CDD ou intérim : points communs et différences



Les deux notions se ressemblent, mais le dispositif légal est totalement différent
L’intérim coûte souvent plus cher à l’entreprise, mais sa gestion administrative est moins contraignante.


Avec la flexibilité de l’organisation du travail, les entreprises sont de plus en plus nombreuses à user de ces formules qui sont, il faut le préciser, bien encadrées par la loi. Que ce soit pour l’intérim ou le CDD, on ne peut y recourir que pour des tâches limitées dans le temps et pour des cas très précis : remplacement d’un salarié absent, accroissement temporaire d’activité, emploi saisonnier...
Les règles qui s’appliquent aux deux formules sont quasi identiques. Toutefois, quelques nuances peuvent faire la différence. Comparatif.

Sur le plan légal

Durée du contrat : La durée maximale pour un CDD est d’un an alors que celle de l’intérim est de trois mois, renouvelable une seule fois.

Période d’essai : La période d’essai pour un CDD ne peut dépasser une journée au titre de chaque semaine de travail dans la limite de deux semaines lorsque la période du CDD est inférieure à six mois. Elle est d’un mois lorsque le contrat est supérieur à six mois.
Pour l’intérim, la période d’essai ne peut dépasser deux jours si le contrat d’intérim a une durée inférieure à un mois, 3 jours si la durée est comprise entre 1 et 2 mois et de 5 jours pour une période supérieure à 2 mois.

Renouvellement du contrat : Contrats CDD et d’intérim ne peuvent être renouvelés qu’une seule fois et pour une durée qui, ajoutée à la période initiale, ne peut dépasser la durée maximale autorisée. Si le contrat se poursuit au-delà du terme, il se transforme en CDI.

Flexibilité : L’entreprise et l’intérimaire peuvent mettre fin à leur collaboration sans préavis. En revanche, le titulaire d’un CDD peut être amené à payer des dommages et intérêts s’il désire arrêter sa mission avant la fin du contrat.

Du point de vue du management

Rémunération : A première vue, l’intérim coûte plus cher à l’entreprise que le CDD. Ainsi, la société d’intérim, employeur légal, est en mesure de mieux négocier le salaire de son collaborateur. En contrepartie, le donneur d’ordre a moins de contraintes du point de vue de la gestion administrative. Il se contente de régler la facture que lui présente son prestataire.
Le titulaire de CDD fait partie intégrante de la société. Il peut notamment bénéficier de certains avantages accordés par l’entreprise au même titre que les CDI (prime de fin d’année, prime de fêtes...).

Situation de l’emploi : Dans un souci de fidélisation, les entreprises ont plus de temps pour tester les CDD avant de les réintégrer en tant que CDI.

L’image du salarié : Sur la place, l’intérim est souvent utilisé pour des travaux peu qualifiés. Beaucoup jugent donc que la formule est dégradante. Pourtant, en Europe par exemple, c’est une forme de contrat très utilisée pour les cadres.

lavieeco.com


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière