Financement des études supérieures

Poursuivre des études supérieures de qualité est le seul moyen sûr de se garantir une belle carrière professionnelle.
Le financement des études à crédit était quasi impossible ces dernières années, avant que quelques banques de la place ne prennent l'initiative de lancer des produits dédiés à ce type de besoin.



Financement des études supérieures
Assurer l'avenir de ses enfants est sans doute la préoccupation majeure de très nombreux chefs de famille. En ce sens, la poursuite d'études supérieures de haut niveau est la seule manière de mettre toutes les chances de son côté pour accéder à une belle carrière professionnelle. Seulement, des études de qualité, cela coûte cher. Dans le privé, il faut compter quelque 40.000 DH par an, voire plus, pour une formation après le Bac. Pour le troisième cycle, les frais peuvent facilement atteindre 120.000 DH par an. Et à moins d'avoir des ressources financières suffisantes, il n'y a qu'un seul moyen pour financer cet investissement : le crédit.
Malheureusement, et contrairement à ce qui se passe sous d'autres cieux, les banques marocaines n'offrent pas, sauf deux d'entre elles, des produits spécifiques à ce type de besoin. « Jusqu'à 30% des étudiants des écoles privées financent leur cursus scolaire à crédit », affirme un responsable d'un établissement d'enseignement supérieur, avant d'ajouter que « les inscriptions pourraient atteindre des niveaux records si les organismes de financement proposaient des produits dédiés à la formation avec des conditions plus souples ». Dans certains pays, notamment européens, suivre une formation supérieure de qualité est devenu pratiquement un droit acquis pour tout un chacun. Dans les banques, outre le fait que le financement des études est devenu une niche stratégique intéressante, aider les étudiants à bâtir leur carrière est presque une mission sociale. En France, par exemple, tous les organismes de crédit offrent des prêts pour financer les études. Les établissements bancaires accordent plus de 100.000 prêts aux étudiants chaque année. C'est l'étudiant et non ses parents qui contracte le prêt et il ne commence à payer qu'après avoir commencé à travailler. De plus, les taux d'intérêt sont très avantageux. Ils commencent à 4% et ne peuvent dépasser les 9%. Pourquoi pas chez nous ?
« En l'absence de mécanisme de garantie qui pourrait être mis en place par l'Etat afin de faciliter l'accès aux études pour tous, nous ne pouvons pas nous aventurer à octroyer des crédits à des personnes peu convaincantes », argue un banquier de la place. Ceci dit, certaines banques ont pris quand même l'initiative et ont élaboré des formules avantageuses en ce sens.

Ce qu'offre le marché
Au Maroc, il existe trois formules pour le financement des études supérieures. La première formule, la plus courante, est le simple crédit à la consommation. Pour un bachelier, cela consiste généralement en ce qu'un parent ou un tuteur contracte un crédit à son nom. Le montant du crédit, qui doit normalement être égal au total des frais de scolarité, dépendra des niveaux de revenu et d'endettement du contractant. Le remboursement devra être effectué au cours de la période des études, sur une durée maximale de 5 ans et ce à partir de la date de déblocage ou avec quelques mois de différé. Quant au taux d'intérêt appliqué dans cette formule, il reste parmi les plus élevés, sachant que les taux d'intérêt des crédits à la consommation peuvent aller jusqu'à 12%.
La deuxième formule est sans doute plus avantageuse, mais elle n'est pas très répandue sur le marché. Elle est commercialisée, à titre d'exemple, par la SGMB, sous le nom de
« Prêt études Banky ». Dans cette formule, le crédit sera au nom de l'étudiant, qu'il soit actif ou non. Le montant du prêt peut aller jusqu'à 75% des frais de scolarité et peut même couvrir les frais annexes (logement, équipements et autres frais...), mais il fait l'objet d'un plafonnement selon la nature des études (maximum 30.000 DH l'an). Le plus intéressant dans cette formule, c'est qu'elle offre la possibilité de ne rembourser le capital emprunté qu'après la fin des études. L'étudiant n'aura donc à payer, durant cette période de franchise, que les intérêts, et il ne restituera le principal qu'une fois dans la vie active. Ceci peut allonger la durée globale du prêt jusqu'à 120 mois, c'est-à-dire 10 ans ( 48 ou 60 mois pour la franchise + 72 ou 60 mois pour le remboursement). Quant au taux d'intérêt, il est beaucoup plus bas que dans la première formule. Les taux proposés par la SGMB commencent à partir de 7% pour les clients de la Société générale et 7,75% pour les clients des autres confrères et sont établis en fonction de l'école, du niveau des études et de la qualité de la caution. En effet, dans ce genre de formules, une caution est obligatoire. C'est la garantie que prend la banque pour se prémunir contre le risque de non-remboursement du capital après la période des études. La qualité de la caution (situation financière de la personne qui se porte garante) est très importante car elle détermine le sort du dossier de crédit et le niveau du taux d'intérêt.
La troisième et dernière formule ressemble beaucoup à la deuxième, mais avec quelques différences. Actuellement, elle n'est offerte que par la BCP. L'inconvénient de cette formule est que seuls deux établissements sont acceptés, à savoir Al Akhawayn et HEM. En outre, le montant du prêt est plafonné en fonction de l'école (50% pour Al Akhawayn). Mais, la formule présente également des avantages en matière de franchise et de durée de remboursement. En effet et contrairement à la deuxième formule, l'étudiant n'aura à payer ni intérêt ni capital durant la période de franchise qui est égale pour Al Akhawayn, par exemple, à 54 mois pour les étudiants en licence et 30 mois pour le master. Quant à la durée de remboursement, elle peut atteindre 114 mois (9,5 ans) pour les étudiants en licence et 84 mois (7 ans) pour ceux du master. Le taux d'intérêt est de 7,5% et les conditions d'acceptation du dossier sont les mêmes que celles de la formule précédente avec, en plus, la nécessité de présenter des justificatifs prouvant l'incapacité de financer ses études.
Ceci dit, et malgré les avantages qu'offrent ces deux dernières formules, il faut prêter attention à quelques aspects. En effet, étant dans l'obligation de rembourser le prêt dès l'entrée dans la vie active, une fois le diplôme en poche, on se retrouve avec des revenus amoindris, ce qui limitera la capacité de financement, voire d'endettement du contractant pour satisfaire ses nouveaux besoins (voiture, logement, mariage, voyages et loisirs...). La période de franchise a également une incidence sur le coût global du crédit. Durant la période de franchise, le capital reste inchangé. Du coup, le montant des intérêts sera plus élevé que si le remboursement prend effet immédiatement. Pis encore, durant la formule où l'on ne paye rien durant la période de franchise, les intérêts liés à cette période sont cumulés pour être payés avec le capital durant la période de remboursement.

Finances News


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière