Développement sectoriel : Le secteur minier en plein essor



Développement sectoriel : Le secteur minier en plein essor
Le secteur bénéficiera d'un nouveau plan sectoriel pour la restructuration des champs miniers et l'exploration de nouveaux gisements.
Le secteur minier prend de l'ampleur dans l'économie nationale. Bravant la conjoncture internationale difficile, tiré notamment par les phosphates, il est en passe d'accéder à un nouveau cycle de développement, d'après une étude sur le secteur réalisée par l'Observatoire de l'entrepreneuriat (Groupe BMCE). En fait, ce secteur bénéficiera d'un plan sectoriel présentant deux orientations majeures. Il s'agit de la restructuration des champs miniers qui sont actuellement en exploitation et la relance des opérations d'exploration afin de découvrir de nouveaux gisements. Ce qui permettra au secteur de renforcer sa position dans l'économie nationale. Actuellement, il contribue à hauteur de 6% au PIB, représentant près de 20% des exportations nationales, emploie près de 34 500 personnes et génère des investissements de plus de 4 milliards de DH.

De plus, le secteur minier, ajoute l'étude, exerce un effet d'entraînement important sur d'autres secteurs économiques et sur le développement régional. Il est toutefois à noter que la production minière est largement dominée par les phosphates (95%). Ce qui fait du Maroc un acteur international de premier plan dans ce secteur. En effet, le pays dispose dans son sous-sol des trois quarts des ressources mondiales de phosphate et est le troisième producteur mondial de ce minerai après la Chine et les États-Unis. Après une baisse de l'activité en 2009, suite aux effets de la crise économique mondiale, le secteur minier a bénéficié en 2010 du redressement de la demande étrangère et plus particulièrement américaine et brésilienne, enregistrant ainsi une croissance de 10%. Ce qui s'est traduit par une forte augmentation de la production du secteur qui s'est élevée à plus de 32 millions de tonnes, soit une hausse de 61,5% par rapport à 2009.

D'après l'étude, la forte demande extérieure et l'important programme d'investissements de l'Office chérifien des phosphates permettraient au secteur de confirmer cette reprise en 2011 (+11,5%).

Ce renversement de tendance n'a pas concerné uniquement les phosphates, mais également d'autres minerais. En fait, a relevé l'étude de l'ODE, si l'effondrement des cours des principaux minerais (plomb, zinc, cuivre, cobalt et argent) au niveau mondial et le recul des ventes ont contribué à la baisse des exportations en 2009, la tendance s'est inversée en 2010. Ce qui a permis au secteur minier de drainer plus de 40 milliards de DH d'exportations, après 20 milliards de DH en 2009. Ainsi, premier exportateur mondial de phosphates, le Maroc a écoulé courant 2010 plus de 36 milliards de DH de produits du phosphate et dérivés, soit près de 85% des exportations des produits miniers.

Par ailleurs, selon une étude publiée récemment par «Companies and Markets», citée par l'ODE, l'industrie minière devrait atteindre 1,43 milliards de dollars en 2015, soit une évolution de 18% par rapport à 2010. «Certes, le phosphate continuerait à dominer les richesses minières du Royaume, toutefois, d'autres métaux et minéraux commencent également à se positionner en tant que segments prometteurs comme l'étain, l'or et les diamants», a signalé l'étude.

Pour la production de phosphates, estimée à 19,96 millions de tonnes en 2010, elle dépasserait les 28 millions de tonnes en 2015, soit une évolution annuelle moyenne de 8,4%. Cette croissance sera favorisée par plusieurs facteurs, d'après l'étude. Il s'agit du caractère «alimentaire» de la demande adressée au secteur, des nouvelles applications du phosphore, de la construction du pipeline et, surtout, le programme d'investissement de 7 milliards de dollars sur 7 ans lancé en novembre par l'OCP.

Un sous-sol très riche

• Centre du pays : plomb, fluorine et antimoine.
• Anti-Atlas : cuivre, manganèse, métaux précieux (or et argent) et métaux stratégiques (cobalt, étain, wolfram).
• Haut Atlas : plomb, zinc, cuivre, manganèse, fer et barytine.
• Rif : fer, zinc, antimoine, métaux stratégiques et argiles smectiques.
• Oriental : plomb, zinc et charbon.
• Khouribga, Benguérir-Youssoufia, Meskala et Boukraa : phosphates.

Le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière