HCP : La croissance économique dépasser la prévision



La valeur ajoutée agricole augmenterait de 12,9% et de 14,8% respectivement au premier et au deuxième trimestre. La croissance serait soutenue par une hausse de la demande intérieure, ce qui engendrerait un creusement du déficit commercial.

Après une année 2016 pratiquement…blanche, 2017 se présente sous un jour plus favorable. Au premier trimestre, en effet, l’activité économique aurait progressé de 4,3%, contre 1,7% à la même période de 2016, selon les estimations du Haut commissariat au plan (HCP), réalisées dans le cadre du suivi de la conjoncture. Cette augmentation du rythme de la croissance économique, explique le HCP, est tirée par la hausse de la valeur ajoutée aussi bien du secteur agricole (+12,9%) que des activités non agricoles (+3%). Et ce n’est pas fini : au deuxième trimestre, le PIB devrait encore améliorer son rythme de progression pour se situer à 4,6% au lieu de 0,5% une année auparavant, porté par une hausse de la valeur ajoutée de 14,8% dans l’agriculture et de 3,2% dans le secteur non agricole. A ce rythme, et sauf retournement spectaculaire de la conjoncture, la croissance économique pour l’ensemble de l’année 2017 devrait dépasser la prévision annoncée en janvier par le HCP et qui était alors de 3,6%.

Bonne orientation des activités non agricoles

Quels sont les facteurs, si l’on peut dire, à l’origine de cette amélioration? Il y a d’abord, et c’était attendu, une forte remontée de l’activité agricole, favorisée par une pluviométrie généreuse. Bien sûr, pour partie, cette remontée s’explique par l’effet de base puisqu’en 2015, pour rappel, la valeur ajoutée agricole avait baissé de 9% au premier trimestre et de 10,9% au deuxième. Mais il n’y a pas que cela : le HCP explique que non seulement il y aurait eu une augmentation des superficies semées des cultures précoces, un bon développement des céréales et légumineuses d’automne, mais aussi une orientation favorable des cultures printanières, comme le maïs, les maraîchages, etc. Ceci pour le premier trimestre. Au deuxième trimestre, la hausse de la valeur ajoutée de 14,8%, le HCP l’attribue, en particulier, au renforcement à la fois de la production animale, surtout avicole, et de la production des céréales, des légumineuses et des maraîchages de saison.

Dans les activités non agricoles, les branches du tertiaire (commerce, transport et tourisme) et du secondaire (notamment l’industrie et les mines) contribueraient à la croissance tant au premier qu’au deuxième trimestre.

Cette offre, comme presque toujours, serait soutenue par une hausse de la consommation domestique (+4%) et de l’investissement (+3,1%), dont l’impact devrait se manifester dans la hausse des importations. Avec des exportations bien en deçà du niveau qu’afficheraient les importations, le déficit commercial devrait par conséquent se creuser, estime le HCP.



lavieeco.com


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière