Cotation : Jet Alu rate son introduction



Cotation : Jet Alu rate son introduction
Jet Alu a-t-elle raté son introduction ? Les craintes émises par les observateurs à l’annonce de l’opération se sont en tout cas confirmées lors de la première séance de cotation de la valeur. Vendredi, coïncidant avec le retentissement de la cloche par le patron de l’entreprise à la Bourse de Casablanca, a vu en effet la valeur clôturer sur une baisse de 9,72% pour un volume dépassant les 22 MDH. En d’autres termes, beaucoup des souscripteurs à l’opération ont vendu leurs titres Jet Alu à des cours plus bas que le prix de souscription, une situation qui semble complètement illogique. S’agit-il d’une chute provoquée par des investisseurs en vue de faire un plus gros ramassage du titre à l’avenir ? Est-ce une conséquence directe de la confirmation de deux autres IPO pour lesquelles certains des investisseurs qui ont souscrit à Jet Alu ont souhaité mobiliser des liquidités rapidement ? Ou serait-ce le fruit de la conjoncture boursière morose ? À l’heure où nous mettions sous presse, les interrogations fusaient de toutes parts au sein du marché sans qu’aucune réponse concrète ne soit disponible. Seule certitude, c’est que les introductions en Bourse par cession d’actions ne sont pas très appréciées à la Bourse de Casablanca. Et pour cause, il s’agit, selon les spécialistes du marché, d’opérations dont les flux générés ne bénéficient en rien au développement de l’entreprise et servent seulement aux actionnaires historiques à générer des plus-values. Dans ce cas de figure, beaucoup de méfiance entoure en général ce genre d’opération, chose qui s’est illustrée, pour le cas de Jet Alu, déjà lors de la période de souscriptions à l’IPO.  En effet, l’opération n’a été souscrite que deux fois, soit 1,6 million de titres demandés (principalement par les OPCVM actions et diversifiés) pour 816.667 titres émis, chose qui reste bien en-deçà des moyennes enregistrées par les IPO réussies auparavant. Pour rappel, lors de la présentation de l’opération, Les Echos quotidien s’était interrogé sur les chances de réussite de l’opération, notamment dans un contexte boursier morose. À ce moment-là, les représentants de CDG Capital, conseiller de Jet Alu dans cette opération, avaient répondu que «c’est en temps de crise que les bonnes affaires se font» affirmant qu’ils étaient très optimistes. Les prochaines séances leur donneront-elles raison ?


lesechos.ma


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière