Croissance économique : Le Maroc prévoit – 2% en 2016



Au Maroc, le Ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Boussaïd a dévoilé lundi les prévisions de la croissance économique, en avançant avec précaution le chiffre de « moins de deux pour cent »  (- 2%) en 2016. Chiffre qui ne manquera pas de susciter un débat sur la place publique comparé aux chiffres annoncés auparavant par Bank Al-Maghrib et le HCP. 

Lors d’un point de presse, M. Boussaïd, qui était flanqué du Ministre délégué aux Finances, Driss El Azami El Idrissi et Faouzi Lekjaa, directeur du Budget, a expliqué que cette modeste croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) est due « à l’impact » de la récolte céréalière, suite à la faible pluviométrie enregistrée cette année.

« Il faut bien noter que la production céréalière au Maroc est passée de 115 millions de quintaux en 2015 à seulement 33 millions de quintaux en 2016… en d’autres termes une différence de plus de 70 millions de quintaux, » a affirmé M. Boussaïd, tout en rassurant son auditoire que cette croissance reste « positive » par rapport aux années 90, lorsque le pays enregistrait souvent « une croissance négative à cause des mêmes effets de la sécheresse ».

« N’oublions pas que l’économie marocaine est résiliente…et on doit se sentir confiants afin de faire face aux chocs extérieurs, y compris les chocs géostratégiques », a ajouté le ministre.    

Rappelons que la conférence de presse tenue au siège du Ministère des Finances à Rabat a été l’occasion pour l’Association des Membres de l’Inspection Générale des Finances (AMIF), d’annoncer l’organisation, en partenariat avec le Ministère d’un colloque sur le thème : « Quel modèle de développement pour l’entrée du Maroc dans le concert des pays émergents ? ».

Ce colloque qui aura lieu le 2 et 3 juin 2016 à Rabat, s’inscrit dans le cadre de la réflexion sur le modèle de développement à même de garantir au Maroc le saut qualitatif nécessaire pour rejoindre le concert des pays émergents, souligne-t-on.

« Il réunira des intervenants issus d’horizons professionnels et géographiques divers (experts internationaux, personnalités politiques, universitaires, praticiens de la chose économique du secteur privé, acteurs de la société civile) qui apporteront leurs témoignages, leurs réflexions et leurs éclairages sur la thématique retenue, » selon M. Lekjaa.

Parmi les 600 invités M. Benkirane et autres leaders politiques, ainsi que le patron de la Cour des Comptes, Driss Jettou, Nizar Baraka et Driss Yazami, respectivement les hauts responsables du Conseil économique, social et environnemental du Maroc (CESE), le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH).

  Il vise à promouvoir la culture économique et l’échange fructueux d’idées et de points de vue entre les acteurs économiques, sociaux et politiques sur la problématique du développement post-crise dans ses diverses dimensions : diagnostic de l’existant et consolidation des acquis (forces et faiblesses de l’expérience marocaine) ; définition des priorités, ainsi que des compromis et arbitrages possibles, etc.

Enfin, les participants aux travaux des 3 ateliers du colloque seront appelés à faire des recommandations et des propositions innovantes susceptibles de servir de base à l’élaboration d’un modèle de développent durable, performant et inclusif, à même de permettre au Maroc de concrétiser son ambition de rejoindre le club des économies émergentes.

+ LE PROGRAMME +

Les travaux du colloque sont structurés autour de 3 Panels complémentaires.

Le 1er Panel sera consacré à l’analyse de l’état du développement du Maroc et des résultats des réformes dans les domaines économique et social. A cet effet, ce panel se penchera sur l’examen des points forts de l’expérience marocaine, en l’occurrence le volontarisme et le pragmatisme qui ont marqué les politiques publiques dans les domaines des infrastructures, ainsi que celui des politiques macroéconomiques, sectorielles et sociales visant la satisfaction des besoins essentiels des populations et la lutte contre la pauvreté et les inégalités, sociales et spatiales. Ce panel sera aussi l’occasion d’analyser les insuffisances et les dysfonctionnements qui handicapent un développement plus prononcé du Maroc, notamment en matière de compétitivité, de capital humain, d’emploi et de protection sociale.

Le 2 Panel portera sur la présentation de quelques expériences de développement appliquées dans un certain nombre de pays et de diverses variantes qui s’écartent peu ou prou du modèle de développement préconisé par « le consensus de Washington ».

Les participants à ce panel sont invités à dégager les trajectoires alternatives de développement et les possibilités de réduire le poids des relations économiques Nord-Sud au profit du renforcement de la coopération économique Sud-Sud. La revue d’expériences étrangères permettra de mettre en exergue les clés de leur réussite et leurs limites éventuelles, ce qui contribuera à éclairer les stratégies et les choix relatifs à la mise en œuvre d’un modèle de développement rénové pour le Maroc.

Dans le prolongement des travaux des deux premiers panels, ceux du 3 Panel permettront de dégager les éléments susceptibles de constituer les fondements d’une vision nouvelle de développement pour le Maroc, notamment en termes de priorités, de types de réformes et d’actions à mettre en œuvre. La prospection des éléments d’un modèle de développement alternatif, parallèlement à l’examen et à l’analyse des leçons tirées des expériences nationale et étrangères, ainsi que des avis des experts en la matière, viendraient enrichir et irriguer la réflexion constructive, concertée et partagée autour d’un modèle de développement adapté aux spécificités du Maroc.

Ce nouveau modèle ne peut être que le fruit de la mobilisation de toutes les potentialités autour d’une vision qui servirait de référence aux orientations stratégiques et à l’ensemble des choix politiques, économiques, sociaux et culturels propres à hisser le Maroc au rang de pays émergent, et permettre, in fine,  de réaliser un véritable développement économique et social au service de l’ensemble de la population de notre pays.


19 article



         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière