Environnement

Le développement économique et social qu’a connu le Maroc, lors des dernières décennies, a permis de mettre en place les infrastructures de base de l’economie nationale et de répondre aux besoins socio-éducatifs de la population.Plusieurs secteurs ont connu une croissance notable, tels que le tourisme, l’industrie, la pêche, l’eau, l’habitat,etc…



Ce développement s’est accompagné d’une exploitation accrue des ressources naturelles et d’une dégradation de l’environnement suite à l’émission des rejets liquides, gazeux et solides, et ce en l’absence de mesures technique et réglementaires pouvant faire face à cette dégradation (le coût de dégradation de l’environnement dépassé les 8 % du PIB).
Ce développement s’est accompagné d’une exploitation accrue des ressources naturelles et d’une dégradation de l’environnement suite à l’émission des rejets liquides, gazeux et solides, et ce en l’absence de mesures technique et réglementaires pouvant faire face à cette dégradation (le coût de dégradation de l’environnement dépassé les 8 % du PIB).

La complexité des problèmes environnementaux et leurs implicatios économiques et sociales, nécessite la disponibilité d’une information synthétique et objective, permettant d’élaborer des stratégies adéquate pour arrêter la destruction du milieu naturel.

L’information sur l’environnement est donc devenue capitale, aussi bien pour les composantes de l’environnement à savoir : l’eau, les déchets, l’occupation du sol, l’air, la faune et la flore.

Les principales sources d’informations sont : le Ministère de l’Equipement, le Ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme, de l’Habitat et de l’Environnement, le Ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Energie et des Mines, le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, la Direction Générale des Collectivités Locales et l’Office National de l’Eau Potable.

Définitions

Eau

Les ressources renouvelables sont définies par les écoulements superficiels et souterrains formés ou entrant dans le territoire.Elles sujettes à différentes contraintes d’exploitabilité.Les ressources renouvelables sont chiffrées sur la base de données hydrologiques.en se référant à une période assez longue pour que les valeurs moyennes utilisées puissent être considérées comme stables.Elles peuvent se subdiviser selon : l’origine (flux intérieur formé sur le territoire et extérieur), selon la variabilité d’occurrence (écoulement régulier c’est à dire disponible 95% du temps ou irrégulier), selon le milieu parcouru (écoulement superficiel ou souterrain), la qualité (eau douce, eau saumâtre).

L’eau de surface (douce) est l’eau qui coule ou qui stagne à la surface du sol : les masses d’eau naturelles, comme les fleuves, les rivières, les ruisseaux, les lacs, etc., et les masses d’eau artificielles comme les canaux d’irrigation, les canaux industriels et les canaux de navigation, les réseaux de drainage et les réservoirs artificiels.

Les eaux souterraines (douces) sont les eaux présentes et pouvant généralement être captées au sein ou au travers d’une formation souterraine.C’est à dire tout gisement d’eau, permanent ou temporaire, constitué naturellement ou artificiellement, présent dans le sous-sol en qualité suffisante pour assurer au moins une utilisation saisoninière.

Les précipitations annuelles (p) sont le volume total annuel des précipitations atmosphériques (pluie, neige, grêle,…)

L’évapotranspiration annuelle (ETR) réelle est la somme total annuel de l’évaporation de l’eau de tous les réservoirs (naturels ou artificiels) et de l’évaporation par la végétation et les sols.

Le total des ressources comprend le ruissellement des eaux de pluie dans les eaux de surface et l’infiltration qui alimente les aquifères (équivaut à P-ETR).

L’apport externe annuel est le volume total annuel d’apport d’eaux de surface et d’eaux souterraines entrant dans un pays depuis un pays voisin.

Les eaux souterraines disponibles pour prélèvement annuel sont une évaluation du volume maximum d’eau qui peut être prélevé annuellement des ressources souterraines nationales, dans les conditions économiques et techniques existantes sans entraîner l’épuisement de la ressource de base à long terme.

Les moyennes annuelles à long terme sont calculées sur une longue période, en général 20 années consécutives ou plus.

Les prélèvement bruts d’eau sont les volumes d’eau prélevée définitivement ou temporairement d’une source quelconque.

En général, les autres sources d’approvisionnement (eaux marines ou saumâtres) ne sont utilisables qu’après des traitements spécifiques.On les appele production non conventionnelle ou productions artificielles.Dans cette catégorie, sont compris le dessalement d’eaux salées et saumâtres, la régénération d’eau (réutilisation des eaux usées des municipalités et de drainage).

Qualité des eaux de surfaces

La connaissance de la qualité d’eau est basée sur la surveillance de nombreux paramètres, tels que :

· l’oxygène dissous, la saturation d’oxygène, DBO, DCO pour la pollution organique ;

· Les azotes et le phosphore pour la pollution par les engrais ;

· La concetration de métaux pour la pollution industrielle.

Les niveaux suffisants d’oxygène dissous sont une condition pour la diversité de la faune et de la flore.

La Demande Biochimique en Oxygène (DBO) est la quantité d’oxygène utilisée dans des conditions spécifiques par l’oxydation chimique, par le bichromate, de matière organique ou inorganique présente dans l’eau.

Pour plus de détails, consultez le site de l'Office National de l'Eau Potable : www.onep.ma

Déchets

La production de déchets solides par secteur permet de mieux connaître l’impact de l’activité humaine en fonction des principaux secteurs économiques sur l’environnement et la qualité de la vie.Les quantités produites dépendent des modes de production et des structures industrielles, mais également du niveau de consommation.

Le terme de déchets industriels désigne des matériaux qui ne sont pas des produits premières (c.à.d. fabriqués en vue de la vente), et ne sont plus d’aucune utilité pour le producteur, que ce soit à des fins de production, de transformation ou de consommation, et qu’il désire éliminer.Ces déchets proviennent de l’extraction de matières premières, de sa transformation en matières intermédiaires et en produits finis, ou de toute autre activité humaine.Sont exclus les résidus recyclés ou réutilisés à l’établissement où ils ont été produits, ainsi que les déchets directement rejetés dans l’eau ou l’air ambiant.

Pour davantage de renseignements, visitez le site du Département de l'Environnement : www.matee.gov.ma



         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière