Indicateurs au vert pour le secteur de l’Habitat



Indicateurs au vert pour le secteur de l’Habitat
Le secteur de l’Habitat affiche une bonne santé malgré la conjoncture. En atteste les indicateurs sectoriels arrêtés à fin janvier 2012. L’année 2011 était une année exceptionnelle tirée vers le haut par le logement social, que ce soit celui plafonné à 250.000 DH HT ou encore celui concernant l’autoconstruction. Ainsi, selon les statistiques du ministère de l’Habitat, l’année 2011 a été marquée par la production de 135.442 unités d’habitat social (lots et appartements), contre 98.823 unités sociales, au cours de l’année 2010, soit une augmentation de 37 % en nombre d’unités sociales. Globalement, durant l’année 2011, le nombre d’unités produites s’élève à 275.508, toutes catégories confondues, contre 226.425 unités produites un an auparavant.        
Il ne faut pas négliger l’habitat insalubre qui a également augmenté en 2011 durant la période préélectorale et après le printemps arabe.  
D’ailleurs, les ventes du ciment ont été boostées grâce au logement social, mais également à la demande grandissante du secteur informel. Ce marché a donc clôturé l’année écoulée avec une hausse de 11 % de la consommation totalisant près de 16,13 millions de tonnes de ciment contre une vente de près de 14,57 millions de tonnes durant l’année 2010
La consommation du mois de janvier 2012 a avoisiné 1,6 million de tonnes contre 1,26 million de tonnes en janvier 2011, soit une augmentation, mois à mois, de 25 %.  
Même tendance haussière auprès des investissements directs étrangers à l’immobilier (IDEI). Ces derniers ont atteint 4,8 MMDH, durant le premier semestre 2011 contre 4,33 MMDH durant la même période en 2010, soit une augmentation de 10,8 %. Une bonne performance sachant que les recettes globales des investissements directs étrangers, tous secteurs confondus, ont enregistré un recul de 14,4 % durant le premier semestre 2011 par rapport à la même période de l’année précédente. Pour rappel, en 2010, les IDEI ont atteint 7,4 MMDH, soit une augmentation de 33,3 % par rapport à 2009.
En matière d’emploi, l’année 2011 a connu la création de 30.000 nouveaux postes d’emploi dans le secteur bâtiment et travaux publics (BTP), avec 16.000 postes créés en milieu urbain et 14.000 postes en milieu rural. Le volume d’emploi du secteur a ainsi augmenté de 2,9 %, précise le ministère de l’Habitat. Signalons également que ce sont les secteurs des services et des BTP qui sont à l’origine de la totalité des emplois créés en 2011.
Autre fait marquant, la valeur ajoutée du secteur BTP atteindrait 49,5 MMDH en 2011, soit un accroissement de plus de 5 % par rapport à l’année précédente, selon les estimations de l’Observatoire de l’Habitat.
Selon les données provisoires du HCP, la valeur ajoutée du secteur BTP aurait atteint en 2010 une valeur de 47,08 MMDH, contre 45,8 MMDH en 2009. Pour rappel, entre 2002 et 2009, la valeur ajoutée, à prix courant, du secteur BTP a enregistré un accroissement de 111,13 %.
Notons, par ailleurs, que le secteur du BTP contribue pour plus de la moitié dans la FBCF, et ce, depuis 2001. Il a drainé un volume d’investissement de près de 111,66 MMDH en 2008 et 113,64 MMDH en 2009. Selon les chiffres provisoires du HCP, La FBCF BTP serait de 121 MMDH en 2010, avec une contribution de 51,6 % dans la FBCF totale.
Le dynamisme que connaît le secteur n’est pas près de s’effriter. Avec les logements sociaux programmés (prix plafonné à 250.000 DH HT) pour les années à venir, les perspectives sont bonnes. C’est parti pour de nombreuses années d’euphorie, malgré la conjoncture mondiale et la morosité de l’économie nationale suite à la baisse de la pluviométrie et des contrecoups de la crise. Pour rappel, à ce jour, 900.000 logements sociaux ont été conventionnés dont 160.000 unités ont été autorisées et 115.000 unités sont mises en chantier.

Financement

Le financement a également été boosté durant l’année 2011. Selon le ministère de l’Habitat, l’année 2011 a enregistré une reprise de l’action du FOGARIM après deux années de ralentissement (2009 et 2010) par rapport à 2007 et 2008. Les crédits garantis ont connu un accroissement de 23 % par rapport à 2010 et de 10 % par rapport à 2009.
Jusqu’au 31 décembre 2011, 72.438 ménages ont bénéficié de la garantie du FOGARIM pour un montant de 10,64 MMDH de prêts accordés.
Pour ce qui est des crédits à l’immobilier, l’encours a enregistré, à fin 2011,  une hausse de 10 % par rapport à fin décembre 2010. Le montant du crédit à l’immobilier a représenté 207,13 MMDH et celui du concours à l’économie a avoisiné les 791,62 MMDH, soit un taux de contribution de 26,2 %.           
Pour ce qui est des taux débiteurs appliqués par les banques aux crédits à l’immobilier (hors taxes), ils ont connu une stagnation durant le troisième trimestre 2011 (6,17 %) par rapport au troisième trimestre 2010 et une diminution de 0,17 point par rapport au deuxième trimestre 2011.


le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière