Balance commerciale : Le déficit s’aggrave de 19 milliards de DH!

Il a atteint 183 milliards de DH à fin novembre.
Il dépasse de 19 milliards la valeur à l’export.
Un trou qui pèse désormais 22% du PIB.



Balance commerciale : Le déficit s’aggrave de 19 milliards de DH!
La situation des échanges extérieurs continue d’inquiéter. Le déficit commercial s’est alourdi de près de 19 milliards de DH à fin novembre à 183 milliards de DH, soit plus que la valeur des exportations sur les onze premiers mois de l’année (164 milliards de DH). Le taux de couverture a reculé pour sa part de 2% sur une année à 47,3%. Désormais, le déficit représente 22% du PIB. À ce rythme, il pourrait dépasser le niveau déjà élevé de 2011 (23% du PIB). Autrement dit, il s’aggrave quasiment de 2 points de pourcentage chaque mois. Un déficit qui dépasse de loin les prévisions du FMI (plus de 8% du PIB).

L’une des explications de ce déficit structurel tient toujours à la facture énergétique ainsi qu’à la perte chronique de la compétitivité extérieure du pays. La progression des importations demeure largement plus importante que celle des exportations.

En effet, lorsque les ventes à l’étranger du Maroc progressent de 3,1%, les importations, elles, augmentent de 7,5%. Le rapport est plus valable en valeur absolue.  A fin novembre, l’import culmine à plus de 347 milliards de DH tandis que la valeur à l’export ne s’élève qu’à 164 milliards de DH. Résultat: un déficit commercial qui se creuse de 11,8% sur un an.

En attendant, la progression des importations reste en partie imputable à la flambée de la charge des produits énergétiques qui représente 55,7% de la hausse totale. Les importations des produits énergétiques se sont appréciées de 16,7% pour culminer à plus de 94,4 milliards de DH, soit 27% de la valeur des importations. Autrement dit, près d’un dirham sur trois à l’import paie la facture des produits énergétiques. Cette évolution fait, notamment, ressortir une hausse de 19,8% du gas-oil à 33 milliards de DH et de 18,4% à 17 milliards de DH du gaz pétrole. Les importations du brut progressent, elles, de près de 18%. Aux côtés de la facture énergétique, la majorité des biens et services importables augmentent. Les biens d’équipement progressent de 9,3%. Ce qui permet de maintenir l’investissement des entreprises pour soutenir la production. «La dynamique de la croissance de l’économie nationale qui est à un stade de changement profond nécessite d’importants besoins en biens d’équipement et d’intrants», note Abdelkader Amara, ministre de l’Industrie (cf. L’Economiste du 12-12-2012). Les demi-produits baissent, en revanche, de 1%.

Les importations de biens finis de consommation, pour leur part, s’accroissent  de 5,5%. Une hausse qui se matérialise particulièrement au niveau des voitures de tourisme (+17%) et de leurs composants (+6,1%) ainsi qu’au niveau des tissus et fils synthétiques (+6,6%).

A contrario, l’évolution de l’offre exportable du Maroc à fin novembre fait ressortir un recul de 0,6% des expéditions de dérivés de phosphates à 32 milliards de DH. Les exportations de phosphates, elles, se maintiennent (4,7%) à 11 milliards de DH.

Les produits alimentaires suivent un trend inverse. Les expéditions de légumes frais vers l’étranger régressent de 27% et celles des agrumes de près de 33,7%. Les expéditions des produits de la mer font mieux. Les ventes de conserves de poissons marocaines se sont appréciées de 29% à 4,8 milliards de DH. Celles du poisson frais de 14,7%.

De leur côté, la commercialisation de véhicules industriels à l’étranger poursuit sa progression (1%), et celle des voitures de tourisme a été quasiment multipliée par 5, atteignant 4,8 milliards de DH. Tendance plus contenue pour les composants d’avions qui reculent de 4%.

Compte tenu de la conjoncture à l’international, la baisse des transferts MRE se poursuit. A fin novembre, ils se sont repliés de 4% pour se fixer à 51 milliards de DH. Dans ce sillage, les recettes touristiques reculent de 2,3% à 53,66 milliards de DH seulement. Les IDE résistent mieux. Les recettes des investissement et prêts privés étrangers ont totalisé 26,57 milliards de DH, soit une augmentation de 1,2% en rythme annuel.


Btissam ZEJLY, L'economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière