Fitch Ratings : Le Maroc maintient sa notation à BBB-



Fitch Ratings : Le Maroc maintient sa notation à BBB-
Le Matin : Fitch a maintenu la notation du Maroc à BBB-. L’agence se base sur l’amélioration attendue des performances économiques et budgétaires ainsi que la stabilité politique. Avec toutes les hypothèses fortes qu'elle retient en faveur du Maroc, pourquoi Fitch n’a-t-elle pas amélioré le rating du pays à BBB+ ?
Arnaud Louis : Fitch a affirmé la notation souveraine du Maroc à BBB- du fait de sa résilience face à un environnement extérieur et intérieur difficile depuis 2011. Une amélioration de la notation à moyen terme supposerait une réduction marquée des déficits budgétaires et du compte courant, qui augmenterait la capacité de l’économie à faire face aux chocs ainsi qu’une performance économique continue. Sur le long terme, un taux de croissance économique élevé et stable permettrait d’améliorer les indicateurs de développement du Maroc -taux de chômage, indicateurs de développement humain des Nations unies, PIB par habitant-, qui sont encore faibles par rapport aux autres pays de la catégorie BBB.

Quels sont les facteurs de risque qui pèsent encore le plus sur la notation du Maroc ?
L’affirmation de la notation souveraine marocaine repose sur l’hypothèse d’une réduction graduelle des déficits du compte courant et du budget soutenue par un contrôle renforcé de la dépense publique, une baisse des prix de l’énergie et une reprise de l’activité en zone euro. Les principaux risques sur la notation incluent donc des prix de l’énergie plus élevés, une reprise en zone euro en déca de la prévision ou encore un contrôle des dépenses publiques moins fort qu’anticipé.

Le Maroc conserve sa notation. Pourtant, les déficits jumeaux demeurent toujours importants. Comment justifiez-vous cela ?
La hausse des déficits jumeaux reflète pour une grande part des circonstances exceptionnelles : la combinaison de la récession en zone euro, du prix du pétrole élevé et de la transition politique de 2011. Sur la base des premiers indicateurs disponibles, Fitch prévoit que ces déficits ont atteint un pic en 2012 et déclineront dès 2013 à 6% du PIB pour le déficit budgétaire, contre 7,6% en 2012 et 7,8% en 2013 pour le déficit du compte courant, après 10% l'année dernière.

Vous prévoyez également que le déficit budgétaire atteigne -4,4% en 2015 et le déficit du compte courant -5% au même horizon. Fitch est-elle alors satisfaite de la politique économique et des réformes menées actuellement par le Maroc ?
En tant qu'agence de notation, nous ne pouvons pas donner de conseil de politique économique.

Vous avez également maintenu la note F3 de la dette à court terme en devises, pourquoi ?
La note F3 a été automatiquement confirmée comme conséquence de l’affirmation de la note en devises étrangères long terme à BBB-.

Le maintien de la notation du Maroc prend en compte une performance économique plus forte dans la zone euro et des cours pétroliers moins élevés. Sur quels éléments s’est basée Fitch pour avancer ces pronostics ?
Fitch anticipe une reprise graduelle de la croissance en zone euro à compter de la mi-2013 tirée par une amélioration des conditions de financement du secteur privé, ainsi qu’une réduction de l’effort fiscal dans certains pays de la zone.
La croissance en zone euro atteindrait 0,9% en 2014 et 1,4% en 2015 contre -0,4% en 2013. L’hypothèse d’un baril de pétrole qui se stabiliserait autour de 100 dollars américains à moyen terme - contre 112 en 2012 - repose principalement sur l’effet de la croissance plus rapide de l’offre que de la demande de pétrole, notamment du fait des développements de la production nord-américaine.

Selon Fitch, comment se positionne actuellement le Maroc par rapport aux pays de la région MENA et les pays émergents ?
Le Maroc est parvenu à faire face à la période mouvementée du printemps arabe tout en conservant sa notation BBB-, ce qui reflète sa solidité dans le contexte régional. En comparaison, la Tunisie, qui connait une transition politique difficile, a été dégradée de plusieurs crans, à BB- désormais contre BBB avant 2011. De même, l’Égypte a été dégradée, à B contre BB+ avant 2011.

C’est pour quand la prochaine notation du Maroc ?
Nous revoyons les notations au moins tous les six mois, donc la prochaine notation interviendra avant le 5 mai 2014.


le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière