Investissements directs étrangers : Le Maroc, deuxième destination africaine

Les faits La revue Fdi, une publication spécialisée du «Financial Times» qui classe les pays les plus attractifs en termes d’investissements directs à l’étranger (IDE), a désigné le Maroc comme le deuxième pays le plus attractif du continent africain.



Investissements directs étrangers : Le Maroc, deuxième destination africaine
Le Maroc peut s’enorgueillir de voir le flux des Investissements directs étrangers (IDE) progresser. C’est ce que révèle la revue Fdi, une publication spécialisée du «Financial Times» qui classe les pays les plus attractifs en termes d’IDE.

En chiffres, le Maroc a drainé 2,84 milliards de dollars d’investissements directs étrangers et retrouve son niveau d’avant la crise mondiale. Ce score permet au Maroc de briguer le titre de second pays d’Afrique le plus attractif pour les investisseurs et surtout de surpasser ses voisins maghrébins. L’étude intitulée «African Countries of the Future 2013/2014», reprend les résultats constatés par la CNUCED et indique que le Maroc a bénéficié de 8,3% des IDE consacrés à l’Afrique en 2012, une part qui lui permet de dépasser Égypte et ses 2,8 milliards de dollars, soit un recul de 500 millions de dollars d’investissements directs, bouleversée par les événements politiques de ces dernières années ainsi que d’autres puissances africaines comme le Nigéria.

La Tunisie a également souffert des contrecoups des troubles politiques qui la secouent, avec leur incidence sur les flux des IDE, le pays s’en tire avec seulement 1,9 milliard de dollars. L’Algérie, classée parmi les dix premiers pays d’accueil des investissements directs étrangers sur l’année 2010, et ayant figuré dans le top 10 des pays du sud de la Méditerranée qui ont attiré, en 2011, des IDE, n'a pas échappé à la tendance baissière mondiale des flux d’investissement. Elle ne totalise que 1,5 milliard de dollars investis et l’évolution de ce chiffre risque d’être fortement handicapée par la concentration des IDE algériens dans le secteur des hydrocarbures.
Le Maroc, à lui seul, a accaparé 25% des IDE destinés aux cinq pays de l’Afrique du Nord. En 2012, ce sont 70 projets marocains qui ont attiré les capitaux étrangers, ce qui permet au pays d’afficher soit une croissance des IDE de 10% par rapport à 2011.

Les infrastructures, locomotive des IDE

Pour établir son classement, le «Financial Times» a pris en compte plusieurs critères, notamment la qualité des infrastructures, le potentiel économique, l’environnement favorable aux affaires et les relations établies en matière de business. Dans la catégorie des «Infrastructures», le Maroc talonne Égypte qui domine le top 10 africain. Pour ce qui est de la «Stratégie dédiée aux infrastructures», le Royaume trône en tête du top 10 devant le «pays des pyramides». Concernant la catégorie «Investissements étrangers», le Maroc et l’Ile Maurice occupent conjointement la première place en Afrique en se basant sur les informations fournies par les pays africains sur leurs stratégies d’incitation pour les investissements directs étrangers. Enfin, le Royaume se classe quatrième en termes «d’environnement favorable aux affaires» derrière l’Afrique du Sud, l’Égypte et l’Ile Maurice.

La proposition de valeur du Maroc intègre entre autres éléments, un positionnement géographique stratégique aux portes de l’Europe, des stratégies sectorielles ambitieuses, des infrastructures aux standards internationaux, des coûts compétitifs et des ressources humaines hautement qualifiées. Ces avantages s’inscrivent dans un cadre de stabilité politique et de croissance économique, offrant ainsi aux investisseurs, un environnement favorable aux affaires et un cadre incitatif attractif.

Côté provenance des capitaux, La France demeure la première source d’investissements directs étrangers au Maroc, et en 2011, 54% de ses projets d’investissement dans la rive sud de la Méditerranée ont trouvé le Royaume comme destination finale. Les investissements français se concentrent surtout dans les secteurs de l’immobilier (34%), de l’industrie (22%) et du secteur bancaire (15%).

Décryptage
  • Drainant de plus en plus d’investisseurs étrangers, le Maroc devance largement ses voisins maghrébins, et s’érige en destination de premier choix des investisseurs dans la région.

Yassine Ahrar, Le matin
 


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière