Comment préparer une négociation ?



Si on l’entend au sens large, la négociation est une pratique permanente. Tous les jours nous négocions. Avec nos enfants, notre conjoint, nos collaborateurs, notre employeur, lors d'un entretien de recrutement, etc. Certaines personnes ont, par tempérament ou culture personnelle, un sens aiguisé de la négociation – elles aiment ça ! D’autres y sont moins à l’aise, souvent parce qu’elles ne disposent pas des outils nécessaires pour tirer le meilleur parti des situations qu’elles rencontrent, ou parce qu’elles redoutent le conflit et les confrontations.

Négociation Selon un cliché répandu, les professionnels français ne préparent pas suffisamment leurs négociations. Il faut se méfier des généralisations, bien sûr. Pourtant c’est quelque chose que je constate assez souvent dans les formations que j’anime, pour de grandes entreprises, auprès de populations variées, managers, acheteurs internationaux, commerciaux.

Pour simplifier, on rencontre deux approches caricaturales de la négociation :

1) La négociation sur position. Dans ce cas le négociateur tient un discours du type : “Je prend 100, et je te donne 80”. C’est rigide, parfois payant sur le court terme, mais avec un risque de détériorer la relation avec le partenaire.

2) La négociation “toute faite”. Le négociateur a préparé, il a imaginé les besoins de l’autre, il a inventé une solution “win-win”, et il la présente tout de go. Et là, patatras ! il s’aperçoit que l’autre ne pense pas comme lui, et il ne comprend pas pourquoi sa jolie solution n’est pas acceptée avec le sourire.

Dans ces deux cas, il y a un déficit de préparation. La difficulté est d’admettre que la négociation ne peut pas être “modélisée” à l’avance. Préparer, ce n’est pas définir une seule solution qui nous conviendrait. C’est considérer l’ensemble de la situation dans toutes ses composantes, avec la plus grande hauteur de vue. C’est le regard du stratège.

– Qui est en face ? Quelles sont nos relations ? Quelles sont ses motivations ? Ses intérêts personnels et professionnels ?

– Quels sont les éléments factuels, les données de base de la négociation ? Qu’est-ce que je veux obtenir précisément ? Que puis-je donner ? Quels sont les termes possibles de l’échange ?

– Quels sont les risques de conflit ? De blocage ? Quels sont les arguments et les raisonnements qui me seront utiles dans le cours de la négociation ?

– Quels sont mes limites : quelle sera la conséquence (le coût) d’un non-accord ? Qu’est-ce qui pour moi est inacceptable ? Ai-je un “plan B” ?

Inutile de dire qu’il est intéressant de préparer une négociation importante à plusieurs. En général, la clarté surgit du dialogue, d’un questionnement réciproque. La négociation est un processus mental qui “enferme” les interlocuteurs, ce qui peut aller à toutes sortes de blocages. Il faut donc “ouvrir le champ des possibles” avant de s’asseoir à la table de négociation. C’est à cette condition que l’on peut espérer inventer, dans le jeu de la confrontation et de la conciliation, des solutions originales, des accords créatifs, qui créent des relations durables et satisfaisantes pour les deux parties.


envie d'entreprendre


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière