Entretien d'ambauche : les 100 questions à poser



Les 100 questions suivantes sont les plus courantes posées en entretien. Plutôt que de vous proposer une "bonne" réponse qui vous ferait perdre toute originalité, les questions sont suivies d'un commentaire sur les raisons qui peuvent les amener à être posées.

Il n'y a pas de bonne ou mauvaise réponse !

Imaginez un instant qu'à toute question puisse être immédiatement opposé une réponse suffisamment valable pour provoquer la satisfaction du recruteur. L'entretien ne serait alors qu'une suite d'échanges stéréotypés ne permettant nullement d'apprécier la valeur du candidat mais seulement sa maîtrise de techniques oratoires. L' Entretien comme mode de recrutement serait mort.

Le contexte est donc particulièrement important. Si quelqu'un vous demande si la ponctualité est quelque chose d'important pour vous, quel sens peut avoir le conseil de vous faire répondre par un oui franc et massif si vous êtes arrivé avec un quart-d'heure de retard ? C'est en ce sens qu'il faut comprendre qu'il n'existe pas de " bonne réponse " à toutes ces questions. Cela ne vous autorise pas à sortir n'importe quelle ânerie pour autant. Après vous avoir longuement exposé les besoins de la société et les perspectives de carrière, si l'on vous demande si vous avez des questions à poser ne vous sentez pas forcément obliger d'imiter ce candidat.

Nous le rencontrerons régulièrement et ses enseignements seront souvent instructifs mais c'est surtout en vous interrogeant personnellement sur ce que vous répondriez que votre travail sera efficace. Menez ce travail d'introspection dans la tranquillité et sans prise de tête. Il est inutile de retenir quoi que se soit par coeur, mais à force d'entraînement, vous réagirez rapidement d'une façon spontanée mais réfléchie.

Sommaire Thème 1 : Les études Thème 2 : La personnalité Thème 3 : L'expérience professionnelle Thème 4 : Le salaire Thème 5 : L'entreprise Thème 6 : L'environnement du poste Thème 7 : Questions diverses Thème 8 : Les questions qu'on ne doit jamais vous poser

Thème 1 : Les questions ayant trait aux études

Les questions sur les études voient leur importance diminuer avec l'expérience des candidats. Elles sont donc particulièrement importantes pour les débutants et les élèves en recherche de stage. Le cursus scolaire fait ici quasiment office d'expérience professionnelle. C'est naturellement sur ce sujet qu'on trouvera un premier sujet de discussion. Il convient de toujours motiver ses choix. Votre cohérence professionnelle est en jeu. Vous n'avez pas suivi un brevet de coiffure parce qu'il n'y avait plus de place en comptabilité. On cherchera à tester votre réelle motivation et c'est cela qu'il faut soigner. Si la partie formation fait partie de vos points faibles, vous en expliquerez les raisons - nécessité alimentaire d'entrer sur le marché du travail - et les efforts que cela vous impose - formation continue ou sens des responsabilités concrètes. Vous ne connaissez généralement pas le niveau de formation de celui ou celle en face de vous. N'en jetez pas, cela sera mal interprété à la fois d'une personne ayant un niveau de qualification nettement supérieur au vôtre et de celle qui se sera construit un parcours à la force du poignet et que vous pourriez blesser involontairement !

1) Pourquoi avez vous suivi ce type d'études ?

Simplement on cherche à vérifier votre motivation pour vos études. Les raisons externes - la famille, papa, maman - sont peu convaincantes. Privilégiez votre raisonnement et surtout mettez une finalité à vos choix : pour pouvoir exercer telle profession ; pour disposer d'une solide culture de base ; pour m'ouvrir sur les autres cultures pour une carrière à l'étranger...

2) Pourquoi avoir choisi cette Ecole ?

On sait bien que le choix d'une école dépend des résultats à un concours ou de critères géographiques. Vous n'êtes pas là pour les répéter mais pour expliquer en quoi l' école en question vous a permis d'atteindre ce que vous vous étiez fixé.

3) Que vous ont apporté vos études?

On aimerait bien savoir à quoi tout cela a servi : à acquérir des connaissances générales utiles dans un monde flou ; des compétences techniques directement utilisables par l'entreprise ; à connaître une expérience de travail en groupe ou à faire une expérience concrète du secteur d'activité par de fructueux stages ? Les réponses ne doivent jamais vous manquer pour justifier du bien fondé de votre cursus.

4) Pensez vous que vos études vous ont bien préparé à la vie professionnelle ?

La question peut dissimuler une crainte d'un décalage trop important entre votre formation et la réalité de l'entreprise. Vous avez peut être trop évoqué son aspect théorique. Au contraire on peut vous tendre une perche en vous permettant de faire le point sur le contenu exact de votre formation que votre interlocuteur ne connaît pas dans le détail. Détaillez donc l'aspect pratique et vos contacts avec le milieu professionnel.

5) Si vous deviez recommencer un cycle d'étude, lequel choisiriez vous et pourquoi?

On ne vous demande certainement pas d'entreprendre une nouvelle orientation durant l'entretien de votre recrutement. La question est une excellente technique pour vérifier la solidité de votre motivation. Si en moins d'une minute vous avouez que le rêve de votre vie c'était Gardien de Phare, on peut légitimement douter de vos capacités d'hôtesse d'accueil. N'hésitez pas à dire que vous referiez ce que vous avez fait; certainement différemment mais que vos choix sont réfléchis et ne varient pas quand ils sont aussi important que sur l'orientation professionnelle. En ce sens seulement vous comptez poursuivre vos études. Ne commencez pas non plus par demander quelle formation vous allez recevoir en intégrant la Société. On a besoin de personnes opérationnelles et mieux vaut repousser à un peu plus tard la négociation de vos futures formations.

6) Quelles étaient vos matières favorites ?

C'est une question qui a le mérite de ramener la discussion sur des bases concrètes. Expliquez surtout en quoi cette matière vous permet de comprendre des choses précises ; le fonctionnement d'un moteur pour la mécanique ou l'importance des prix pour le Marketing.

7) Quelles étaient vos notes dans cette matière ?

Il est particulièrement intéressant de mesurer les résultats dans votre matière vedette. Evidemment on ira rarement vérifier la note du premier partiel du deuxième trimestre de la première année, mais après vous avoir entendu dire que vous rêviez presque de compta la nuit, on peut s'étonner que vos résultats ne soient pas à la hauteur. Donc vous ne réussissez pas dans ce que vous aimez ? Et dans le reste ? Question de cohérence simple, elle n'intervient sérieusement que sur des aspects techniques pointus.

8) Comment avez vous financé vos études ?

On cherche à vérifier votre degré d'autonomie et non à sonder votre compte en banque. Travail annexe, jobs d'étudiants, prêts bancaires, aide des parents, on attend surtout un mix qui fasse ressortir votre aptitude à prendre votre vie en main.

9) Quelles étaient vos activités extra-scolaires ?

Ici aussi on cherche à tester votre dynamisme, votre capacité d'intégration, votre aptitude au travail en groupe. On n'attend pas forcément de vous des activités extraordinaires où vous bondissez de sauts en élastique en traversée de déserts. Si vous avez monté une association de philatélie, cela est tout aussi intéressant. On testera ainsi l'équilibre de votre caractère et on ne vous demande pas de vous prendre pour Superman à longueur de journée.

10) Quel a été votre plus grand échec/réussite ?

Un échec ne vaut que si l'on comprend et remédie à ses causes. Votre capacité à rectifier une erreur vaut largement les supposées réussites que vous êtes prêt à vous attribuer. Bill Gates, le jeune patron du géant Microsoft, déclarait qu'il n'embauchait que des collaborateurs qui s'étaient déjà trompés...

11) Etes vous prêt à reprendre vos études ?

En clair êtes vous un éternel étudiant cherchant refuge dans la formation ? Vous aurez besoin au cours de votre carrière de vous tenir informé de l'évolution des techniques.

12) Qu'avez vous retiré des méthodes de travail de ces années d'étude ?

On cherche à mesurer votre rigueur, votre sens de l'organisation. Veillez à rester le plus proche possible des habitudes du secteur considéré. Développez en quoi votre méthode de travail influence ne serait-ce qu'une qualité que vous estimez importante pour le poste en question.

13) Avez vous gardé des contacts avec vos professeurs ou formateurs ?

C'est toujours l'occasion de pouvoir citer une référence. Généralement, vos professeurs vous témoignent une estime supérieure à celle que vous imaginez. Vous êtes un peu leur bébé ! Ne citez un nom que s'il vous a suffisamment connu. N'hésitez pas à demander à vos formateurs la possibilité de les contacter pour une référence.

14) Avez vous toujours des contacts avec vos camarades de promotion ?

La question est aussi de cohérence. Il n'est pas rare d'entendre des candidats expliquer que la vie en groupe a forgé durant trois ans de solides amitiés et habitudes de travail puis déplorer quelques minutes plus tard qu'il ne voit plus personne depuis son retour du service militaire. On teste votre capacité relationnelle mais vous n'êtes pas mariés avec vos collègues et personne ne vous demande de partager le même lit. Soyez simplement cohérent dans l'importance de vos relations.

15) Pourquoi avoir changé d'orientation ?

On revient sur la capacité à assumer ses erreurs. Mieux vaut s'apercevoir rapidement que l'on fait fausse route. Deux facteurs entrent en ligne de compte : le temps qu'il vous a fallu et la différence du changement. Il faudra donc encore plus que d'ordinaire justifier votre choix actuel pour bien montrer que votre motivation actuelle est sincère. C'est votre inconstance dans l'effort que l'on redoute le plus.

16) Pourquoi avoir abandonné en cours de route ?

La qualité de vos raisons va seule permettre de dissiper cette impression éliminatoire que vous êtes une personne qui ne finit pas ce qu'elle entreprend. Ne prétextez pas des motifs qui vous sont extérieurs mais démontrez que, placé dans votre situation, vous avez pris la décision - certes difficile - qui s'imposait et assumez la.

17) Pourquoi n'avoir aucun diplôme ?

On ne cherche pas à vous mettre mal à l'aise mais sachez que si votre manque de formation constituait un obstacle infranchissable, il y a peu de chance qu'on vous aurait convoqué !

Thème 2 : Les questions ayant trait à la personnalité

18) Parlez moi de vous...

19) Présentez vous

20) Allez y...

La question qui lance encore de nombreux entretiens. Il ne s'agit pas à proprement parler d'une question mais d'une invitation à la discussion. Le caractère ouvert de la démarche surprend et désarçonne toujours. " Vous parler de moi... euh.. sur quel plan... euh..." On n'attend évidemment pas que vous développiez des sujets d'ordre intime. Les informations que vous donnez doivent être réfléchies et on n'a rien à attendre de vos impressions qui vous passent par la tête. Vérifiez bien la pertinence de ce que vous avancez. A quoi cela avance-t-il votre interlocuteur ? La tentation est grande de se perdre dans le détail anecdotique ; préparez donc un petit résumé qui résume votre expérience et vos attentes. Soyez bref car vous risquez d'embarquer votre interlocuteur dans un dialogue courtois mais sans intérêt. Lorsque vous disposez d'une demi-heure pour prouver votre intérêt, est-ce bien utile de vous définir comme un amateur de ballades ? Ce n'est parfois qu'un détail qui sera retenu au détriment de tout le reste. C'est une question très vaste : on vous la pose aussi pour voir vos facultés de synthèse.

21) Quelles sont vos principales qualités ?

22) Quels sont vos principaux défauts ?

Deux questions courantes. Que peut on pourtant en attendre ? Si vous étiez conscient de vos défauts et qu'ils étaient vraiment importants, n'y mettriez vous pas fin ? L'avoueriez vous à une personne qui ne vous veut pas que du bien ? Evitez de citer de faux défauts comme la gourmandise. De même, peut on parler légitimement soi-même de ses propres qualités ? N' est ce pas le travail des autres et particulièrement de votre interlocuteur ? La vieille technique consiste à avouer que ses qualités poussées à l'excès peuvent devenir des défauts. Vous êtes dynamique mais cela vous fait vivre à 100 à l'heure et il est bon de savoir se détendre. Vous êtes très tenace mais cela peut vous conduire à devenir très persévérant. Prenez des qualités en relation avec votre fonction. On accepte mal un vendeur qui avoue s'énerver facilement et chercher toujours à avoir raison. On cherche simplement à savoir si vous êtes capable d' émettre une opinion sur vous. Préférez toujours le jugement des autres et proposez de vérifier ce que vous dites en donnant les coordonnées d'une de vos références. Ne soyez donc plus surpris par cette question et à l'inverse ne rabâchez pas comme un texte appris vos trois qualités et vos trois défauts.

23) Quelle a été votre plus grande réussite ?

24) Quel a été votre plus grand échec ?

Une réussite ne vaut que par les efforts qu'elle vous a demandés. Donc évitez de citer vos gains au Loto. La question a différents sens en fonction de votre age. A 20 ans, on n'attend pas de vous que vous ayez réussi l'impossible dans votre métier. Vous avez encore du temps devant vous, non ? En ce qui concerne la notion d'échec, ici aussi ce qui est intéressant, c'est ce que vous en avez retiré ou les moyens que vous avez mis en oeuvre pour éviter ce qui s'est quand même produit. Renoncez au dialogue psychanalytique sur vos échecs sentimentaux.

25) Comment vous voyez vous dans cinq ans ?

On teste votre faculté à vous projeter dans l'avenir. Attention, la question peut être lourde de conséquence. Si vous décrivez votre envie d'évoluer et d'exercer à tout prix des responsabilités plus importantes, vérifiez bien que la société en question le permet. Vous risquez d'apparaître comme un jeune loup qui cherchera à quitter l'entreprise dès que possible. A l'inverse, en restant trop prudent, vous apparaîtrez comme peu entreprenant et passif devant les événements. Préférez une évolution dans le degré de vos responsabilités plutôt que dans leurs natures : un portefeuille de clients plus important, des comptes clés pour un commercial plutôt que des responsabilités Marketing, auxquelles vous êtes néanmoins ouvert.

26) Acceptez vous facilement l'autorité ?

Une question piège. En clair serez vous un problème pour moi qui suis votre supérieur hiérarchique ? Si vous acceptez tout, vous ne serez pas jugé digne de confiance; si vous montrez trop de rigidité vous deviendrez un problème et serez donc éliminé. Le principe est que l'entretien n'est pas un lieu pour remettre en question les enjeux de pouvoir, vous respectez donc l'autorité et la hiérarchie car le monde de l'entreprise se base d'abord sur la compétence. Ajoutez que vous effectuez encore mieux ce que l'on attend de vous quand cela est clairement défini et fait l'objet d'une véritable règle du jeu.

27) Est ce que votre vie familiale passe avant ou après votre vie professionnelle ?

Une question longtemps teintée de sexisme. Il semblait aux yeux de certains recruteurs - Hommes ou Femmes - que cette question s'adressait en priorité aux femmes. S'en suivait un couplet sur l'importance de l'un et de l'autre et sur votre capacité à exceller dans les taches de mère et de cadre. L'aspect sexiste a un peu disparu, en ce que la crise du marché de l'emploi remet pour les deux sexes fortement en question la valeur travail au profit de l'équilibre familial. Attention dans le cas de secteurs aux horaires de travail atypique : on teste ainsi votre capacité à assurer un travail le week-end ou à des heures tardives. Et ce surtout si on vous a déjà demandé si cet horaire vous posait problème. Privilégiez toujours les qualités d'organisation que vous possédez.

28) Aimez vous le changement ?

En clair, risquez vous de vouloir très rapidement évoluer, sous-entendu êtes-vous relativement inconstant? A l'inverse, on peut craindre votre manque d'adaptabilité.

29) Respectez vous les horaires ?

30) Etes vous ponctuel ?

On imagine déjà votre présence au sein de l'organisation et on l'aborde sous un aspect concret. C' est donc plutôt bon signe mais ne orientez vos réponses sur votre capacité à faire face aux contraintes du poste.

31) C'est quoi réussir pour vous ?

Par le biais d'une question généraliste, se dessine votre façon de concevoir votre évolution dans les années à venir. Vérifier toujours la cohérence de ce que vous affirmez avec ce qui a été rendu possible dans l'entreprise.

32) Etes vous marié, célibataire ?

Les questions sur votre vie sentimentale ne sont légalement pas des critères de sélection. La question peut simplement témoigner d'un intérêt pour votre style de vie, cerner au plus près vos motivations dans la vie. Moins noble, elle peut permettre d'aborder la question de la nécessaire mobilité géographique et votre capacité familiale à l'assumer. reformuler donc la question.

33) Quelles sont vos activités en dehors du travail ?

34) Faites vous du sport ?

La discussion sur vos centres d'intérêt extra professionnels ne doit jamais être trop longue.

35) Quelle est la profession de vos parents ?

Question qui peut surprendre, ce n'est pas vos parents qu'on embauche, mais vous ! Occasion de vérifier l'atavisme familial ou au contraire votre décalage par rapport au modèle parental. La question a un sous-entendu social important et n'est pas toujours neutre sur les préjugés de votre interlocuteur.

Thème 3 : Les questions ayant trait à l'expérience professionnelle

36) Pourquoi avoir choisi ce métier ?

Un rappel de votre motivation et la possibilité de vérifier si vos attentes correspondent aux données du poste.

37) Pourquoi avoir quitté votre employeur ?

38) Pourquoi ne jamais avoir quitté votre employeur ?

La question de vos relations avec votre ancien employeur est toujours posée. Il est donc important dans la mesure du possible de rester en bon terme avec celui-ci. Si vous ne restez en moyenne qu'une ou deux années dans un poste, on vous reprochera votre trop grande instabilité. si vous n' en avez connu qu'un seul on vous reprochera un manque d'audace dans la gestion de votre carrière ! La question est souvent une projection de ce que vous pourriez faire de nouveau.

39) Quel était le motif de votre licenciement ?

40) Pourquoi avoir été licencié?

Dans le premier cas, on met l'accent sur les causes de votre licenciement et non sur vous. Un licenciement économique traduisant des difficultés structurelles ou conjoncturelles de votre secteur d'activité ne vous rendent pas responsables de la situation. A l'inverse dans la seconde question on laisse sous-entendre, mais qu'avez vous fait ou plutôt pas fait pour qu'on décide de se séparer de vous ? Ne vous laissez jamais entraîner dans la reconnaissance d'erreurs supposées. Proposez de prendre contact avec votre ancien employeur pour qu'il témoigne de la qualité constante de votre collaboration.

41) Depuis combien de temps exercez vous ce poste ?

La durée est un facteur de crédibilité. On ne peut juger sérieusement de votre professionnalisme dans un domaine qu'après plusieurs années et moins de deux ans dans un poste équivaut à un niveau débutant.

42) Quelles étaient vos responsabilités ?

43) Qu' y faisiez vous concrètement ?

On attend une description précise des taches qui vous étaient ou sont confiées. Vous n'êtes pas "responsable des ventes" mais chargé de la prospection des comptes P.M.E./P.M.I., de la rédaction des propositions, de l'encadrement terrain d'une équipe de cinq vendeurs... N'attachez pas d'importance aux titres mais à la réalité de ce que vous faisiez. Les titres et autre dénominations de postes changent souvent d'une entreprise à l'autre, le métier plus rarement.

44) Décrivez moi une de vos journées de travail ?

Toujours une vision très concrète.

45) A quelle date êtes vous entré dans cette entreprise ?

46) A quelle date en êtes vous sorti ?

Une façon plus pointilleuse de vous faire préciser la durée. On cherche ainsi à vérifier si vous ne cherchez pas à tricher sur les dates en allongeant telle expérience ou à déceler les éventuels trous de votre C.V. consécutif à une période d'inactivité que vous auriez cherché à masquer.

47) Qu'avez vous réalisé durant cette période ?

Le coté résultat pratique pour des professions qui le permettent. Surtout avoir une idée très précise de ce à quoi vous avez participé, même à un échelon modeste.

48) Qu'avez vous appris à ce poste ?

On cherche aussi à vérifier si vous possédez bien les qualités qu'on pense nécessaires. On ne vous le demande pas directement mais par un détour astucieux.

49) Quel est votre plus grande réussite à ce poste ?

50) Quelle a été votre principale difficulté ?

Le retour du Qualité/Défaut ; Succès/Réussite appliqué au domaine strictement professionnel. Mêmes enjeux..

51) Quels échanges aviez vous avec les autres services ?

Il est utile de connaître vos capacités de dialogue avec des univers différents du votre, votre ouverture d'esprit.

52) Aviez vous des responsabilités d'encadrement?

Quel est votre style de management, de gestion de l'autorité. Celui-ci est-il compatible avec celui de la nouvelle structure ?

53) Comment avez vous trouvé votre emploi ?

Intéressant pour le recruteur, il vérifie ainsi sa propre forme de recrutement.

54) Comment avez vous trouvé votre stage ?

55) Qu'en avez vous retiré ?

Pour les stages, on connaît la difficulté de faire quelque chose d'intéressant. N'ayez pas honte de vous faire recruter sur votre relationnel - terme plus noble que le "piston" - faites remarquer que cela vous oblige à une plus grande disponibilité, un plus grand sérieux car il ne saurait être question de décevoir ceux qui vous ont fait confiance.

56) Quel autre métier aimeriez vous exercer ?

Ici aussi, on ne remet pas en cause des années de choix sur trente secondes..

57) Quel est le nom de votre supérieur hiérarchique ? son titre et la nature de ses responsabilités ?

La question a le mérite de vous replacer dans l'organigramme précis de votre ancien employeur. Cela permet de cadrer un peu plus vos déclarations sur l'importance de vos responsabilités. On prépare ainsi un éventuel appel de référence ou on se renseigne discrètement sur le fonctionnement interne de tel concurrent.

58) Parlez moi des personnes avec qui vous travaillez...

Description de votre environnement et de votre conception des rapports aux autres : utilitaire, descriptif, relationnel...

59) Avec qui ne sauriez vous pas travailler ?

60) Décrivez votre manager idéal ?

Concrètement on teste votre intégration dans l'environnement humain de votre nouvelle fonction. Etes vous capable de vous entendre avec les personnes qui travaillent déjà dans le service ? Le recruteur se doit à un moment ou à un autre d'attacher une importance à cet aspect des choses au dravers de questions indirectes.

61) Quels sont les paramètres financiers de votre poste ? (budgets gérés, montant des achats, contributions au CA, etc)

L' aspect chiffré vous rend bien plus convaincant. Un budget de 200 millions de francs signifient plus de choses que de grands discours. Utilisez le langage des chiffres quand vous cherchez à rendre concret vos arguments, comparez vos résultats dans l'absolu a toujours moins d'importance que dans le relatif. Comparez vous aux autres. Histoire : "Dans une ville existent deux coiffeurs situés dans la même rue. Le premier porte une enseigne "Au meilleur coiffeur de la Ville". Le second "Au Meilleur coiffeur de la Rue." Lequel pensez-vous que les clients choisiront en priorité ?"

62) Pouvez vous me donner le nom de trois personnes chez qui je pourrai prendre des renseignements ?

Veillez toujours à avoir prévenu AVANT les personnes cités de l'éventualité d'un appel. De son coté le recruteur doit vous demander la permission de les contacter. C' est une question de correction. Les cabinets de recrutement entreprennent quasi systématiquement une phase de vérification des éléments avancés comme les dates d'entrée et de sortie. Si vous refusez, vous introduisez irrémédiablement le doute dans leur esprit et apparaissez comme quelqu'un de peu clair et ayant quelque chose à cacher. Si vous ne souhaitez pas qu'on appelle une personne en particulier - votre dernier employeur en particulier - dites le clairement et expliquez pourquoi. Si vous êtes en poste, soyez vigilant à des appels qui pourraient mettre la puce à vos employeurs.

Thème 4 : Les questions ayant trait au salaire

63) Combien gagnez vous dans ce poste ?

La question posée de la façon la plus neutre. N'oubliez pas qu'on vous demandera parfois de justifier vos salaires par vos feuilles de paye.

64) Combien valez vous ?

Une manière de vous demander un chiffre en émettant un jugement de valeur sur votre personne. On ne vous demande pas ce que vous valez, mais combien ? Evidemment le coté réducteur et agressif de la question n'échappe à personne. On vous pose toutefois ces questions de salaire pour vérifier votre professionnalisme. Les salaires de marché sont publiés chaque année et vous devez être capable de savoir combien le travail que vous effectuez est "côté".

65) Quelles sont vos prétentions ?

La question la plus courante sur le sujet. On peut s'étonner qu' on vous la pose avant de vous avoir présenté les conditions salariales envisagées. Après tout, le budget salaire est un élément clé du recrutement et il serait naïf de croire qu'on attende après vos prétentions pour en fixer le montant exact. La réponse à cette question embarrasse beaucoup de candidats. Faut-il répondre par un chiffre ? Par une Fourchette de rémunération ? Par votre ancien salaire majoré de 20% ? Je n'ignore pas qu'on est souvent près à faire de gros sacrifices lorsque l'on veut à tout prix retrouver un emploi. Ne tombez pas dans deux pièges : celui de dire que vous accepteriez n'importe quoi et celui de faire un essai bénévole. Cela ne débouche sur rien de bon et tout travail mérite salaire. Si votre interlocuteur n'en est pas conscient, c'est que son poste n'est pas clairement défini ou qu'il cherche à vous arnaquer par des lendemains qui chantent. Sachez néanmoins toujours répondre à cette question même si vous ne le ferez qu'après avoir obtenu des renseignements précis. L'attaque du prix, c'est comme cela que les commerciaux annoncent à leur client le prix de ce merveilleux objet dont ils vous ont tant vanté les mérites et un moment clé de la négociation commerciale. Vous pourrez vous en inspirer mais personne d'autre que vous ne peut décider du risque que vous prendrez dans la réponse. Le Renseignement : La dernière enquête de tel magazine montrait que le salaire médian pour quelqu'un de mon age dans une entreprise de votre taille était de xxxx Dh. La Question : Je vais vous donner mon chiffre, mais de votre coté à combien estimez vous mon expérience et mon professionnalisme ? Le Budget : Vous avez sans doute prévu un budget pour ce poste, faites moi une proposition et je vous dirai ma réponse.

66) Accepteriez vous une rémunération inférieure à la précédente ?

Cette question prend tout son sens si on ne vous a pas demandé votre ancienne rémunération. Avant de répondre oui, réfléchissez aux conséquences : dévalorisation, impression de n'être pas capable de défendre sa juste valeur. Justifiez bien qu'un salaire est une contrepartie à vos efforts et à votre professionnalisme. Si vous savez que le niveau antérieur ne sera pas retrouvé de sitôt, expliquez pourquoi vous vous trouvez dans la tranche haute du marché. Si vous sentez que c'est véritablement l'élément clé et que vous êtes prêt à lâcher du lest par nécessité, vérifiez que c' est bien cet élément qui est l'unique obstacle à votre collaboration. Faites vous confirmer que sur tous les autres points votre candidature est celle que recherche l'entreprise : expérience professionnelle, capacité à être rapidement opérationnel...

67) Depuis quand n'avez vous pas été augmenté ?

Une autre manière de vous mettre la pression en évoquant un élément dont vous n'êtes pas maître. Expliquez la politique salariale de votre employeur mais ne laissez pas tirer des conclusions hâtives du style aucune augmentation depuis cinq ans signifie une personne arrivée au maximum de ses compétences et sans aucune capacité d'évolution.

68) Quelle forme de rémunération souhaitez-vous ?

On rentre un peu plus dans la politique de rémunération, en prenant soin de séparer la partie fixe, la partie variable liée aux résultats personnels ou à ceux de l'entreprise, l'intéressement qui est pratiqué ou non, la pratique du treizième mois ou autre. Renseignez vous autant que possible sur la politique salariale de votre interlocuteur.

69) Acceptez vous être rémunéré selon vos résultats ?

Le piège par excellence. Naturellement vous comprenez que vos résultats déterminent votre évolution dans l'entreprise et constituent un élément clé du salaire. Encore faut il que les règles d'évaluation soient claires et sincères. Cette question signifie la plupart du temps que vous ne serez rémunéré qu' à la commission, ce qui est certes motivant mais très stressant. Mesurez bien toutes les conséquences avant d'accepter : ce qui se passe en cas de maladie ; la perspectives de vivre une période blanche où vous ne gagnerez rien. Il est souvent des cas où vos frais professionnels - voiture par exemple - ne sont remboursés qu'en fonction de votre chiffre. Il est ainsi des mois où non seulement vous ne gagnez rien mais où vous dépensez de l'argent pour travailler. C'est dans ce cas de figure qu'on trouve beaucoup d'arnaques et il est toujours facile pour un recruteur passé maître dans l'art commercial de vous expliquer que son produit miracle se vend sans difficulté et vous assure un salaire confortable. Si tel était le cas, qu'est-ce qui l'empêcherait de veiller par une partie minimale à veiller à sécuriser son employé ? Vérifiez aussi si l'entreprise est en recrutement permanent, si les petites annonces sont courantes. Demandez à rencontrer les derniers entrants dans la société et à connaître leurs résultats du mois écoulé. Généralement, on vous demandera de suivre un stage de formation non rémunéré, de quelques heures à plusieurs jours. On vous dira même que l'on vous offre une formation qui vaudrait ailleurs des milliers de francs. On a relevé des cas ou l'on vous demandait de la payer ! NON! De telles pratiques sont plus que condamnables et la loi n'empêchera jamais une personne malhonnête de tenter d'escroquer et de se constituer une force de vente à moindre coût. Sachez toujours où vous mettez les pieds.

Thème 5 : Questions ayant trait à l'entreprise

70) Que savez vous de notre entreprise ?

71) Que savez vous de nos produits ?

72) Que savez vous de notre secteur d'activité ?

L'importance de ne se présenter qu'après avoir effectué un travail de documentation est ici évidente. On n'insistera jamais assez sur la déplorable impression que laisse un candidat qui ne connaît strictement rien aux besoins de l'entreprise - et ce quel que soit son niveau de formation.

73) Qu'est ce qui vous attire le plus chez nous ?

C'est une question de motivation appuyée sur votre connaissance précise de l'entreprise.

74) Que savez vous de notre organisation du travail ?

Question assez rare qui ne se pose qu'en cas d'une spécialisation assez importante ou d'une spécificité.

75) Connaissez vous quelqu'un qui travaille chez nous ?

Ce n'est pas de la curiosité mal placée. il est toujours utile de prendre un repère. Permet de déjà se sentir intégré dans le tissu relationnel de l'entreprise.

76) Connaissez vous notre PDG ? Qu'en pensez vous ?

Ne portez jamais de jugement de valeur sur les hommes. On peut vous demander si vous connaissez les dirigeants de votre future compagnie , particulièrement si ceux-ci ont une politique de communication dynamique. Il est toujours utile de connaître ses dirigeants, cela vous renseigne sur leur style de gestion du personnel mais aussi sur votre intérêt pour l'entreprise.

77) Qu'est-ce qui vous a amené a nous contacter ? (Candidature spontanée)

78) Pourquoi avez vous répondu à notre annonce ?

La réponse est grandement facilitée par votre travail de ciblage. Dans le cadre d'une candidature spontanée, on attend de vous un rôle encore plus directement opérationnel. Vous devez prouver en quoi vous apportez quelque chose sans attendre qu'on vous le précise. Naturellement, cela demande une meilleure connaissance du secteur ou du fonctionnement interne de l'entreprise contactée. Dans le cadre d'une réponse à une annonce, il existent bien sur des critères avancés : expérience, définition d'un profil type. Ne vous contentez pas pourtant de répondre que vous répondez parfaitement au profil type. Les autres candidats et candidates qui seront convoqués seront probablement aussi en phase avec le poste que vous, sinon ils n'auraient pas été convoqués ! C'est certes nécessaire, mais pas suffisant.

Thème 6 : Questions ayant trait à l'environnement du poste

79) N'êtes vous pas trop jeune ?

80) N'êtes vous pas trop vieux ?

La question de l' âge est parfois abordée. Soyez encore heureux lorsqu'elle l'est. Cela signifie qu'on vous laisse une chance alors qu'il est commode de ne rien mentionner et d'effectuer un tri selon ce critère. La question est vieille comme le monde et est pour le moins paradoxale : pour avoir de l'expérience il faut avoir travaillé et pour travailler il faut de l'expérience. On ne peut demander d'un jeune de 25 ans une expérience de 15 ans ! Je sais que cette question traumatise bon nombre d'esprits : on est tantôt trop vieux, tantôt trop jeune. Ce sont bien souvent des arguments fausse-barbe. On les avance parce qu' ils coupent court à tout. Vous ne pourrez pas vous enlever dix ans et je ne vous souhaite pas non plus vous voir vieillir prématurément. En règle générale, on mélange la notion d' âge avec celle de responsabilité et de salaire correspondant. Et ce d'autant plus que des primes sont directement liées à ce critère : injustes pour les uns, elles donneront un avantage parfois décisif pour les autres. Il ne nous appartient pas de réécrire la pratique des recrutements et de la politique de l'emploi, mais la compétence n'est pas directement liée à l' âge de ses artères et ce d'autant plus dans des secteurs où l'évolution technologique a tôt fait de rendre obsolètes vos connaissances d'hier. Le problème de l' âge, c'est aussi surtout dans votre tête qu'il se trouve. Ne le transformez pas en complexe même si vous savez qu'il constitue un handicap. Un handicap n'est jamais une tare qui vous enlève toute capacité, il vous oblige généralement à sur-compenser dans d'autres domaines. C'est dur, mais c'est ça ou le découragement total. et pui si on vous convoque en entretien, c'est bien que votre parcours intéresse non ?

81) Quels sont les trois principales causes d'échec dans notre métier ?

Une mise en parallèle de vos connaissances et de la pratique de l'entreprise. Préférez toujours un langage positif que l'énumération d'erreurs.

82) Diriger des hommes, est-ce que cela vous pose un problème ?

83) Etre dirigé par une femme, est-ce un problème pour vous ?

La lutte contre les préjugés sexistes est encore à mener.

84) Votre expérience montre que vous avez toujours travaillé dans de grosses entreprises, est-ce un problème de devoir travailler dans une structure plus petite comme la notre?

85) L'inverse : vous avez toujours travaillé dans de petites entreprises, Comment envisagez vous votre travail au sein de notre structure ?

Votre bilan personnel vous a déjà permis d'aborder pour vous même cette question. Le fonctionnement interne d'une P.M.E. n'a rien à voir avec celui d'une grande entreprise ; on tient à s'assurer dans un cas que vous serez bien un homme de décision, que l'aspect administratif ne prendra pas le pas sur le reste. A l'inverse, il est normal de s'interroger sur la capacité d'un homme qui a une large autonomie à devoir composer avec des procédures parfois un peu lourdes mais rendues nécessaires par la taille du projet.

Thème 7 : Questions diverses

86) Depuis combien de temps cherchez vous un emploi ?

Le temps moyen pour retrouver un emploi ne signifie rien. Il ne correspond jamais parfaitement à votre cas. Que vous soyez jeune primo-demandeur ou cadre de quarante ans, il est cependant raisonnable d'envisager plusieurs mois de recherche. La question sous-tend aussi que plus longtemps vous êtes en situation de recherche, moins grandes sont les probabilités de recruter une personne motivée. Ne tombez pas dans ce piège, ne trichez pas sur la durée et n'hésitez pas à montrer comment vous vous y prenez. Ce guide peut vous y aider. Vous ne relâchez pas vos efforts, vos PRM sont une justification. Vous n'attendez pas que cela se passe et vous le prouvez.

87) Que ferez vous si vous n'êtes pas choisi ?

Cela ne signifie nullement que ce soit le cas ! Ici aussi on voit des candidats partir dans un tout autre domaine, faisant en fait bien peu de cas de leur motivation pour le métier ou le secteur considéré. Retenez ce que vous voulez et montrez bien que cela n'entamera pas votre détermination à l'obtenir. Ce serait donc dommage puisqu' un concurrent de votre interlocuteur risquerait de profiter de vos services. Attention, argument à ne manipuler que si votre connaissance est parfaite et si votre motivation n'est pas feinte.

88) Quels sont vos différents contacts ?

En effet, on vous demande alors souvent les autres entreprises avec lesquelles vous êtes en contact avancé. Ne citez pas de concurrents juste pour faire bien. Méfiez vous de bien faire apparaître votre professionnalisme et ne donnez pas l'impression de rechercher dans n'importe quel sens.

89) Quel est votre niveau d'anglais ?

Les langues étrangères- l'anglais en premier - sont très importantes dans le cadre d'une économie mondialisée et la construction d'un espace économique européen doit nous imposer la maîtrise d'au moins une autre langue. Pour vérifier votre niveau, rien de tel que de continuer l'entretien dans la langue en question. Parlez aussi de vos voyages à l'étranger, de vos stages ou de vos déplacements professionnels, de vos lectures, des cours du soir, des télévisions étrangères que vous captez. Bref, de tous les moyens qui sont à votre disposition pour améliorer cette pratique.

90) Comment maîtrisez vous le logiciel xxxsoft ?

La connaissance d'un logiciel est fréquemment demandée. Cela signifie que vous allez travailler dans un univers bien déterminé et qu'il vous faut être directement opérationnel. Les logiciels sont sans cesse remis à jour, les évolutions sont courantes et rendent parfois dépassés votre dernier stage. D'un autre coté, les entreprises ne font pas toujours l'investissement pour se doter du dernier produit à la mode : leurs besoins sont correctement pris en compte par l'ancienne version.

91) Avez vous quelque chose d'autre à dire ?

92) Souhaitez vous ajouter quelque chose ?

Il serait dommage de répondre par la négative. On vous laisse une dernière fois la main et saisissez cette opportunité. Revenez sur un point qui vous tient à coeur ou un aspect de votre candidature que vous gardiez en réserve, persuadé qu'on allait vous poser cette question.

Thème 8 : Les questions qu'on ne doit jamais vous poser et auxquelles il ne faut jamais repondre

93) Etes vous souvent enceinte ? combien d'enfants ? (voir l'article" femmes : comment rassurer les recrutuers")

94) A quelle formation politique appartenez vous ?

95) Vous n'êtes pas adhérent à tel syndicat ?

96) Accepteriez vous de travailler avec des nègres ?

97) Préférez vous porter des bas ou des collants ?

98) Non mais, vous ne seriez pas vraiment con ?

99) Etes vous homosexuel ?

100) Quelle religion pratiquez vous ?

La loi prévoit votre protection dans quatre grands domaines :

LA SEXUALITE + situation matrimoniale LE SYNDICALISME LA POLITIQUE LA RELIGION On recense chaque année quelques "curiosités" qui font l'étonnement de la presse. D' abord ce type de recrutement est rare. Mais rare ne signifie pas qu'il ne peut pas exister. Une jurisprudence précise condamne ses abus. J'ajouterai que le respect du aux personnes impose une certaine politesse. Vous n' avez pas à subir les grossièretés d'un recruteur avide de montrer son pouvoir. Que peut-il de toute façon ressortir de cela ? Rien de bon et une séparation inévitable. Le monde du travail est un monde où l'égalité professionnelle entre les sexes, la libre expression des salariés sont toujours d'actualité. D'une manière générale, aucun recruteur sérieux ne s'aventurera sur ces chemins.


obsdurecrutement.free


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière