Forte progression du commerce extérieur grâce à l’industrie automobile

L’industrie automobile commence à peser de tout son poids dans les exportations, en lien essentiellement avec la montée en régime du complexe industriel de Renault à Tanger. En effet, les exportations de voitures fabriquées localement ont été multipliées par plus de cinq à fin septembre !



Forte progression du commerce extérieur grâce à l’industrie automobile
Les produits finis de consommation s’exportent bien. En effet, au cours des trois premiers trimestres de cette année, les ventes à l’étranger de ces produits se sont accrues de plus de 8%, réalisant une recette de plus de 31 milliards de DH. C’est ce que font ressortir les derniers chiffres publiés à ce sujet par l’Office des changes. Cette montée en régime des exportations du made in Morocco, on la doit notamment à l’ascension figurante des expéditions des voitures de tourisme fabriquées localement. En fait, celles-ci se sont multipliées par plus de cinq, passant de seulement 669,9 millions de DH à fin septembre de l’année passée à plus de 3,42 milliards de DH au cours de la même période cette année. Cette forte progression s’explique essentiellement par l’entrée en activité du complexe industriel de Renault à Tanger et qui passe progressivement à la vitesse supérieure. Il est à noter que cette success-story est favorisée par la nouvelle politique industrielle du pays qui s’est faite de l’industrie automobile un de ses piliers majeurs. Surtout que ce projet a bénéficié également d’un investissement national.
En plus des exportations des voitures particulières, la hausse des exportations des produits est également à mettre à l’actif d’autres secteurs ou filières. Il en est ainsi des sièges, meubles, matelas et articles d’éclairage dont les ventes à l’étranger ont réalisé un net bond (+92,8%), avec 688,7 MDH. De même, l’industrie des médicaments s’est bien comportée à l’export, écoulant sur les marchés étrangers près de 503 millions de DH, en hausse de 58,5% par rapport à la même période de l’année dernière.

Pendant ce temps, les produits du secteur du textile & habillement n’arrivent pas encore à retrouver leur dynamisme et leur force de frappe à l’export. Ainsi, les ventes des vêtements confectionnés n’ont progressé que 1,1%, avec 14,3 milliards de DH exportés en neuf mois. Les articles de bonneterie ont même baissé (-1%), réalisant 5,72 milliards de DH.
De ce fait, les produits finis de consommation occupent la deuxième position parmi les groupes de produits à l’exportation avec 23,2% contre 22,4% une année auparavant. De leur côté, les produits finis d’équipement se sont bien défendus à l’export, réalisant une progression de près de 4% à fin septembre dernier. Il s’agit notamment des véhicules et matériels pour voies ferrées ou similaires, de bateaux et de voitures industrielles. Par contre, certains produits ont affiché des baisses, dont essentiellement les fils, câbles et autres conducteurs isolés pour l’électricité.
Pour les produits bruts, ils sont certes également en hausse. Mais leur progression est plutôt étriquée, ne dépassant pas 0,9%. Et ce sont surtout les produits bruts d’origine animale et végétale qui ont marqué le pas, au moment où les exportations de produits bruts d’origine minérale sont plutôt en hausse. Ainsi, les produits bruts d’origine minérale ont réalisé des ventes à l’étranger en augmentation de plus 6%, dopées en particulier par les exportations de phosphates (+4,9%). Les expéditions des produits bruts d’origine animale et végétale ont, en revanche, reculé de 27%. Ainsi, on note une nette régression des ventes d’huile d’olive brute et raffinée (-78,9%) et de sous-produits d’animaux non comestibles (-59%). Les produits alimentaires n’ont pas non plus pu se démarquer, cédant à la stagnation. Ce manque dynamisme est dû essentiellement à la baisse des ventes de légumes frais, congelés ou en saumure (-32%), des agrumes (-29,8%), etc.

Les dérivés des phosphates en hausse

Les dérivés du phosphates continuent à résister aux aléas de la demande étrangère, arrivant à afficher une progression de 3,4%, avec une recette de 27,31 milliards de DH à fin septembre 2012, pour un volume en hausse de 3,2% (4 868,5 millions de tonnes). Le prix moyen de la tonne à l’exportation est demeuré pratiquement stable (5 612 DH/tonne contre 5 601 DH/tonne à fin septembre 2011). Par contre, d’autres demi-produits sont en baisse. Il s’agit notamment de l’argent brut (-19,2%), du plomb et ouvrages en plomb (-55%), des produits laminés plats, en fer ou en aciers non alliés (-16,9%).
Lahcen Oudoud, LE MATIN


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière