Bourse de Casablanca affiche la plus forte baisse parmi les places de la région Mena



Bourse de Casablanca affiche la plus forte baisse parmi les places de la région Mena
Le Masi se ressaisit mais trop tard. Après une hausse de 0,35% en octobre, l’indice phare du marché casablancais a bouclé le mois de novembre sur une performance de 2,41%. Même si décembre devrait confirmer ce regain de forme en raison des opérations de fin d’année des institutionnels, le marché bouclerait l’année dans le rouge. Sur les onze mois écoulés, il a perdu -11,73%. Ces niveaux le place au dernier rang des principales places financières de la région Mena. La Bourse du Caire par exemple affiche une hausse de plus de 30% un an seulement après les troubles liées au printemps arabe. Pratiquement à la même période en 2011, le principal indice de la Bourse du Caire (EGX 30) chutait de près de 50%. Même la Tunisie s’en sort mieux avec une contre-performance annuelle de moins de 2%. Excepté Qatar Stock Exchange, les principales places des pays du Golfe enregistrent des performances positives depuis janvier. La chute des actions sur le marché casablancais s’est accompagnée d’un très faible niveau d’échanges. Plus que la performance des actions, l’érosion des échanges inquiète davantage les professionnels de marché. Les transactions globales ont chuté de plus de 47% comparées à 2011 qui était déjà une mauvaise année. A fin novembre, 24,2 milliards de DH ont été échangés sur le marché central soit 7 milliards de moins qu’à la même période l’année dernière. A l’exception des sociétés de financement qui superforment le marché, tous les autres secteurs sont dans le rouge. Les valeurs technologiques (-34,48%), le secteur pétrole et gaz (-36,57%) enregistrent les plus fortes baisses du marché. Risma et Med Paper essuient des pertes respectives de 35,64 et 35,90% à fin novembre. Les valeurs des secteurs agroalimentaires (-1,13%), distribution (-6,10%) ou encore mines (-2,78%) résistent mieux. Les grands secteurs cotés subissent également de plein fouet la conjoncture. Les télécoms avec Maroc Telecom reculent de 17,38%. Les banques et l’immobilier cèdent respectivement 7,10 et 9,88%. La contre-performance du secteur Bâtiment et matériaux de construction ressort à 16,49%. Certains brokers anticipent une amélioration de la situation du marché à partir du second ou du troisième trimestre 2013. Si changement il y aura, il dépendra beaucoup de l’introduction de nouveaux produits sur le marché. Ce qui revient à accélérer la sortie des textes sur le marché des capitaux. 2012 aura été sans doute une année de plus de perdu sur ce chantier!

L'economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière