Énergies renouvelables : Cinq fermes solaires mises en service d’ici à 2020

Lors d’une rencontre tenue le 31 octobre dernier à Casablanca par la Chambre suisse de commerce, le ministre de l’Énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement, Fouad Douiri, a exposé la stratégie énergétique du Maroc pour les prochaines années.



Énergies renouvelables : Cinq fermes solaires mises en service d’ici à 2020
L’état et les perspectives de production et de consommation d’énergie au Maroc ont fait l’objet d’un déjeuner-débat organisé le 31 octobre dernier par la Chambre suisse de commerce à Casablanca. Le débat était animé par Fouad Douiri, ministre de l’Énergie, des mines, de l’eau et de l’environnement.
Le responsable ministériel a tenu d’emblée à souligner que le Royaume importait plus de 95% de son énergie pour un coût d’environ 90 milliards de DH en 2011.
Les défis sont importants à relever à ce niveau, devait expliquer M. Douiri : «les objectifs du gouvernement sont de garantir la sécurité d’approvisionnement et la disponibilité de l’énergie en la maintenant à des prix raisonnables. Cela passe par une maîtrise de la demande des consommateurs et une prise de conscience environnementale», a-t-il notamment précisé, soulignant que pour atteindre ses objectifs en la matière, le Maroc a choisi de grandes orientations stratégiques : repenser et diversifier la production énergétique en abaissant le coût et en mobilisant les énergies renouvelables, agir en matière d’efficacité énergétique, favoriser l’intégration régionale et la préservation de l’environnement.
Les grands objectifs pour 2020, fixés sous l’impulsion décisive donnée par Sa Majesté le Roi
Mohammed VI, sont l’installation de nouvelles sources d’énergie électrique permettant de porter à 42% la part de production de ressources renouvelables.
Cela permettrait l’économie de près de 2,5 millions de TEP (tonne d’équivalent pétrole), soit 18 millions de barils environ, et d’éviter ainsi l’émission de 9,5 millions de tonnes de CO2 chaque année.
L’intégration industrielle de nouvelles filières concernant les énergies renouvelables permettrait aussi la création de 13 000 emplois au Maroc.

Effet déterminant des lois

Le ministre a aussi rappelé dans son intervention le besoin de créer des lois nécessaires à cette transformation vécue par le Maroc avec, d’une part, la création du Fonds de développement énergétique (loi 40-08), de l’Agence d’énergie solaire (MASEN, loi 57-09) et de l’Agence de développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique (ADEREE, loi 16-09) pour la partie structurelle et institutionnelle.
Toutes les lois sont déterminantes et certaines le sont plus particulièrement en termes d’impact immédiat, comme la loi 13-09 portant sur les énergies renouvelables et destinée à favoriser la production et l’exportation de l’électricité verte. Idem pour la loi 47-09 relative à l’efficacité énergétique et fixant les exigences en la matière en imposant l’étiquetage des rendements pour les appareils et les équipements.
L’audit énergétique est, en effet, devenu une obligation pour certaines entreprises, tandis que les études d’impact énergétique le sont devenues aussi pour les nouveaux projets de construction et d’urbanisme déterminants pour les populations et l’environnement. À rappeler que le coût d’investissement pour installer aujourd’hui une capacité de 2 000 MW de production d’énergie solaire et 2 000 MW d’énergie éolienne est d’environ 12,5 milliards de dollars. «Cinq fermes solaires seront mises en service au Maroc d’ici à 2020 pour un total de 2 000 MW, répartis entre Boujdour (100 MW), Foum Al Quad (500 MW), Sebkhatah (500 MW), Ouarzazate (500 MW) et Ain Béni Mathar (400 MW)», souligne le ministre de tutelle, qui explique que, pour compléter ce nouveau mix énergétique, des centrales fonctionnant au gaz seront développées à travers le pays.

Repères

Le Maroc importe actuellement plus de 95% de son énergie pour un coût de presque 90 milliards de DH.
Les grands objectifs pour 2020 sont l’installation de nouvelles sources d’énergie électrique permettant de porter à 42% la part de production de ressources renouvelables.
Le coût d’investissement pour installer une capacité de 2 000 MW de production d’énergie solaire et 2 000 autres MW en énergie éolienne est d’environ 12,5 milliards de dollars.

Le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière