Compensation : Le système d’indexation d’ici début juillet

Le gouvernement active la réforme de la compensation par le système d’indexation des prix des produits pétroliers et par l’instrument de couverture du risque de volatilité des prix. La décision politique pour la réforme globale sera prise d’ici fin 2013.



Compensation : Le système d’indexation d’ici début juillet
Cette fois, c’est la bonne. Le ministre des Affaires générales et de la gouvernance, Mohamed Najib Boulif a déclaré au «Matin» qu’il s’apprête à démarrer la réforme de la compensation. Pour commencer, deux actions seront lancées dans les semaines qui viennent (fin juin-début juillet) avant la grande réforme du système de subventions prévue pour la fin de l’année. «Nous allons commencer par le système d’indexation des prix des produits pétroliers et par l’instrument de couverture du risque de volatilité des prix», a répondu le ministre à une question du «Matin», le 20 juin à Casablanca.
Mohamed Najib Boulif s’exprimait lors d’une rencontre sur le thème «Bonne gouvernance et climat des affaires : quel plan d’action pour conforter la confiance des investisseurs ?», organisée par la Chambre de commerce suisse au Maroc. Le ministre a encore souligné qu’il fallait entamer les réformes, car les dépenses de la Caisse de compensation continueront de peser lourdement sur le budget de l’État si rien n’est fait. Le gouvernement avait déjà indiqué qu’à défaut de prendre des mesures nécessaires, la charge prévisionnelle de compensation pourrait atteindre plus de 200 milliards de DH entre 2013-2016, contre près de 123 milliards sur la période 2009-2011.
Pour ce qui est de la première mesure, Boulif a indiqué que l’indexation des prix des produits pétroliers à la sortie des raffineries sur les cotations internationales (de Rotterdam en l’occurrence) sera effectuée à un certain seuil. Cela veut dire qu’il y aura répercussion sur le consommateur pour toute hausse ou baisse qui dépasse un certain pourcentage (probablement 2,5% comme l’avait déclaré l’ex-directeur de la Caisse de compensation Najib Benamour) des fluctuations des prix intervenant sur le marché mondial.

Concernant la couverture du risque de hausse des cours internationaux, le ministre a souligné qu’il faudra profiter des prix actuels du baril de pétrole qui sont à la baisse (autour de 105 dollars). L’instrument sera lancé au moment opportun. «Si nous ratons une différence de 5 dollars le baril, cela représenterait un manque à gagner de 200 millions de DH ou plus», a souligné le ministre Pjdiste. Boulif a confirmé encore une fois que les prévisions de la charge de compensation pour l’année 2013, établies selon plusieurs scénarios de l’évolution des prix internationaux des produits subventionnés notamment, seraient respectées. «Nous allons être dans la limite de la fourchette fixée par la loi des Finances, à savoir 40 ou 42 milliards de dirhams», a réitéré le ministre des Affaires générales et de la gouvernance. Cela représente un allégement de 11 à 13 milliards de DH par rapport à l’année précédente puisqu’en 2012 les dépenses de compensation avaient atteint plus de 53,36 milliards de DH, dont 32,4 milliards pour les produits pétroliers, 15,8 milliards pour le gaz butane et 5 milliards pour le sucre.
Par ailleurs, Boulif a indiqué que le lancement des mesures pour la réforme de la compensation allait se poursuivre d’ici la fin de l’année. «Nous avons d’autres actions qui vont venir. Ce sont des actions non pas structurelles, mais plus ou moins pilotes, notamment sur un certain nombre d’éléments de structure de prix ou autres», a-t-il déclaré lors de la conférence. Il a enfin précisé que, techniquement, la réforme globale du système de subventions «est tout à fait prête». Le consensus politique reste néanmoins difficile. Le ministre n’a pas précisé sur quels dossiers les parties prenantes n’ont pas encore trouvé un terrain d’entente. Mais, il est clair que les divergences concernent les aides directes pour remplacer le système actuel de subvention. Il s’agit de cibler 2 millions de familles les plus nécessiteuses pour accorder une aide mensuelle de 1 000 DH par mois. «Une fois que les pourparlers seront conclus et la décision politique prise, la réforme globale sera lancée. J’espère avant la fin de l’année», résume le ministre.

 
Moncef Ben Hayoun, LE MATIN


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière