Conjoncture : Les économistes de plus en plus inquiètants



Conjoncture : Les économistes de plus en plus inquiètants
De l’avis des opérateurs et des économistes du CMC (Centre Marocain de conjoncture), le taux de croissance 2012 ne devrait pas dépasser, dans les hypothèses les plus favorables, le plancher de 3%. Un scénario que confirme de plus en plus la perspective de fléchissement de l’activité de nombreux secteurs de production, au terme du premier trimestre 2012. Pour cause, une conjoncture internationale en dégradation aggravée par une sécheresse qui sévit depuis le début de la campagne agricole. Devant un tel tableau, les économistes préconisent une configuration budgétaire qui pourrait se concevoir selon deux options, soit par un réajustement des principales composantes du projet de budget pour mieux l’adapter au contexte difficile qui pèse sur la situation actuelle de l’activité et ses développements dans les mois à venir, soit par un soutien à l’activité par les moyens budgétaires, et ce à travers la dépense publique, la fiscalité et même les instruments monétaires appropriés. Or, dans le projet de loi de finances, ni l’une, ni l’autre option ne semblent ressortir de façon nette des données du budget prévisionnel.


les echos


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière