Executive MBA: Donnez des ailes à votre carrière



Ces formations interviennent à des moments décisifs.
Idéales pour une carrière à l’international.
Ces programmes permettent de tisser de précieux réseaux.
C’est assurément bouleversant pour votre carrière. Les formations supérieures visant les cadres, MBA et Executive MBA, sont des moments forts de la vie professionnelle de ces derniers. «Cela m’a permis d’avoir des clés de lecture de mes choix de carrière. Je sais maintenant pourquoi j’ai réussi là où j’ai réussi, et là où j’ai échoué, pourquoi j’ai échoué», affirme Amine Belemlih, directeur des marchés émergents dans les régions Europe, Moyen-Orient et Afrique chez Dell. Un poste qu’il a occupé après la préparation de l’Executive MBA de l’ESCP.
Des catalyseurs de carrière, l’Executive MBA l’a été certainement pour Belemlih mais pour lui, c’était surtout l’occasion d’une profonde réflexion sur sa carrière: «Comment négocier le bon virage quand on est à une étape de sa vie où l’on n’a plus droit à l’erreur?», c’était cela la grande question à laquelle il a aujourd’hui la réponse. Son «ami de classe» Antoine Gautier semble lui aussi avoir eu la bonne réponse bien qu’il ait pris un chemin complètement différent. Après l’Executive MBA, il quitte le confort du salariat et le statut alléchant d’expatrié de Safran au Maroc, pour s’installer à son compte: X Shore, une entreprise de conseil et de prestation de services Off-shore. Gautier révèle un autre atout des formations de top management: le réseau. Ses premiers clients sont tous des entreprises dont il a connu les dirigeants à l’occasion de l’Executive MBA, affirme-t-il.
Les deux jeunes cadres insistent aussi sur la dimension internationale de ces formations. En effet, les MBA mais surtout les «Executive» intègrent nécessairement une grande partie de séminaires à l’international: Europe, Asie, Amérique latine et Afrique. Aussi, le choix des candidats est effectué de façon à favoriser la diversité des cultures d’entreprises et le maillage des expériences. C’est pourquoi, les MBA ne sont pas l’apanage des grands groupes. Même les petites entreprises y vont, bien que cela coûte cher, un peu trop. Pour celui de l’ESCP il faut compter 400.000 dirhams.
Afifa Ouazzani Boutaleb, directrice générale de AOB Consulting, qui assure la logistique et la communication autour du diplôme au Maroc, met en avant le fait que 80% des cours sont dispensés à l’étranger, sans parler des séminaires. «L’Executive MBA de l’ESCP a été le premier du genre au Maroc», insiste-t-elle.
L’EDHEC est un autre ténor français de la formation en management qui s’est allié à l’Esca pour dispenser son Executive MBA au Maroc.
Dans cette course à l’excellence, l’école publique n’est pas du reste. L’EHTP (Ecole Hassania des travaux publics) dispose dans sa panoplie de partenariats étrangers d’une référence dont le directeur général, Dalil Guendouz, est tout particulièrement fier. C’est le MBA de l’Ecole Nationale des Ponts et Chaussées (ENPC) de Paris. En pour cause, «le Maroc fait partie du cercle très restreint des pays dans lesquels cette formation est enseignée. En plus du Maroc, il y a la France, la Grande-Bretagne, le Japon, la Chine et l’Inde», explique Guendouz.
D’un point de vue financement, la majorité affirme que la scolarité est prise en charge totalement par le cadre. Cela n’empêche que des cas où l’employeur supporte totalement ou partiellement le coût de la formation existe aussi. Mais plus rare, sont les cas où c’est l’entreprise qui initie l’idée de suivre une formation. «Cela arrive dans les cas où l’entreprise cherche à retenir un cadre «haut potentiel» encore quelques années», explique un jeune dirigeant d’entreprise. Et quand l’entreprise accepte de financer la formation, un deal est généralement passé avec le cadre pour lui imposer en contrepartie le fait de rester une durée minimale de deux ans en moyenne après l’obtention du diplôme.

Un marché qui va crescendo

LE marché de la formation continue pour les hauts cadres est en pleine expansion et des événements comme le Foraction viennent se positionner sur ce segment en offrant un espace de rencontre entre l’offre et la demande le temps d’un salon.
«La raison de cet engouement réside dans le fait que les entreprises opérant dans un contexte de plus en plus global ont besoin pour relever ce défi de l’ouverture internationale de cadres aux compétences mises à jour en permanence», explique le directeur de l’EHTP, Dalil Guendouz. Un besoin accentué par «la réelle pénurie de compténces à laquelle font face les grandes entreprises, les multinationales notamment», renchérit Amine Belemlih.
Guendouz a son indicateur pour mesurer l’intérêt croissant pour la formation continue des cadres, l’évolution du volume dispensé. «En 5 ans, ce dernier a doublé pour passer de 15.000 à 30.000 hommes/jour par an».
Si on se place du côté du cadre, il fait lui aussi face à une concurrence globale. Une entreprise marocaine peut tout à fait préférer un cadre étranger (asiatique, européen, etc.) s’il est plus efficace que son équivalent marocain. Ce dernier a donc tout intérêt à ce que son arsenal compétences soit aux normes internationales. Dans cette optique, les MBA et Executive MBA sont en quelque sorte les ISO des compétences. C’est pourquoi sur les sites de recrutements internationaux, il y a toujours la question : avez-vous un MBA? Celui qui ne coche pas cette case, il est sûr d’être hors-jeu, un vrai carton jaune pour nos cadres.

L'Economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière