Cooptation : Est-elle la meilleure solution pour recruter ?



En cette période de crise, plusieurs entreprises préfèrent recruter soit en interne, soit par cooptation si la situation le nécessite et dans le cadre d’une optimisation des frais de recrutements. Cette dernière démarche de recrutement est également de plus en plus en vogue, surtout en cette période où beaucoup d’entreprises se plaignent de candidats «mercenaires» qui changent d’employeurs pour aller travailler chez le plus offrant. Cette démarche n’est pas nouvelle, mais elle est de plus en plus d’actualité. Est-ce la bonne solution ? Quels avantages et quels inconvénients ? Y recourir est-il devenu un réflexe chez certaines entreprises ?
LE MATIN EMPLOI : Le recrutement par cooptation existe pratiquement dans tous les pays notamment industrialisés, qu’en est-il de cette pratique au Maroc ?
Ali Serhani : Si vous parlez de la cooptation au sein d’une entreprise c’est-à-dire qu’un salarié coopte un autre pour pouvoir intégrer l’entreprise dans laquelle il travaille, je dirai en risquant de vous étonner qu’elle est de moins en moins courante, et ce, pour diverses raisons. La première étant que les gens n’ont pas envie d’avoir de problèmes en recommandant x, y ou z. La vie de tous les jours nous apprend qu’il est très difficile de recommander qui que ce soit. Nous pensons bien connaître les gens, mais en fin de compte nous ne connaissons personne. Un salarié qui coopte un autre risque de se retrouver dans une mauvaise posture si la personne cooptée commettait un impair. Comme vous le savez tout va bien dans le meilleur des mondes quand il n’y a pas de problèmes. Il suffira qu’il y ait une petite escarmouche et l’on commencera à trouver un bouc émissaire. Devinez lequel ? C’est pour cette raison que de nos jours vous ne trouvez plus personne qui recommande qui que ce soit sauf bien sûr dans des cas très particuliers. Second cas : plusieurs personnes préfèrent ne coopter aucun candidat, car elles voient clairement qu’elles risquent sans le savoir de coopter leur propre patron alors qu’elles aspirent à certains postes d’encadrement au sein de l’entreprise. Certes comme susmentionnée elle existe de manière très solide dans certaines entreprises, mais elles se comptent sur les doigts de la main.

Peut-être que cela est également dû au fait que la cooptation n’est pas rémunérée comme cela se fait sous d’autres cieux ?
Pour ma part, je le dis clairement je suis contre toute forme de rémunération concernant une quelconque cooptation. Ceci pour la simple raison que nous risquons de nous retrouver dans le marchandage de tapis. La cooptation telle qu’elle est pratiquée aux USA, au Japon, en Corée du Sud ou en Europe a des règles et a atteint une maturité exceptionnelle. Chose que nous n’avons pas encore atteinte au Maroc. Donc, soit vous recommandez quelqu’un, car vous estimez qu’il sera d’un grand apport à l’entreprise dans laquelle vous travaillez et par-là vous démontrez la forte appartenance à celle-ci et donc sa forte culture d’entreprise, soit vous vous abstenez et restez à l’écart de choses qui ne vous concernent pas. Vous savez, dès que l’on rentre dans des considérations pécuniaires, la donne change.

Donc une certaine éthique s’impose ?
Tout à fait ! La cooptation exige une certaine éthique ou morale de la part de l’employeur et de ses salariés et surtout d’une certaine objectivité dans son application au sein de l’entreprise.

Pourriez-vous vous expliquer cette idée plus clairement ?
Pour être plus clair, je dirais que dans notre pays nous ne savons pas dissocier l’objectivité de la subjectivité dans nos rapports professionnels. Je citerai un petit exemple. Si vous rémunérez votre collaborateur pour vous avoir «ramené» un excellent profil, vous devez faire en sorte d’assumer votre choix dès l’embauche de la personne cooptée. Vous ne devez en aucun cas en vouloir à votre salarié si la personne cooptée s’avère nulle. Dans quelques-unes de nos entreprises, certains responsables prennent à titre personnel des situations identiques et en veulent à mort à la personne qui leur a recommandé quelqu’un qui s’est avéré défaillant. On dira toujours, mais qui a pu recruter une personne pareille ? Résultat : même si l’entreprise jouit d’une excellente culture d’entreprise plus personne ne s’amusera à coopter qui que ce soit. La cooptation c’est une culture !

Donc, tout miser sur cette méthode de la part de certaines entreprises n’est pas payant ?
Et comment !!! L’adage ne dit-il pas qu’«il ne faut jamais mettre tous les œufs dans un même panier» ? Vos salariés sont là pour faire un travail déterminé et non pour jouer le rôle de DRH ou de chasseurs de têtes. Sans oublier bien sûr que parfois on risque de tomber dans des situations de copinage et de complaisance et donc ne pas recruter les personnes adéquates selon des critères objectifs.

La cooptation n’est-elle pas une sorte de concurrence imposée par les circonstances actuelles aux cabinets de recrutement ?
Bien au contraire ! Il faudrait savoir que si une entreprise structurée fait appel à un cabinet de recrutement c’est tout simplement qu’elle a déjà utilisé toutes les démarches possibles (recrutement en interne dans le cadre des bourses d’emplois, réseaux, sites de recrutement en ligne et enfin cooptation). C’est lorsque toutes ses pistes n’ont pas été fructueuses qu’elle fait appel à un cabinet. Enfin, n’oubliez pas que plusieurs clients des cabinets de recrutements qui utilisent cette méthode font toujours appel à un cabinet de recrutement pour validation du candidat, car un «œil externe» est parfois nécessaire pour valider un recrutement stratégique.


le matin


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière