L’ANRT veut étudier tous les scénarios avant le lancement du 4G

Un cahier des charges précis sera soumis au cabinet qui se chargera de préparer le terrain. Dans des pays comme l'Australie et la Lituanie, c'est l'Etat qui a financé le déploiement de la 4G.



L’ANRT veut étudier tous les scénarios avant le lancement du 4G
On parle beaucoup de la 4 G et de son déploiement au Maroc. En fait, ce chantier n’en n’est qu’à ses balbutiements et l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) a lancé un appel d’offres pour choisir un bureau d’études pour l’accompagner dans la démarche à suivre. En effet, l’agence, à la lumière des éléments qui lui seront soumis par le bureau d’études, mettra au point la manière dont soit elle vendra les licences, soit elle louera les fréquences qui permettront aux opérateurs qui désireront les acquérir de déployer la nouvelle technologie sur l’ensemble des réseaux.
La 4G s’impose à partir de l’augmentation des besoins. C’est comme pour une autoroute l’augmentation du nombre de voies, si on devait faire une comparaison sommaire.

Mais pour ce faire, il faut que l’on sache si les opérateurs vont trouver leur compte en achetant de telles concessions. En un mot, il faut s’assurer, à travers les expériences observées dans le monde entier, comment cela a été conduit. D’ailleurs, dans le cahier des charges du bureau encore à choisir, il est écrit qu’«il devra informer l’ANRT sur le processus et les modalités d’attribution des licences 4G …pour chaque cas de benchmark…» , sur les technologies adoptées, leurs conditions de coexistence avec la 3G, par exemple.

La crise pourrait retarder le projet

En somme, l’ANRT veut savoir comment de tels chantiers ont été préparés et conduits en Europe, au Moyen-Orient, en Asie et en Amérique.
Sans l’ensemble des informations, un appel à intérêt économique risque de rester sans réponse si les conditions exigées pour le prix, la couverture et le rythme de déploiement ne sont pas attractifs.
On se rappelle du flop de la licence du fixe dont personne n’avait voulu, il y a quelques années de cela.

Le seul problème est que la 3G comme tout business, même si ce n’est souvent qu’un ensemble de mises à niveau, (updates) a un coût et que les opérateurs, par les temps de crise qui courent, ne seront pas faciles à convaincre.

D’ailleurs, à l’ANRT, on explique qu’en Australie l’Etat a mis en place un opérateur public pour prendre en charge le déploiement d’une telle technologie. En Lituanie, ce sont les finances publiques, c’est-à-dire l’argent des contribuables qui a été mobilisé pour ce faire. Surtout qu’au Maroc, contrairement à beaucoup d’exemples, les fréquences, propriétés de l’Etat, ne sont pas cessibles et peuvent être reprises à tout moment. Bref, il faudra attendre les conclusions à venir du bureau d’études qui sera élu pour avoir de la visibilité sur la 4G au Maroc.

Mohamed El Maâroufi
www.lavieeco.com



      Petites annonces | Boutique | Enseignement supérieur | Freelance    
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière