Industrie pharmaceutique : Les clusters pour développer l’export



Industrie pharmaceutique : Les clusters pour développer l’export
Voilà une industrie dont le potentiel à l’export est estimé à plus d’un milliard de dollars d’ici 2023… se traduisant ainsi par la création d’emplois qualifiés et la baisse des prix des médicaments. L’industrie pharmaceutique couvre 65% des besoins du marché et exporte 8 à 10% de sa production. Elle est confrontée à l’étroitesse du marché local, poussant ainsi à l’importation de produits pour lesquels les économies d’échelle sont difficiles à obtenir et aussi à une sous-utilisation des capacités de production.

En 2012, le marché du médicament a généré un chiffre d’affaires de 11,5 milliards de dirhams (public inclus) et a enregistré aussi un déficit commercial structurel de 4,4 milliards de dirhams contribuant ainsi au creusement du déficit commercial.
L’idée aujourd’hui est de relancer l’export surtout que le marché international pèse 700 milliards de dollars et connaît une dynamique de croissance. Le Maroc est appelé à capitaliser sur le savoir-faire développé depuis plusieurs années. Pour cela, la profession compte mettre le paquet sur la mutualisation et l’optimisation des efforts à l’export. Comme le marché mondial du médicament est fortement concurrentiel, une force de frappe commerciale importante s’avère nécessaire. Les entreprises devront ainsi se constituer en consortiums pour renforcer leur pouvoir de négociation. Surtout que le secteur se caractérise par une certaine fragmentation et les laboratoires ne disposent pas de capacités de commercialisation suffisantes et compétitives. De plus, les dix premiers laboratoires contrôlent près de 50% du marché.

Le secteur envisage aussi de développer une plateforme commune de distribution pour le marché africain optimisant ainsi l’impact en termes de coûts de transport et de logistique. Celle-ci devrait se substituer à la plateforme logistique française exploitée actuellement.

Un accompagnement financier et technique sera assuré notamment pour l’évaluation des capacités à l’export, la définition d’une stratégie ou encore le financement d’actions commerciales nécessaires à l’installation dans les marchés cibles. Des «contrats de croissance» et des programmes d’audit à l’export sont prévus dans le contrat-programme. Celui-ci évalue la participation de l’Etat au volet export de l’industrie pharmaceutique à 87,61 millions de dirhams dont 23 millions dès cette année.

Des actions de sensibilisation sont également prévues, en particulier pour encourager les laboratoires à adhérer au programme de la catégorisation et au statut de l’opérateur économique agréé mis en place par la Douane. Une assistance au démarchage et à la prospection via Maroc Export figure aussi au programme.

L'economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière