Finances publiques : Arriérés de TVA s’élèvent à 22,7 milliards de DH



Les explications du ministre du Budget devant le Parlement au sujet des conclusions du rapport de la Cour des comptes sur les finances publiques n’ont pas convaincu. En effet, sur les arriérés de TVA, les magistrats de la Cour des comptes ont conclu qu’ils s’élèvent à 25,5 milliards de DH, sans pour autant figurer dans les états financiers officiels. L’essentiel étant détenu par les établissements publics.

Au cours de son intervention au Parlement, hier mercredi 25 mai, Driss El Azami, ministre du Budget, a reconnu que l’ardoise au titre de la TVA détenue par ces établissements au 31 décembre 2014 s’élève à 22,7 milliards de DH. Et c’est la première fois que le gouvernement donne le détail de la répartition des arriérés de TVA par entité publique. A lui seul, l’OCP détient 10,5 milliards de DH d’arriérés de TVA, suivi de la société Autoroutes du Maroc (4,8 milliards).

Royal Air Maroc a bénéficié d’un remboursement de l’ordre de 530 millions de DH. Ce qui représente la moitié de la dette.

Pour réduire le montant des impayés au titre de la TVA, le gouvernement a dû signer un contrat-programme avec l’ONEE et l’ONCF. Les deux établissements ont bénéficié d’un remboursement de TVA respectivement de 2 milliards et 1,8 milliard de DH accumulés à fin 2013. «Ce dispositif a permis de limiter le reliquat d’arriérés de TVA à 4,3 milliards de DH, soit une baisse de 19%», a déclaré le ministre. Sauf que l’on est toujours loin du montant avancé par la Cour des comptes, soit 25,5 milliards de DH.
Le butoir a longtemps empoisonné les rapports entre les opérateurs économiques et le gouvernement. A fin 2013, il avait atteint environ 14 milliards de DH. L’essentiel revenant aux établissements publics. Les lois de Finances 2015 et 2016 avaient introduit un mécanisme de remboursement des entreprises privées par palier. La première phase concernait les contribuables dont le montant du butoir était inférieur ou égal à 20 millions de DH. Soit un total de 235 millions de DH. La seconde portait sur le remboursement des entreprises privées dont le montant variait entre 20 et 500 millions de DH. Le montant déboursé s’est élevé à 613 millions de DH. Quant aux impayés de TVA dus aux établissements publics, le gouvernement n’a prévu aucun remboursement direct, mais a plutôt eu recours à un artifice. Le principe consiste, par exemple, dans le cas de l’ONCF à relever le taux de TVA de 14% à 20% sur le prix des billets de train pour réduire l’effet du butoir. Le même dispositif a été appliqué à la société Autoroutes du Maroc. La démarche prévoit également la généralisation du remboursement de TVA sur l’acquisition des biens d’équipement et l’exonération de TVA sur les biens d’investissement de l’ONCF et des compagnies aériennes.
Les explications fournies par le ministre du Budget aux Représentants ne permettent pas d’avoir une idée exacte de la situation réelle des arriérés de TVA.


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière