Finances publiques : Les recettes fiscales repartent à la hausse



Finances publiques : Les recettes fiscales repartent à la hausse
L'envolée des charges de la compensation occulte un point bien positif des finances publiques : le retour à la croissance des rentrées fiscales du Trésor.
Les rentrées d'argent pour le Trésor n'accusent aucune anomalie ou presque. À commencer par les recettes fiscales qui constituent la source principale du Budget de l'État. C'est vrai que les finances publiques ne se portent pas bien cette année, mais ce n'est pas la faute aux recettes, c'est plutôt aux dépenses. Mais pas toutes les dépenses. Ce sont surtout celles liées à la subvention de certains produits de base (sucre, farine nationale de blé tendre), pétroliers et gaz de butane qui sont responsables de ces dérives de la gestion des finances publiques qui faussent toute le donne.

Cette envolée des charges de la compensation est telle qu'elle occulte le point bien positif des finances publiques que constitue le retour à la croissance des rentrées fiscales du Trésor, après une année (2009) de baisse et une autre (2010) de stabilisation. En fait, selon la dernière situation arrêtée à ce sujet par Bank Al-Maghrib, au terme des huit premiers mois de l'année, les recettes du Trésor continuent leur mouvement haussier entamé au début de l'année, reflétant l'amélioration des produits de la majorité des impôts directs et indirects.

Les recettes ordinaires du Trésor, chiffrées à 137,5 milliards de DH (MMDH), ont enregistré une hausse de près de 7%, reflétant une progression de 5,6% des recettes fiscales et de 18,7% de celles non fiscales par rapport à fin août 2010. La hausse des recettes fiscales recouvre une amélioration des rentrées des impôts directs et indirects et une baisse des recettes relatives aux droits de douane.

Certes, on est loin du boom de 2008, année au cours de laquelle les recettes fiscales ont réalisé un bond de plus de 26%, mais c'était un cycle exceptionnel de croissance des impôts qui a été brisé brutalement par la crise financière et économique internationale de 2008. Et ce n'est que l'année dernière que la machine a commencé à rompre timidement avec la baisse, avant que l'évolution ne soit plus visible cette année. Il est à rappeler également que l'État avait procédé à des baisses d'impôts, notamment de l'IS et de l'IR, ce qui n'a pas manqué d'impacter aussi les recettes fiscales.

Ce n'est donc pas vraiment une crise des recettes qui explique les déboires des finances publiques, mais la gestion des dépenses, essentiellement liées à la caisse de compensation. Et même l'effort des pouvoirs publics en termes de rationalisation des dépenses, qui leur a permis de faire des économies non négligeables sur le train de vie de l'Administration, n'a eu qu'un impact minime sur l'équilibre budgétaire. Ce qui nous permettrait de conclure que tout le mal du Budget de l'État vient de la caisse de compensation qui engloutit des dizaines de milliards de DH, alors même qu'elle profite beaucoup plus aux riches qu'aux pauvres.

Et par-dessus tout, cette caisse, qui tarde à bénéficier d'une réforme sérieuse, fait actuellement l'objet d'une campagne pour montrer ses bienfaits, en occultant ses effets néfastes sur les finances publiques à moyen et long termes. Ainsi, rien qu'en août dernier, le montant alloué au soutien des prix a été de 3,3 MMDH, alors même que cette dépense est en baisse de 18% par rapport à celle du mois de juillet 2011. Ce qui porte les charges de compensation à près de 32 MMDH au cours des huit premiers mois de cette année, contre près de 17 milliards à fin août 2010.

Mais, ce n'est pas là le seul cas de dérive budgétaire. On note également la hausse constante et progressive des dépenses du personnel, après une accalmie enregistrée ces dernières années. Ainsi, la masse salariale s'est accrue de 10,6% de janvier à août 2011, se chiffrant à près de 57 MMDH, annulant presque l'effet des économies réalisées sur le train de vie de l'État.

Recettes en hausse
Les recettes des impôts directs ont progressé de 8,7% à fin août dernier. Les rentrées de l'impôt sur les sociétés ont augmenté de 12,6%, tandis que les recettes au titre de l'impôt sur le revenu ont marqué une progression de 5,7%.
Les recettes des impôts indirects se sont accrues de 6,4%, soit 51,8% du total des recettes fiscales et 46,2% des recettes ordinaires du Trésor. Le produit de la TVA s'est amélioré de 8,4%

Le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière