Holcim: L’usine de Settat entre en production



Holcim: L’usine de Settat entre en production
· Elle a produit son premier clinker mercredi 25 juillet
· Un investissement de 2,5 milliards de DH

CHASSER le naturel, il revient au galop. Située au milieu de nulle part, après la minuscule gare ferroviaire de Tamdrost, à 16 km au Nord-Est de Settat, la nouvelle cimenterie de Holcim/Asment Ouled Ziane reste dans le ton dominant de ce secteur industriel. Le choix des couleurs ocre et orange sur les bâtiments administratifs du site fait ressortir davantage le gris dominant de l’usines, qui vire au noir. C’est que les matériaux provenant de la carrière et du concassage du site de Sidi Hajjaj, stockés et mélangés dans un immense hall, dit de préhomogénéisation répandent au gré du vent, de la poussière.
Cette cimenterie, fruit de la collaboration entre Holcim Maroc (constructeur et propriétaire de l’usine) et Asment Ouled Ziane, a donné naissance à une troisième entité, Holcim AOZ, qui en est le promoteur et l’exploitant. D’une capacité de 1,8 million de tonnes, «cette usine vient compléter le dispositif industriel du groupe dans le ciment», se réjouit le président du directoire de Holcim Maroc, Domique Drouet, lors du coup d’envoi de la production du premier clinker de l’usine, mercredi 25 juillet. Elle porte ainsi la capacité du cimentier à 4 millions de tonnes. Le nouveau site, d’un investissement de 2,5 milliards de DH dont plus de la moitié consacrée aux travaux de construction et prestations des sous-traitants, est entré en production au moment où la demande rattrape la capacité globale installée, soit 12,5 millions de tonnes à fin 2006. Holcim AOZ portera cette capacité à 14,3 millions de tonnes en 2008. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le prix du ciment ne baissera pas. Bien au contraire, il pourrait même augmenter dans les mois qui viennent, laisse entendre Drouet. «En un an, le coût du combustible a été multiplié par 2». La tonne de pétrole (un des principaux combustibles de cette industrie) est passée de 50 dollars en 2006 à 115 cette année. Holcim Maroc évalue à près 20% le poids des combustibles dans ses coûts variables.
L’industrie de la cimenterie est très capitalistique. Du fait de son activité qualifiée de «dangereuse», elle est souvent isolée des centres urbains. Et ça a un coût supplémentaire. Un budget de 140 millions de DH pour la mise à niveau des différents tronçons de routes menant à la cimenterie de Settat. Le cimentier a déboursé 37 millions de DH pour 34 km. De même sur les 100 millions de DH nécessaires aux 16 km de rail pour desservir le site, il a contribué à hauteur de 70 millions. L’ONCF, le reste mais reste propriétaire à 100% de l’ouvrage.

L'Economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière