L’eau potable dans la région de Rabat-Salé, est conforme aux normes de la qualité

Les résultats des analyses effectuées vendredi dernier ont confirmé que la qualité de l’eau potable était conforme aux normes nationales, a assuré Rachid Ouahabi, responsable au ministère de la Santé.



L’eau potable dans la région de Rabat-Salé, est conforme aux normes de la qualité
L’eau potable dans la région de Rabat-Salé est conforme aux normes de la qualité et le changement, constaté depuis le début de l’été, dans son goût, son odeur et sa couleur est un phénomène «normal» lié aux conditions climatiques, dont la sécheresse et la hausse des températures, ont affirmé le ministère de la Santé, l’Office national de l’eau potable (ONEP) et la société chargée des services d’assainissement liquide et de distribution d’eau potable et d’électricité (Redal).
Les résultats des analyses effectuées vendredi dernier ont confirmé que la qualité de l’eau potable était conforme aux normes nationales, a assuré Rachid Ouahabi, responsable au ministère de la Santé, ajoutant que la conjugaison des efforts des parties concernées a permis de traiter ce phénomène qui «n’a aucune incidence sur la santé du consommateur». Dans une déclaration téléphonique à la MAP, il a confié que l’eau potable à Rabat et Salé a connu pendant la période estivale un changement de goût et de couleur, ce qui a poussé à multiplier les opérations de contrôle et d’analyse au niveau des points de distribution des deux villes dont les résultats se sont avérés sans incidence sur la santé du citoyen.

Déficit en pluviométrie

Les eaux de surface servant à la production de l’eau potable à partir des retenues de barrages, connaissent, au vu du déficit en pluviométrie enregistré dans certaines régions pendant l’année agricole 2011-2012 et la chute des débits des cours d’eau qui en résulte, des problèmes de qualité particulièrement organoleptique (goût et odeur), selon des données de l’ONEP. L’eau produite par les stations de traitement de l’ONEP est conforme à la norme marocaine relative à la qualité des eaux d’alimentation humaine basée sur les directives de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), selon la même source, qui précise que la persistance du goût et de l’odeur de l’eau distribuée est due au développement anarchique des algues, au niveau du bassin du barrage Sidi Mohammed Ben Abdellah, à cause de la hausse des températures.
Lorsque le phénomène de goût et d’odeur se manifeste de manière aigüe, l’ONEP renforce son système de traitement à travers le recours à certaines techniques et méthodes en vigueur au niveau international, à savoir l’aération artificielle du bassin, l’introduction d’espèces de poisson vivant des algues et l’ajout du charbon actif, un produit caractérisé par son fort pouvoir de réduction des goûts et odeurs dans l’eau, avec pour objectif d’éviter au mieux les désagréments causés aux consommateurs par ce phénomène.
De son côté, le directeur de l’eau et de l’assainissement à Redal, Mohamed Yassin, a indiqué, lors d’un point de presse, que cette société veillait au respect des normes de qualité au cours du traitement de l’eau potable, précisant que quelque 9 000 échantillons sont analysés annuellement dans un laboratoire relevant de Redal, à Témara. Pour ce qui est des dispositions prises pour le traitement du goût de l’eau potable, constaté ces derniers temps, le responsable a affirmé qu’après avoir reçu des réclamations de citoyens à ce sujet, au début du mois de juin, la société a avisé l’ONEP qui a pris une série de mesures pour le traitement de ce phénomène qui reste, selon lui, «naturel» et lié aux conditions climatiques.

Une eau au goût altéré par les algues n’a pas d’incidence sur la santé

La consommation d’une eau dont le goût a subi une altération du fait de la prolifération des algues dans les retenues des barrages, phénomène connu sous l’appellation «eutrophisation», n’a pas d’incidence sur la santé, a affirmé Abdelouahed Outair, chef de la division du contrôle de la qualité des eaux à l’Office national de l’eau potable (ONEP). «Le citoyen n’a rien à craindre d’une eau provenant d’un réseau soumis à un contrôle, même si son goût, altéré par l’eutrophisation, provoque des désagréments», a rassuré M. Outair dans un entretien à la MAP.

Fatna Kharraz, MAP
 


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière