Bon démarrage pour les succursales des banques espagnoles au Maroc



Bon démarrage pour les succursales des banques espagnoles au Maroc
Les représentations locales de Caixa et Banco Sabadell réalisent des performances commerciales supérieures aux attentes. Elles se démarquent par le conseil et la célérité de traitement des opérations bancaires.

Implantées au courant de l’année 2009, les deux seules succursales de banques espagnoles au Maroc (à Casablanca) semblent avoir entamé leur activité du bon pied. «En dépit du contexte international tumul-tueux, notre activité a plus que doublé depuis le démarrage de nos opérations», assure Ali Kadiri, directeur général de la succursale de Caixa, première caisse d’épargne espagnole. Tout aussi satisfait, Santiago Tiana, DG au Maroc de Banco Sabadell, 4e banque en Espagne, fait état, en moins de deux années pleines d’activité, d’un portefeuille avoisinant 300 clients, soit le double de l’objectif fixé à l’implantation de la succursale.
Ces bonnes performances commerciales se traduisent au niveau des comptes, que d’ailleurs les deux succursales sont tenues de publier parce qu’elles sont soumises aux mêmes règles de reporting que celles imposées par Bank Al-Maghrib à toute banque commerciale. Naturellement, en termes de volume, ces succursales sont loin de supporter la comparaison avec les champions nationaux. Mais les rythmes de croissance affichés restent notables et tranchent avec les croissances réalisées par leurs maisons mère, en proie à la morosité internationale. Ainsi, la succursale de Banco Sabadell a réalisé au premier semestre 2011 une ascension de près de 80% de ses créances sur la clientèle, à 108,2 MDH. Les dépôts ont plus que triplé, à 253,8 MDH et le produit net bancaire signe une expansion de 73%, à près de 9 M DH. Pour sa part, la croissance de l’activité de Caixa Maroc a été telle que le management a doublé le capital de la succursale pour le porter du minimum réglementaire de 200 MDH à 420 MDH.

D'autres établissements comptent s’installer

Avec cette bonne orientation de l’activité, les deux succursales peuvent espérer redresser plus tôt que prévu leur résultat net, pour l’heure déficitaire puisque grevé par les charges de démarrage de l’activité. Banco Sabadell Maroc devrait dégager son premier bénéfice dès cet exercice 2011 et vise à atteindre un total bilan de 200 millions d’euros (2,2 milliards de DH) d’ici 4 à 5 ans, selon le management.
Il ne faut pas déduire pour autant de ces réalisations et prévisions que les premiers mois n’auront été qu’un long fleuve tranquille pour ces succursales. «Les demandes de financement ont régressé sur la période concomitamment au recul de l’investissement étranger au Maroc», concède M. Tiana. Car il faut préciser que les succursales se positionnent presque exclusivement sur le corporate banking. Elles offrent des services de financement ainsi que des moyens de paiement en priorité aux compagnies espagnoles ayant des intérêts commerciaux avec le Maroc ou déjà installées dans le pays. Et réciproquement, bien que cela soit plus rare, ces succursales sont habilitées de par l’agrément octroyé par Bank Al-Maghrib à offrir les mêmes services aux entreprises marocaines entretenant des relations commerciales avec l’Espagne. L’avantage de leur offre ? Ni un taux de financement plus avantageux, ni des frais allégés. «Vis-à-vis des entreprises espagnoles, nous nous positionnons plutôt par notre connaissance du marché marocain et nous offrons des ressources financières adossées à un service de conseil pour cette cible», résume M. Tiana. S’ajoute à cela un traitement plus rapide que le circuit classique des opérations bancaires entre les deux pays, notamment dans le cadre des opérations import/export.
L’une comme l’autre, les deux banques espagnoles voient dans l’implantation de leur succursale un moyen de fidéliser la clientèle corporate espagnole. Et elles pourraient bien être suivies par d’autres établissements. La banque centenaire, Caja Canarias, avait annoncé son intention début 2010 de créer une représentation au Maroc, sans concrétisation pour l’heure.
Signalons enfin que le développement par voie de succursale au Maroc n’est pas l’apanage des grandes banques espagnoles. En effet, le groupe jordanien, Arab Bank, a fait le choix de se développer sous forme de succursale sur le marché national depuis 1998. Présent à travers un réseau de 10 guichets dans tout le Royaume, le groupe développe une vocation de banque universelle au Maroc en ciblant autant les particuliers (crédit consommation, immobilier…) que les entreprises.
 

Réda Harmak.
www.lavieeco.com



         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière