le premier prêt, d’un montant de 180 millions d’euros, porte sur le programme Réseaux électriques III qui s’inscrit dans le cadre d’un important programme lancé par l’ONEE pour le développement de son réseau de transport d’électricité, en vue d’accompagner les projets de production notamment d’énergies renouvelables, renforcer la sécurité d’alimentation du pays en énergie électrique et participer au développement économique et social du Royaume.

Le programme Réseaux électriques III consiste en une configuration optimale du réseau Très haute tension permettant d’assurer le transport d’électricité dans les meilleures conditions de qualité et de coût, tout en veillant au respect des impératifs en matière de sécurité d’exploitation, de respect de l’environnement et d’équilibre régional offre-demande. Il vise principalement à améliorer la qualité de service à la clientèle, à réduire les pertes techniques, à réduire la quantité d’énergie mal distribuée et ce faisant à réduire le coût de distribution du kWh et à satisfaire les demandes futures. Le coût global prévisionnel de ce programme est de 410 millions d’euros et comprend notamment un renforcement du Réseau 400 kV et un développement et un renforcement du Réseau 225 kV, destinés à participer à la prise en charge par le réseau des nouveaux moyens de production d’énergies renouvelables.

En plus des 180 millions d’euros prêtés par la BEI, l’ONEE a bénéficié récemment de la part de la banque allemande de développement KfW d’un prêt de 100 millions d’euros et de la part de l’Agence française de développement (AFD) d’un prêt de 57 millions d’euros. En outre, une subvention de 15 millions d’euros a été octroyée par l’Union européenne au titre du programme de la Facilité d’investissement de voisinage (FIV).

Réhabilitation et extension des réseaux

Le second prêt, d’un montant de 20 millions d’euros, est destiné au financement du Programme national d’assainissement liquide (PNA). Ce programme consiste en la réhabilitation et l’extension des réseaux d’assainissement, la construction de stations d’épuration et l’acquisition de matériels d’exploitation, le tout dans 30 centres d’assainissement desservant une population d’environ 570 000 personnes. Le PNA se fixe comme objectifs pour l’horizon 2020 à 2030 d’atteindre un taux de raccordement global au réseau d’assainissement en milieu urbain de 75% en 2016, puis de 80% en 2020 et enfin de 100% en 2030. Il vise aussi à atteindre un volume d’eaux usées traitées de 40% en 2016, de 80% en 2020 et de 100% en 2030.
Un objectif écologique enfin : le traitement jusqu’au niveau tertiaire des eaux usées et leur réutilisation
à 50% dès 2020. Là aussi, la KfW complète le financement à hauteur de 38 millions d’euros, 20 millions d’euros provenant de l’AFD et 10 millions octroyés par l’Union européenne dans le cade de la FIV.
La Coopération belge participe également au financement de ce projet en apportant une subvention de 23 millions d’euros.
Il faut rappeler que la fusion opérationnelle de l’ex-ONE et de l’ex-ONEP au sein de l’ONEE permet une mutualisation des moyens, notamment concernant l’assistance technique et la communication. Ali Fassi Fihri, directeur général de l’ONEE, et Philippe de Fontaine Vive, vice-président de la BEI, les signataires de ces contrats de prêts, ont tenu à rappeler que la collaboration entre leurs organismes respectifs remonte à 1984 et qu’à ce jour, environ 1,3 milliard d’euros (près de 14,5 milliards de DH) a été prêté par la BEI à l’ONEE pour soutenir le développement des réseaux d’eau et d’électricité dans le Royaume.

La BEI, un outil paneuropéen de développement

La Banque européenne d’investissement (BEI) est une institution financière mise en place par les États membres de l’Union européenne. Elle a pour principal but d’emprunter sur les marchés financiers internationaux pour financer des projets au sein de l’Union européenne. La BEI finance également des projets en dehors de l’Union, notamment dans les pays partenaires méditerranéens, par son Fonds euro-méditerranéen d’investissement et de partenariat, baptisé FEMIP. La banque a été créée en 1957 dans le cadre du Traité de Rome et a son siège au Luxembourg, et dispose également de bureaux dans les principales métropoles européennes, ainsi qu’en Asie et en Afrique, Rabat et Le Caire, notamment.

Repères

En plus des 180 millions d’euros prêtés par la BEI, la Banque allemande de développement KfW a prêté 100 millions d’euros et l’Agence française de développement 57 millions d’euros.
Le Programme national d’assainissement se fixe comme objectif, entre autres, d’atteindre un taux de raccordement global au réseau d’assainissement en milieu urbain de 75% en 2016, de 80% en 2020 et de 100% vers 2030.


Ilham Lamrani Amine, LE MATIN


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière