Climat des affaires : Un numéro vert pour dénoncer retards et corruption



Un code aussi pour simplifier les procédures administratives.
La communication sur les réformes également au menu.

«Dans le plan d’action, nous avons choisi des mesures mûres et prioritaires. L’implication du gouvernement et le mode d’organisation qui concerne aussi le secteur privé constituent des garanties pour la concrétisation de ces mesures». Ainsi, Nizar Baraka, ministre chargé des Affaires économiques et générales, qui assure le secrétariat de la Commission nationale de l’environnement des affaires, se fie à l’organisation en cascade des groupes de travail mis en place. Management par projet, cahier des charges et délais à respecter sont le mot d’ordre des équipes de travail mises en place. L’objectif étant de faire aboutir des projets de réformes concrets et dont l’impact serait visible sur la vie de l’entreprise. La commission a même prévu une évaluation des résultats des réformes sur la base d’indicateurs chiffrés et publiés annuellement.
Pour 2010, la commission a opté pour quatre objectifs stratégiques et dix actions prioritaires. Parmi elles, l’on retrouve la simplification et le renforcement de la transparence des procédures administratives. Les retards dans les autorisations, les documents qui n’en finissent pas et qui changent en fonction des régions et des interlocuteurs… autant de handicaps souvent décriés par les entreprises. Contre cela, des actions sont prévues et les travaux sur certaines d’entre-elles ont démarré depuis quelques mois déjà. «Nous allons mettre en place un code des procédures avec pour objectif de supprimer toutes celles dont nous n’avons pas besoin et de simplifier les autres», affirme Nizar Baraka dans une déclaration à L’Economiste.
L’e-invest lancé en 2008 dans la région Chaouia-Ouardigha sera généralisé et facilitera donc les démarches administratives nécessaires à l’instruction des dossiers d’investissements. Pour plus de transparence, le décret sur la passation des marchés publics sera revu et les établissements à caractère administratif seront également tenus de publier les appels d’offres.
La lutte contre la corruption constitue aussi une priorité. Pour cela, la déclaration du patrimoine, qui a fait l’objet d’un texte adopté en Conseil de gouvernement, figure parmi les mesures de lutte contre cette gangrène. Les entreprises pourront, par ailleurs, recourir au numéro vert qui sera instauré auprès de l’Agence nationale de la PME en collaboration avec l’Instance nationale de lutte contre la corruption. L’idée étant de donner la possibilité à un entrepreneur en situation de blocage administratif ou qui fait l’objet d’une tentative de corruption de prendre contact pour dénoncer la situation.
Enfin, parmi les objectifs stratégiques pour 2010, la Commission nationale sur l’environnement des affaires s’est fixé pour objectifs la modernisation du droit des affaires, l’amélioration de la résolution des litiges commerciaux ainsi que la concertation et la communication sur les réformes.

leconomiste.com


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière