Elections CGEM : Les alliances s’intensifient



Elections CGEM : Les alliances s’intensifient
Vice de forme dans la candidature de Horani?
Le duo Chaïbi-Alaoui dans le sillage d’Elalamy.
Continuité ou rupture?

A J-1 de la date limite de dépôt des candidatures à la présidence de la Confédération patronale (CGEM), le suspense persiste. Les toutes premières indiscrétions parlent de deux «clans» en lice. Le premier s’inscrit dans la continuité du programme de la présidence sortante. Il est représenté par le binôme Mohamed Chaïbi-Youssef Alaoui, respectivement vice-présidents.
«Dans le cadre de notre candidature, nous ambitionnons de maintenir le cap, de renforcer encore plus les actions de la Confédération et d’améliorer le climat de nos relations avec nos partenaires», précise un mailing adressé par le 1er ticket aux adhérents de la CGEM.
Quant au second tandem, il veut rompre avec le schéma actuel. Il focalise sa campagne autour d’un mot d’ordre: l’innovation.
Une chose est sûre, le dernier délai fixé pour le dépôt de candidature se poursuit jusqu’à la fin de la journée de ce 5 mai. L’assemblée élective est prévue pour le 21 mai.
Mais coup de théâtre, une source autorisée à la CGEM révèle que le second binôme n’a toujours pas déposé officiellement sa candidature pour joindre l’acte à la parole. De source interne à la confédération, l’on parle de vice de forme dans la candidature de Horani sans en dire plus.
D’autres développements sont d’ailleurs attendus, aujourd’hui, sur cette question. «Techniquement, le dossier Horani comporterait un manquement à la procédure interne des élections». Contactés par L’Economiste, les candidats Horani-Tamer sont restés injoignables.
En principe, la procédure des élections patronales en vigueur consiste d’abord à recueillir 100 signatures d’entreprises adhérentes pour déposer sa candidature. Vient ensuite une série de rencontres de l’ensemble des composantes (fédérations, associations et unions régionales…) pour recueillir leur soutien, leurs doléances et leur expliquer les grands axes du programme de l’équipe candidate. A l’heure où nous mettions sous presse, le tandem Horani/Tamer n’avait pas encore effectué ce cheminement.
Pour leur part, les candidats Chaïbi/Alaoui ont déposé leur candidature il y a plus d’un mois. Ce qui leur a donné une longueur d’avance par rapport à leurs rivaux.
Youssef Alaoui a lui-même confirmé avoir mené une tournée relayée par un mailing envoyé à l’ensemble des structures de la CGEM. Le duo s’apprête à lancer son programme au lendemain du 5 mai.
Une panoplie d’actions a été préparée pour la promotion des candidats Chaïbi-Alaoui. Il s’agit notamment de séances de shooting (photo presse, affiches et flyers), un site web dédié à la campagne avec le détail du programme, une conférence de presse et des séances de coaching pour asseoir la notoriété et l’image du binôme.
A la veille du deadline des dépôts de candidatures, c’est le black-out total sur les éventuelles alliances, soutiens et affinités. Mais en tout cas, le vice-président Hammad Kessal se dit d’ores et déjà ouvertement en faveur du ticket Chaïbi Alaoui. D’autres devront lui emboîter le pas dès ce soir.

leconomiste.com


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière