L’Afrique planche sur des financements innovants

Les dirigeants des principales institutions économiques africaines se réunissent aujourd’hui à Tunis pour trouver des financements aux projets d’infrastructures. Le Maroc est représenté dans le cadre de l’UMA.



L’Afrique planche sur des financements innovants
Trouver des financements innovants à l’infrastructure en Afrique. C’est l’objet du déplacement à Tunis des dirigeants des principales organisations économiques africaines et des institutions régionales de financement. Ils doivent s’y réunir aujourd’hui vendredi 19 juillet pour examiner essentiellement l’opérationnalisation du «Fonds Afrique 50». Ce dernier a été annoncé en mai dernier à Marrakech par la Banque africaine de développement (BAD), à l’occasion de ses assemblées annuelles.
Ce Fonds est destiné particulièrement au financement des projets d’infrastructures en Afrique au cours des cinquante prochaines années. L’événement est organisé par la Commission de l’Union africaine (CUA), la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA) et la BAD. Le Maroc est représenté dans le cadre de l’Union du Maghreb arabe qui a été invitée pour représenter l’Afrique du Nord, selon une déclaration au «Matin», de Chawki Chahed, chargé de communication principal à la BAD. Selon les organisateurs, le manque de compétitivité des entreprises africaines est dû au déficit en infrastructures, en mal de financement. D’après la Banque mondiale, l’état déplorable des infrastructures du continent – notamment d’électricité, d’eau, de ses routes et sa technologie de l’information et des communications (TIC) – freine la croissance économique des pays de 2% chaque année et limite la productivité des entreprises jusqu’à 40%. Les besoins annuels s’élèvent à 15% du PIB, dont la moitié pour l’énergie. Or, les investissements importants créent des tensions de trésorerie pour les États et suscitent des critiques chez l’opinion publique.
C’est pourquoi le «Fonds Afrique 50» est salué comme étant un véhicule innovant capable d’attirer de nouveaux capitaux. Il favorise aussi la mise en place de capacités de structuration des projets d’infrastructures afin que ces derniers puissent bénéficier des nouveaux fonds souverains et fonds internationaux notamment. C’est dans ce contexte que la Réunion de Tunis vise à renforcer la collaboration de la BAD avec les communautés économiques régionales d’une part, et avec les institutions de financement du développement, d’autre part. Selon la BAD, les besoins financiers du cadre stratégique de la transformation de l’Afrique à travers une infrastructure moderne s’élèvent à 68 milliards de dollars d’ici à 2020. Jusqu’ici, le financement de l’infrastructure régionale s’est fait de manière dispersée et par à-coups. Le «Fonds Afrique 50» ambitionne d’établir un cadre «mieux coordonné et délibéré» pour accroître les niveaux de financement requis et accélérer l’agenda de transformation de l’Afrique.
Ce Fonds doit contribuer notamment à mobiliser les ressources africaines, l’épargne, l’aide extérieure et les marchés de capitaux pour le financement de projets d’infrastructures bancables et rentables. Parmi les ressources préconisées figurent entre autres les revenus des récentes découvertes de pétrole et de gaz, ainsi que de nouveaux dépôts de minerais dans un certain nombre de pays africains.

Moncef Ben Hayoun, LE MATIN


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière