Emploi : Les secteurs qui recrutent le plus



Tourisme, textile, offshoring, BTP, immobilier, automobile… les plus demandeurs.
OCP, Tekfen, Renault, Aksal, Daewoo Engineering… les chefs de file.
Le marché de l’emploi retrouve son tonus. Après l’accalmie, conjoncture oblige, de grosses vagues de recrutements reprennent dans plusieurs secteurs d’activité. Tourisme, textile, offshoring, BTP, immobilier, automobile, services… sont aujourd’hui les principales activités à fort potentiel de recrutement.

A lui seul, l'offshoring ambitionne de recruter près de 70.000 personnes à l'horizon 2015 dont 30.000 dans les centres d'appels et 23.000 dans les activités BPO et ITO. Fort d’une croissance de 20% en 2010, le principal challenge de ce secteur consiste à réussir la formation et le perfectionnement de ses ressources humaines. Pour cette année, les centres d'appels affichent un besoin de 6.000 emplois directs.

Dans le tourisme, la Vision 2020 est venue dès cette année booster la machine des recrutements. Pas moins de 470.000 emplois directs seront créés à l’horizon 2020. Plus de la moitié de ces effectifs (51%) iront aux métiers des services et restauration. L’activité hébergement devrait absorber près de 30% des postes à pourvoir.

Pareil pour le textile qui revient de loin et enregistre le retour des donneurs d’ordre. Pour honorer ses engagements et assurer les commandes à temps, l’activité aura besoin de quelque 10.000 emplois d’ici fin 2011. Depuis le début de l’année, le secteur a réussi à employer quelque 1.500 personnes. D'ici 2015, les textiliens devront recruter pas moins de 30.000 personnes.
Il y a quelques mois, les multiples fermetures des unités de production se sont traduites par un phénomène de migration de la main-d’œuvre vers d’autres activités plus rémunératrices (commerce, immobilier, agriculture...).

Pour sa part, le BTP emploie près d'un million de personnes (main-d'œuvre, ingénieurs, cadres…), soit 9,9% de la population active (15 ans et plus). Le secteur a créé 63.000 postes, soit une augmentation de 6,6% du volume d’emplois du secteur. Les grands chantiers immobiliers (programme de logement social…) et d'infrastructures ainsi que les dispositions de la loi de Finances 2011 plaident en faveur de l’intensification des créations d’emplois dans l'immobilier et le BTP. "Ce qui nous donne une visibilité sur les 15 prochaines années. D'ailleurs, le secteur est demandeur davantage de main-d'œuvre non qualifiée dans les chantiers", s'accordent à dire les professionnels.

Du côté de l’aéronautique, le Groupement des industriels marocains de l’aéronautique et spatial (Gimas) se veut rassurant. Le Gimas concrétise sa volonté de recrutement avec l’ouverture de l'Institut des métiers de l'aéronautique (IMA) dès ce mois d'avril. "Le secteur devrait doubler ses effectifs dans un horizon de 5 ans et créer 8.000 nouveaux emplois", annonce Hamid Benbrahim Andaloussi, président du Gimas.

En revanche, l’agriculture, la forêt et la pêche peinent à attirer de nouvelles recrues. Ces activités n’ont réussi à créer que 21.000 postes en 2010 (soit une hausse de 0,5% par rapport à 2009), d'après la dernière note d'information du HCP. En tout cas, le plan Maroc Vert prévoit la création de 60.000 emplois à l'horizon 2012. Pour l’agro-industrie, le secteur génère quelque 3.000 emplois chaque année.

Le premier trimestre 2011 a également été marqué par la signature de conventions de partenariat entre l'Anapec et plusieurs opérateurs économiques (Aksal, OCP, Tekfen, Daewoo Engineering…).
A eux seuls, les besoins de ressources humaines du groupe Aksal s'élèvent à plus de 5.000 postes. A l'approche de l'ouverture du Morocco Mall, le groupe a besoin de recruter près de 1.200 personnes d'ici fin 2011 dans les 5 métiers: activité retail, luxe, malls, grands magasins et immobilier commercial. L'Office chérifien des phosphates (OCP) prévoit de créer entre 6.000 et 7.000 emplois dans ses différents sites de production.

L’entreprise turque Tekfen, qui a récemment contracté le projet de pipeline du phosphatier national, est en phase de recruter près de 3.000 personnes sur les sites de Jorf Lasfar et Khouribga. Tekfen recrute également sur le site de la raffinerie de Mohammédia (Samir).
Pareil pour Daewoo qui a un programme de 3.000 postes. Pour sa part, Renault est en train de recruter quelque 6.000 personnes pour le site de Tanger-Melloussa.

Formation
Le volet formation reste l’un des principaux freins à l’emploi. C’est dans cette optique que l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (Ofppt) multiplie les actions et programmes spécifiques. Pour l’automobile, l’Ofppt dispose de 119 établissements qui accueillent 20.140 stagiaires (2010-2011). Par ailleurs, l’Office vient de signer une convention avec l'Association marocaine des industries du textile et de l'habillement (l’Amith) pour la formation de 20.000 jeunes en 2011.
L’offshoring, pour sa part, compte 24 centres de formation en faveur de 9.500 stagiaires au titre de cette année. D'ici fin 2015, ce sont quelque 35.000 personnes qui seront formées dont 6.000 ingénieurs.

Mohamed AZMANI
L'economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière