Compétitivité logistique : TangerMed propulse le Maroc en haut du tableau

En 5 ans, 44 places gagnées dans les ratings internationaux.
Plan logistique: le Grand Casablanca en avance mais il faut trouver le financement.



Compétitivité logistique : TangerMed propulse le Maroc en haut du tableau
Pour sa conférence mensuelle, l’Association des centraliens du Maroc (450 membres en activité) avait convié le directeur général de l’Agence marocaine de développement de la logistique. Younes Tazi a procédé à une première évaluation de la mise en oeuvre de la stratégie logistique. Avant de brosser l’évaluation de la stratégie de développement de la compétitivité logistique, il a insisté sur un levier qui a transformé de manière structurelle la compétitivité internationale du pays, le port de Tanger Med. Le Royaume bipe désormais dans les radars de grands armateurs mondiaux, et donc des investisseurs. Et sa position s’améliore dans les ratings internationaux. Selon le rapport de la Banque mondiale «Connecting to Compete 2012: Trade Logistics in the Global Economy», le Maroc se positionne au 50e rang mondial en 2012 sur la base de l’indicateur de performance logistique (LPI) au lieu du 94e rang en 2007.

Ce sont 44 places qu’il a gagnées en 5 ans. Dans un classement plus récent qui porte sur un échantillon des pays émergents, le Maroc a affiché une amélioration de sa performance logistique supérieure à la moyenne dans le groupe de 45 pays à revenu intermédiaire. Il est placé 17e en 2012 contre 21e l’année précédente.

Ce tableau fait dire à Younes Tazi, directeur général de l’AMDL, que «la stratégie logistique commence à porter ses fruits». Il apporte une petite précision: l’horizon de la stratégie lancée en 2010 s’étale jusqu’en 2030 car chacune de ses composantes implique des mesures à très long terme. Une partie de l’auditoire composé aussi de quelques «X» (anciens de Polytechnique) et des «Supelec», semble découvrir ce «réaménagement» de l’échéancier. Alors ministre de l’Equipement et du Transport, Karim Ghellab (actuellement président de la Chambre des représentants) déclinait cette stratégie pour les années 2010-2015. D’ailleurs, l’objectif attendu de transformations du plan de développement de la compétitivité logistique, - baisser les coûts logistiques de 20 à 15% du PIB- était calé sur l’horizon 2015.
Mais vu la dimension et les objectifs adossés à cette stratégie, cette révision de planning est tout à fait normale. Cette stratégie est surtout un levier d’amélioration de différentes politiques sectorielles : l’industrie via le plan Emergence, l’agriculture au travers le Plan Maroc vert, la pêche via Halieutis ou encore la stratégie énergétique nationale.

Les réalisations visibles

Qu’est-ce qui a été réalisé depuis 2010? C’est surtout au niveau de la zone multi-flux du Grand Casablanca que les programmes sont les plus visibles. La première grosse opération a été la mise en service en juillet 2011 de la tranche I de la plateforme SNTL (Société nationale de transports et logistique) à Zenata sur 14 ha et le lancement des travaux de la deuxième tranche qui comprend 7 entrepôts de 6.000 mètres carrés réservés aux opérateurs privés et qui seront attribués après un processus de mise en compétition par appels d’offres.

Les travaux de la liaison maritime port-Zenata dont l’objectif est de désengorger le port de Casablanca et fluidifier les mouvements des marchandises dans la région sont lancés. Le port sec de l’ONCF (Mita) aménagé pour l’instant sur 12ha est déjà opérationnel. Cette zone logistique dédiée intégralement aux conteneurs sera à terme étendue sur 32 hectares. L’ONCF, qui nourrit beaucoup d’ambition dans les prestations logistiques, anticipe le développement futur des flux arrivés par Tanger
Med et destinés à l’hinterland, des flux aux volumes encore très faibles actuellement.

Les études portant sur la connexion routière (partie maritime) Zenata-port de Casablanca et l’aménagement préliminaire des zones logistiques multi-flux Zenata et Oulad Saleh sont aujourd’hui achevées.

Les études en cours concernent la section terrestre de la liaison Zenata–port, 3e voie ferroviaire Zenata-port et la mobilisation d’un millier d’hectares destinés à la zone logistique multi-flux du Grand Casablanca est en bon chemin.
Réservation de près de 200 ha aux activités au sein des projets de P2I/Agropoles. Acquisition de la quasi-totalité des 323 ha de la zone logistique multi-flux de Zenata. Lancement en cours d’une étude (financement BAD) relative au référentiel des emplois et des compétences des métiers de la logistique.

L'economiste



         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière