Finances Publiques: Situation tendue



Finances Publiques: Situation tendue
LA résilience de l’économie face à la crise internationale montre des signes de faiblesse.
L’économie s’apprête donc à vivre une année 2012 (enfin ce qui en reste) difficile. La croissance attendue ne serait plus que de 2,4% (HCP). Un chiffre bien inférieur à celui inscrit dans la loi de Finances. Et pour cause, «la faible croissance voire la récession de nos partenaires va faire peser des pressions sur nos exportations, sur les nuitées touristiques et les transferts des MRE», soutient Mohamed Berrada, ex-ministre des Finances et actuel président du centre Links.
La faible pluviométrie risque, pour sa part, de ramener la production de céréales à un niveau bas (environ 30 millions de quintaux), et en conséquence accélérer le recours aux importations.
En plus du ralentissement attendu de la croissance, le déficit du Trésor prévu ressortirait réellement à plus de 6%. Il n’y a qu’à voir le lourd tribut de la compensation dans le budget. Initialement prévue à 46 milliards de DH (dont 14 milliards d’arriérés), la charge de compensation réelle, selon Berrada, pourrait atteindre des sommets près de 81 milliards de DH au terme de 2012. «Le gap de financement serait de 35 milliards qui se transformeraient en arriérés», prévoit-il.
En dépit de la récente hausse des carburants (cf. L’Economiste du 4 juin 2012), l’objectif de 32 milliards de DH de la Caisse de compensation ne sera pas atteint.
Le gouvernement doit donc trouver d’autres sources de financement pour alléger son poids. Le ciblage des populations les plus défavorisées est plus que jamais une urgence. C’est d’ailleurs la priorité du gouvernement Benkirane avec en ligne de mire la réduction du déficit public. Pour ce faire, il faut agir sur les dépenses tout en cherchant à améliorer les recettes fiscales. «Or réduire les dépenses, c’est réduire la croissance, qui seule, a un effet élastique sur les recettes fiscales», rétorque l’ex-argentier du Royaume. Et de préconiser, «en agissant sur les dépenses publiques, il faut adopter un comportement sélectif. L’augmentation des charges de fonctionnement au niveau des salaires, par exemple, agirait sur le pouvoir d’achat et sur la consommation et donc sur la croissance, en cas d’équilibre».
Dans le cas d’un fort déficit du Trésor, la relance devrait venir d’une augmentation des dépenses d’investissements. «Ce n’est pas le cas actuellement dans la mesure où on assiste à un retard des engagements, qui malgré l’augmentation des crédits d’investissements inscrits, verra l’effet multiplicateur des investissements s’estomper», déplore Berrada.
Autre source d’inquiétude, le déficit des comptes extérieurs. La balance commerciale présente un taux de couverture «alarmant» depuis quelque temps déjà (48,2% à fin avril). Le déficit commercial (49 milliards de DH) atteint aujourd’hui 8% du PIB. La valeur des importations (123 milliards de DH) représente plus du double des exportations (60 milliards de DH).
A l’analyse de l’évolution de la structure des importations, «on importe de tout et de plus en plus des produits de consommation y compris des produits alimentaires», constate Berrada. D’ailleurs pour lui, comme pour plusieurs économistes, le bas niveau de l’inflation (inférieur à 2%), s’explique, en partie, par le niveau des prix des importations, grâce à la libération du commerce extérieur et aux multiples accords commerciaux du Maroc. Partant, la compétitivité de l’économie en a pris un coup.
A cela s’ajoute les transferts courants et les investissements extérieurs qui après avoir  longtemps contribué à financer le gap commercial se réduisent comme peau de chagrin compte tenu de la morosité de la conjoncture internationale. Conséquence: le déficit courant de la balance des paiements est devenu négatif, aux environs de 4% entrainant la baisse du niveau des réserves de change à, à peine plus de 4 mois d’importation. Un seuil qui reste pour le moment à la limite du raisonnable.

l'economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière