Equipement et Transport



Les infrastructures de base constituent les principaux leviers de la croissance économique et du développement. C’est la raison pour laquelle, elles figurent parmi les principales priorités du gouvernement.





L'ensemble des activités commerciales et touristiques du pays est tributaire de la construction, de l'extension, du maintien et de l'amélioration des voies de communication. Dès lors, le Ministère de l'Equipement et du Transport engage tous ses efforts afin de réaliser une infrastructure de base moderne, facilitant les échanges locaux, régionaux et internationaux et assurant la fluidité, le confort et la sécurité des déplacements des biens et des personnes.

A- STRATEGIE DU MINISTERE DE L'EQUIPEMENT ET DU TRANSPORT

La stratégie du Ministère de l'Equipement et du Transport est une déclinaison de la déclaration de la politique générale du gouvernement, laquelle a mis l'accent sur:

• Le développement économique et social, par le renforcement et la modernisation des grands réseaux d'infrastructures et de superstructures;

• La mise en oeuvre d'une politique de proximité à travers le désenclavement des zones rurales.

B- DONNEES SUR LES SECTEURS RELEVANT DE CE MINISTERE

1. Secteur routier et autoroutier

Construction et Maintenance du réseau routier

Le Maroc dispose d'un réseau routier qui le place parmi les premiers pays africains, avec un linéaire total de 60.000 km dont 60% revêtus.

Le linéaire de routes construit annuellement est de 1.500 Km, en plus de la rocade méditerranéenne en cours de construction et qui reliera Tanger à Saïdia.

Par ailleurs, environ 50% du budget du Ministère alloué annuellement au secteur routier est consacré à la maintenance.

Rocade méditerranéenne

La rocade méditerranéenne, qui s'étend de Tanger à Saidia sur environ 550km, permettra le développement de la côte méditerranéenne, son désenclavement et la mise en valeur de ses importantes potentialités.

Actuellement, 172km sont achevés [Tanger-Ksar Sghir (30km), Saidia-Ras Kebdana (20km), Ksar Sghir-Fnideq (30km) et Oued Kert-Ras Kebdana (92km)] et 278km sont en cours de réalisation [Al Hoceima-Ras Afrou(84km), Jebha-Al Hoceima (103km) et Tétouan-Fnideq (28km)].

Le les études et les financements relatifs à la réalisation du tronçon Tétouan – El Jebha (120km) sont finalisés. Les travaux démarreront dès sa budgétisation dans la loi de finances.

Routes rurales

L'achèvement en 2005 des 11000km de routes du premier programme national des routes rurales (PNRR1) permettra de porter le taux des populations desservies par une route à 54%, et la réalisation, à partir de 2005, des 15000 km prévus dans le nouveau programme (PNRR2) permettra de porter le taux d'accessibilité de la population rurale au réseau routier à 80% à l'horizon 2015.

Autoroutes

La cadence de réalisation du réseau autoroutier qui a prévalu jusqu'à aujourd'hui était de 50km/an.

La nécessité de mise à niveau de nos infrastructures a imposé d'améliorer cette cadence, la faisant passer à 150km/an, ce qui permettra de disposer d'un réseau autoroutier de 1500km en 2010 contre 594km actuellement.

Dans ce sens, une étape déterminante a été franchie en 2004, avec la mise en place des dispositions et des mécanismes financiers nécessaires à la réalisation du programme autoroutier:

• Signature du Contrat programme Etat-ADM selon lequel l'Etat s'engage à apporter une augmentation annuelle du capital de l'ADM de 320MDH sur 5ans, à l'adoption du principe des charges différées et à l'émission des obligataires garanties par l'Etat;
• Signature d'une convention entre le Fonds Hassan II pour le Développement Economique et Social et l'ADM selon laquelle le Fonds s'engage à contribuer par une augmentation annuelle du capital de l'ADM de 500MDH sur 3 ans.

Actuellement, le réseau autoroutier se présente comme suit:

• Tronçons autoroutiers mis en service : 594km;
• Tronçons autoroutiers en cours de réalisation : 272km;• Tronçons autoroutiers en cours de lancement : 95,5km;• Projets autoroutiers programmés : 584 km.

Voies express

Les routes à double voie appelées communément voies express constituent des projets structurants à forte valeur ajoutée économique et sociale permettant de relier les pôles économiques des régions. Leur réalisation avec les participations financières des Conseils Régionaux et des Organismes nationaux a donné un nouveau souffle au partenariat en matière de réalisation d'infrastructures routières.

L'année 2005 a été marquée par l'achèvement des travaux de dédoublement de la RN2 entre l'Aéroport Oujda Angad et Ahfir (20km) et entre Salouane et Aroui (9km) et par le lancement des travaux de dédoublement de la RN13 entre Tétouan et Fnideq (25km) et de la RN1 entre Laâyoune et El Marsa (24km).

Sécurité routière

Conscient de la nécessité de résoudre la problématique liée à la sécurité routière, le Ministère de l'Equipement et du Transport a préparé, en concertation avec tous les Départements intervenants ou interpellés, une stratégie nationale de sécurité routière pérenne et réaliste, avec des objectifs définis et chiffrés sur dix années.

Un plan d'action national relatif au contrôle a été préparé en concertation avec la Gendarmerie Royale et la Direction Générale de la Sûreté Nationale pour repositionner la mission de contrôle au cœur de la politique de lutte contre l'insécurité routière. Ce plan a été validé par le Comité permanent de Sécurité Routière.

Par ailleurs, une réforme de l'arsenal juridique et réglementaire en matière de sécurité routière a été engagée.

A signaler que suite à la mise en œuvre de ces actions, le nombre d'accidents de la circulation, enregistré au cours de l'année 2004, a régressé de 4%.

2. Secteur ferroviaire

Le réseau ferroviaire marocain est de 1.900 Km dont 370 Km à voie double; 53% du linéaire étant électrifié et 900 Km sont exploités en traction diesel.

Ce réseau permet d'atteindre jusqu'à 160 Km/h sur les axes principaux. Il se présente sous forme d'un couloir reliant Marrakech au centre et Oujda à l'Est, avec des antennes desservant le port de Tanger au détroit, et les ports de Safi et Jorf-Lasfar sur l'Atlantique.

Par ailleurs, et dans le cadre du développement des infrastructures ferroviaires, un avenant au contrat programme a été signé en août 2004 incluant la réalisation de deux grands projets, à savoir:

• La réalisation de ligne ferroviaire Taourirt-Nador (117km) pour un coût de 1.776MDH. (Travaux en cours)
• La desserte ferroviaire du nouveau port de Tanger Méditerrannée (45km) pour un coût de 2.863 MDH. (Travaux en cours de démarrage).

3. Secteur Maritime

Avec un littoral de 3500 km, réparti entre l’atlantique et la méditerranée, le Maroc dispose actuellement de 30 ports qui constituent un véritable réseau portuaire.

A ces ports viendra s’ajouter bientôt le port Tanger-Mediterrannée dont le coût de réalisation est estimé à 16MMDH. La réalisation de ce port, dont la mise en service est prévue en 2007, permettra au Maroc de se doter d'un port de transbordement d'une grande envergure.

Le trafic passager est traité essentiellement par deux grands ports : Tanger sur le détroit et Nador au nord du Maroc.

4. Secteur aérien

Le Maroc dispose d’un patrimoine aéroportuaire composé de 15 aéroports internationaux implantés dans les principales villes du Royaume. Ces aéroports sont desservis par des axes routiers en très bon état et d’un niveau de service très performant. Ils sont également équipés d’installations aéronautiques très modernes permettant une gestion du trafic commercial dans les meilleures conditions de fluidité et de sécurité.

La capacité totale des aérogares passagers desdits aéroports est d’environ 12 millions par/an, dont 4 millions pour l’aéroport Casablanca-Mohamed V, 2,2 millions pour l’aéroport Agadir - Al Massira et 1,5 millions pour l’aéroport Marrakech - Ménara.

Par ailleurs, et suite à la réforme engagée dans ce secteur, une nette amélioration de la desserte aérienne du Maroc a été signalée durant l'année 2005.

A signaler que l'année 2005 a été marquée par le début des négociations avec l'Union Européenne en vue de conclure un accord euro méditerranéen en matière d'aviation civile (accord d'Open Sky).

5. Secteur des Equipements publics

Dans le cadre de la maîtrise d'ouvrage déléguée, le Ministère de l'Equipement et du Transport a réalisé différents projets socioculturels pour le compte d'autre Départements (Centres Hospitaliers Universitaires de Fès et Marrakech, Chambre des Conseillers, Complexe administratif des Finances, Bibliothèque Nationale du Royaume).

Par ailleurs, il s'est vu confier la réalisation des stades de football de:

• Marrakech : avancement au 25/08/2005 = 83,83%;
• Tanger : avancement au 25/08/2005 = 87,84%;
• Agadir : avancement au 25/08/2005 = 29,83%;

6. Secteur de BTP

L'année 2004 a été marquée pour le secteur de BTP par la signature d'un contrat programme 2004-2007 entre, d'une part, l'ETAT, représenté par le Ministère de l'Equipement et du Transport et le Ministère Chargé de l'Habitat et de l'Urbanisme, et d'autre part, LA Confédération Générale Des Entreprises Du Maroc et LA Fédération Nationale Du Bâtiment Et Des Travaux Publics.

Les grands objectifs des actions à entreprendre dans le cadre de ce contrat sont:

• L'amélioration de la structure de l'entreprise et la modernisation de son mode de gestion;
• La garantie de la pérennité de l'entreprise;
• Le développement de la performance de l'entreprise;
• Le renforcement du partenariat entre l'Administration et les entreprises;
• La garantie de la visibilité du marché du BTP.

B- REFORMES ENGAGEES PAR LE MINISTERE DE L'EQUIPEMENT ET DU TRANSPORT

Pour mieux répondre aux attentes des usagers et à la demande accrue en moyens de transport des différents opérateurs économiques devenus de plus en plus exigeants, le Ministère de l’Equipement et du Transport a engagé des réformes qui ont touché l’ensemble des secteurs relevant de ses attributions.

Lesdites réformes ont concerné aussi bien les infrastructures que le volet organisationnel et institutionnel du secteur. Il s’agit en particulier des réformes suivantes:

• La libéralisation du transport routier de marchandises en vue de la mise en place d'un système de transport économiquement efficace assurant sa fonction dans les meilleures conditions de qualité, de sécurité, de fiabilité et de coût.
• La réorganisation du secteur portuaire (création d'une agence nationale de régulation portuaire et d'une société nationale d'exploitation portuaire) en vue de doter l'économie marocaine d'un outil performant à même de répondre à l'ambition et la vocation du pays d'arrimer son développement économique au marché Européen et Méditerranéen.
• La libéralisation du secteur aérien pour le développement et l'incitation du niveau de développement visé par le projet (vision 2010).

Pour en savoir plus sur les différentes services de transports au Maroc, vous pouvez visitez les sites :

Le Ministère de l'Equipement et du Transport
Transport ferroviaire : L'ONCF
Transport routier : Autoroutes du Maroc
Transport routier : La CTM
Transport aérien : L'Office National des Aéroports
Transport aérien : la Royal Air Maroc
Transport aérien : Amadeus
Transport maritime : L'Office d'Exploitation des Ports
Transport maritime : La COMANAV



         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière