L'année 2013 démarre péniblement pour le secteur des matériaux de construction

La consommation de ciment a baissé de 18% sur les deux premiers mois de l'année du fait de l'atonie du BTP, de la promotion immobilière et de l'autoconstruction. La demande sur le sable et la brique recule également. Les prix du ciment et du sable se stabilisent, ceux de la brique et du rond à béton continuent d'augmenter.



L'année 2013 démarre péniblement pour le secteur des matériaux de construction
Le premier trimestre 2013 confirme les craintes des professionnels des matériaux de construction quant à une chute de la demande. Le ciment, seul matériau dont la consommation fait l’objet d’un suivi statistique, affiche une baisse de plus de 18% à fin février 2013, à près de 2,4 millions de tonnes écoulées. Une méforme à mettre en lien avec un ralentissement persistant du BTP. Pour dire, ce segment n’a consommé que 10% des quantités de ciment écoulées en février. C’est que plusieurs contraintes entravent l’activité de ce secteur. Les chantiers publics accusent le coup des retards au niveau des marchés publics, selon les professionnels.

Côté promotion immobilière, les précipitations fréquentes de ce début d’année perturbent les chantiers. Mais plus que cela, le nouveau régime de taxation des revenus de vente des terrains nus donne bien du fil à retordre aux nouveaux projets. En effet, la Loi de finances 2013 introduit un impôt plus lourd sur les plus-values de cession de terrains avec notamment le relèvement de 20 à 30% du taux de la TPI sur les terrains détenus depuis plus de 5 ans. Dans ce contexte, les propriétaires de terrains font supporter tout ou partie du surcoût fiscal aux acheteurs. Les propriétaires étant généralement inflexibles sur les prix annoncés, rares sont les négociations qui aboutissent pour l’heure. A cela s’ajoute la petite forme de l’autoconstruction, également gros consommateur habituel de ciments.

S’agissant des prix, le ciment s’affiche actuellement à 1 100 DH la tonne, soit le même niveau constaté fin 2012 qui, rappelons-le, était en hausse de 5% par rapport à 2011.

Le recul de la consommation de ciment implique systématiquement une baisse de la demande sur d’autres matériaux, notamment sur le sable, sachant qu’en règle générale, 2,2 tonnes de sable sont consommées par tonne de ciment. Ainsi, ce sont un peu plus de 5 millions de tonnes de sable, qui ont été écoulées en théorie sur les 2 premiers mois de l’année contre près de 6 millions de tonnes durant la même période de 2012. Mais ce début 2013 a été encore plus mouvementé pour la filière du sable avec l’introduction d’un nouveau prélèvement sur ce matériau : 50 DH le m3 sur le sable des dunes et des oueds, et 20 DH le m3 sur le sable de concassage. En effet, pour s’assurer du prélèvement de cette taxe, les pouvoirs publics ont multiplié les contrôles, sans compter quelques mouvements de grève, ce qui a causé des perturbations passagères de la production. Mais les choses semblent s’être à présent tassées, notamment pour ce qui est des prix. La tonne de sable de dune (40% de la consommation nationale) s’affiche actuellement à 325 DH le m3 contre un pic de 350 DH le m3 en début d’année. Cela dit, les producteurs ont répercuté intégralement la nouvelle taxe sur les acheteurs finaux, ce qui a fait croître le prix du sable de 30% par rapport aux tarifs constatés durant la seconde moitié de 2012.

Béton préfabriqué : hausse de 5% des prix depuis le début de l’année

Les choses semblent s’être en revanche passées plus en douceur pour le rond à béton qui, lui aussi, subit un prélèvement de 0,10 DH le kilogramme depuis l’entrée en vigueur de la Loi de finances 2013. En dépit de la nouvelle taxe, les fabricants de ronds à béton n’ont pas revu sensiblement leurs prix. Ce matériau est actuellement vendu à 8 DH le kilo brut, selon les diamètres. Il n’aura connu qu’une légère augmentation sur les derniers mois. Cela se justifie principalement par la concurrence exacerbée sur ce marché du fait d’un afflux massif de produits d’importation qui pourraient être limités dans les prochaines semaines par la mise en place d’une clause de sauvegarde actuellement à l’étude au niveau du département du commerce extérieur. Immanquablement, les prix des produits en bétons préfabriqués utilisant le rond à béton et le sable ont augmenté d’au moins 5% depuis le début de l’année.

Pour leur part, les briquetiers, en dépit d’une demande en baisse, connaissent quelques difficultés pour satisfaire les besoins, et ce, en raison de problèmes d’approvisionnement en fuel qui perturbent la production. Dans ces conditions, les prix pourraient connaître quelques fluctuations. «Les fournisseurs de briques dans la région du Centre ont cessé de prendre les commandes ces deniers jours, ce qui signifie en général que les prix vont augmenter», témoigne un entrepreneur. La brique de 7 cm d’épaisseur s’affiche actuellement à 1,90 DH l’unité, tandis que celle de 10 cm atteint 2,30 DH, ce qui marque déjà une augmentation de plus de 10% par rapport à fin 2012.
 

Réda Harmak
www.lavieeco.com



         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière