Fonction Publique : Des Directions Financières sans pilotes



La crise de la fonction publique n’est pas seulement celle de ses effectifs pléthoriques. Plusieurs postes stratégiques fonctionnent avec des intérimaires se contentant souvent de la gestion des affaires courantes. Autant d’obstacles au fonctionnement normal de l’institution au niveau central et des services extérieurs. Les Finances sont un cas emblématique. Depuis le départ de Khalid Safir, alors secrétaire général, nommé wali de Casablanca en octobre 2013, ce poste est resté vacant. Les deux ministres des Finances (Boussaid du RNI et Al Azami du PJD) ne sont pas arrivés à nommer un remplaçant.

Toujours aux Finances, une autre direction importante est sans pilote. Il s’agit des Domaines de l’Etat, une institution centrale dans l’octroi du foncier pour les investissements publics et privés. Omar Faraj, qui avait dirigé cette entité avec brio depuis 2010, a été promu à la tête de la Direction générale des impôts en février 2015. Depuis, le ministère n’a pas nommé de successeur.

L’Inspection générale des finances (IGF) est également sans patron depuis le départ à la retraite de Benyoussef Sabony fin 2014. Cet organe de contrôle,  qui faisait trembler les dirigeants des établissements publics et de l’Administration, est retombé  dans les oubliettes. L’IGF est chargée du contrôle de la gestion de l’administration,  des établissements publics et des personnes morales qui bénéficient directement ou indirectement du soutien financier de l’Etat. Les rapports de l’IGF sont remis au ministre des Finances qui décide des suites à donner aux recommandations. Il peut les transférer à la justice comme les ranger dans les tiroirs. C’est cette dernière voie qui est le plus souvent empruntée. Le dernier grand contrôle porte sur le projet immobilier Madinat Badis à El Hoceïma, réalisé par la CGI. A part cette exception, tout le monde aura constaté la baisse de régime de cette instance. L’ombre de la Cour des comptes a occulté le travail de l’IGF.
Une autre direction est désormais sans chef depuis la nomination en février dernier de Mohamed Chafiki en tant qu’ambassadeur du Maroc au Mexique. Il s’agit de la Direction des études et des prévisions financières, composante importante dans la production de statistiques économiques même si elle a perdu beaucoup de terrains depuis la montée en puissance du HCP.

Dernière direction orpheline, les Affaires administratives et générales. Depuis le départ de Hamid Châaybi, atteint par la limite d’âge en juin dernier, c’est Mohamed El Kharmoudi qui assure l’intérim. Pourtant, le poste est une pièce maîtresse dans l’organisation du département. Le patron de l’Administration des douanes et des impôts indirects, Zouhair Chorfi, a failli connaître le même sort en mai sans l’intervention du ministre de tutelle auprès du chef du gouvernement pour lui accorder une prolongation de deux ans.


leconomiste.com


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière