Crédits bancaires : comment optimiser votre négociation



Pour demander un crédit d’un montant peu important, vous devez toujours faire un « appel d’offres », afin de mettre en concurrence les différentes banques. Pour le préparer, commencez donc par établir vous-même avec soin une « term sheet », c’est-à-dire le résumé des clauses essentielles du futur contrat de prêt que votre entreprise est prête à accepter. En effet, si contenu d’un contrat de prêt est mal balisé, il risque d’engendrer des difficultés dans le futur.

En outre, avant même de commencer à négocier les conditions de l'emprunt, essayez d’identifier les « non-dits » de la négociation. Pour protéger ses intérêts, et conserver ses marges, la banque va prévoir des clauses qui lui permettent soit de pouvoir se dégager complètement du crédit avant le dépôt du bilan, dès qu’elle peut anticiper des difficultés sérieuses pour l’entreprise, soit augmenter ses tarifs. Et le contrat de prêt sera suffisamment complexe pour que l’emprunteur ne se rende pas compte qu’il est en défaut.
Le point essentiel est de comprendre que la banque cherche toujours que l’emprunteur se trouve « techniquement » en défaut dès le jour de la signature du contrat de prêt. La plus grande hantise des banques, c’est en effet d’être traitées au même niveau que les autres créanciers chirographaires (c’est-à-dire sans garantie ni privilège) et donc dans l’impossibilité de récupérer les fonds prêtés.

Cependant, les craintes de la banque ne doivent pas empêcher l’entreprise de fonctionner. Attention aux clauses qui prévoient des engagements de faire ou de ne pas faire : par exemple, l’obligation d’informer la banque avant de céder une partie de l’actif ou de changer de business. Quand on a plusieurs petits crédits avec plusieurs banques, certaines d’entre elles peuvent vous bloquer dans l’évolution de votre activité.

Pour élaborer les clauses que vous souhaitez voir adopter, n’hésitez donc pas à demander conseil à un avocat spécialisé, car la documentation bancaire reste très technique, et votre expert-comptable n’est pas nécessairement compétent en droit bancaire.
Dans un contrat de prêt, rien n’est gravé dans le marbre. Les banques font du prêt-à-porter qui nécessitera toujours des retouches, avec des clauses adaptées à chaque entreprise. Négociez-les en fonction de votre situation, et à partir des meilleures pratiques obtenues auprès des différentes banques que vous aurez contactées.

l'entreprise.com


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière