L'électronique, mauvais élève de la classe des Métiers mondiaux du Maroc

Depuis 2005, les exportations du secteur évoluent en dents de scie. Les opérateurs nationaux occupent les derniers rangs dans la chaîne de valeur des donneurs d'ordre. STMicroelectronics réalise à elle seule 70% du chiffre d'affaires à l'export du secteur.



L'électronique, mauvais élève de la classe des Métiers mondiaux du Maroc
Encore une année difficile pour le secteur de l’électronique. Cette branche de l’industrie qui fait partie des Métiers mondiaux du Maroc (MMM) est en net retrait par rapport aux autres, notamment l’automobile dont les exportations ont progressé de 125% en 2012 et l’aéronautique qui affiche une croissance de 56%. En effet, depuis 2005, année du lancement du plan Emergence, l’électronique n’a fait qu’alterner des progressions timides et des régressions légères pour aboutir, in fine, à une quasi-stagnation. Ainsi, selon le bilan rendu public lors des dernières Assises de l’industrie, les exportations du secteur n’ont pas franchi la barre des 7 milliards de DH en 2012 contre 7,1 une année auparavant. Pis, en plus de 8 ans, le courant d’affaires à l’export n’a pas vraiment évolué par rapport à son niveau initial. En 2005 déjà, le secteur exportait pour environ 6,7 milliards de DH. Sa contribution aux exportations de l’ensemble des Métiers mondiaux du Maroc a même régressé de 8,2% en 2011 à 7,6% en 2012.

Déjà, en 2011, le ministre de tutelle de l’époque avait reconnu clairement que sur l’ensemble des MMM, l’électronique était celui qui avait le moins rempli ses objectifs. Pour leur part, les professionnels font leur mea culpa. «Depuis 2009, nous n’avons pu atteindre que 7 milliards de DH sur les 10 milliards qu’on escomptait, avec 3 000 postes créés. Nous restons ainsi très en deçà des objectifs assignés pour le secteur», reconnaît Farida Elasatey, présidente de l’Association du secteur de l’électronique (Asel) et DG de BM electronics. Pour autant, elle explique que cette situation n’est pas seulement due aux problèmes internes du secteur, elle traduit aussi la crise qu’il traverse en raison de sa très nette dépendance des donneurs d’ordre européens dont les commandes sont irrégulières depuis 2009. «Des marchés ont été concrétisés à l’international par de grands noms, notamment Airbus, Thalès et 3M, mais leurs retombées tardent à se faire sentir chez nous, vu que les entreprises marocaines n’occupent pas les premiers rangs sur la chaîne de valeur. Autrement dit, le modèle de sous-traitance adopté pour l’électronique, comme pour d’autres métiers mondiaux, fait en sorte que les opérateurs se placent généralement au 3e, 4e, voire au 5e rang, alors que les grands groupes se positionnent au premier et au deuxième rang et commencent à sous-traiter le reste du travail», ajoute-t-elle.

L’Association du secteur mise sur une croissance des exportations de 10% en 2013

Selon l’Asel, le secteur compte environ 65 petites et moyennes entreprises, dont cinq spécialisées dans les composants électroniques, tandis que le reste exerce dans l’électronique de spécialité qui comprend les produits complets, semi-complets et les pièces électroniques. Ces entités travaillent avec des donneurs d’ordre européens, français en premier lieu, qui opèrent dans l’aéronautique, l’industrie automobile, les télécoms, les équipements médicaux et le ferroviaire. «Il s’agit d’un secteur qui fournit de la haute technologie, destinée à 99% à l’export», explique Mme Elatasey. Selon elle, seule une partie insignifiante de la production est écoulée sur le marché local, ce qui renseigne parfaitement sur l’absence d’une industrie électronique nationale. «Si le Maroc est passé du statut d’importateur de produits électroniques à celui d’exportateur, c’est surtout grâce à la sous-traitance. Cela ne concerne pas les produits finis de consommation grand public qui continuent d’être importés pour leur grande majorité», nuance un autre professionnel.

Une des particularités du secteur est qu’une seule société, en l’occurrence STMicroelectronics, réalise 70% des exportations, soit 5 milliards sur les 7 milliards. Par conséquent, la performance de l’électronique est tributaire de la bonne tenue de l’activité de cette entité.

Cela dit, au vu des marchés contractés par les grands noms de l’industrie aéronautique et automobile en particulier, les professionnels sont plutôt confiants par rapport à l’exercice 2013. «Nous nous attendons à une croissance des exportations de l’ordre de 10% pour l’année en cours», anticipe Mme Elatasey, qui insiste sur la nécessité de l’accompagnement des pouvoirs publics pour que le secteur remplisse pleinement le rôle qui lui était assigné au départ.

Ce que prévoit le Pacte national pour l'émergence industrielle

Se basant sur les avantages compétitifs du Maroc dans l’industrie électronique, le Pacte national pour l’émergence industrielle a retenu trois sous-secteurs sur lesquels les efforts se sont focalisés : la mécatronique, l’électronique industrielle et l’électronique embarquée pour l’aviation, et l’automobile. Une offre spécifique a été élaborée pour chacune des trois filières et des sites dédiés ont été développés à Tanger, Kénitra, Mohammédia et Casablanca. Au total, ce sont quelque 110 hectares qu’il faudra mobiliser sur la période 2009-2015 pour ces activités en plus de la formation de 9 000 profils spécialisés. Mis à part les mesures spécifiques qui sont au nombre de six, l’électronique bénéficie de mesures horizontales, notamment le développement des P2I (5 mesures), l’adéquation offre/formation et demande en profil (14 mesures), ainsi que toute la batterie de mesures concernant l’amélioration de la compétitivité de l’entreprise (12 mesures).


Naoufel Darif
www.lavieeco.com



         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière