Automobile : Les françaises performent mieux au Maroc



Automobile : Les françaises performent mieux au Maroc
LES marques automobiles françaises affichent de bien meilleures performances au Maroc que dans leur pays d’origine. Elles enregistrent de considérables baisses de volumes à cause de la fin de la prime à la casse. En France, à fin février, les ventes de PSA se sont effondrées de 29,2%, la marque Peugeot en tête. Celles du groupe Renault ont décroché de 28,5%. Le scénario est bien différent au Maroc. En effet, dans le segment des véhicules particuliers, Dacia est  indétrônable avec 2.141 véhicules écoulés et une croissance de plus de 12%. Elle est suivie par Renault qui a vendu 1.421 unités. La troisième place revient à l’autre marque française, Peugeot avec 754 immatriculations.
A tort ou à raison, certains acheteurs automobiles ont reporté leurs acquisitions au-delà du 1er mars, date de l’entrée en vigueur du démantèlement tarifaire (cf. www.leconomiste.com ). Mais, mauvaise nouvelle, la majorité des concessionnaires ayant déjà intégré l’effet démantèlement dans leur prix, la baisse ne sera pas généralisée. Les plus malins qui pensaient à acquérir un véhicule directement d’Europe seront déçus. En fait, les concessionnaires européens sont tenus de respecter la règle de régionalisation. Ils ne sont pas en droit de vendre des voitures neuves à des clients de l’étranger pour un usage hors Europe. (Voir L’Economiste du 29 février 2012).
En partie à cause de l’euphorie démantèlement, le mois de février a connu un léger ralentissement des ventes par rapport à janvier. A cela s’ajoute l’attente du salon de l’automobile de Casablanca qui promet plusieurs  promotions. Ainsi, durant le mois de février, 9.603 véhicules ont été écoulés contre 9.752 un mois auparavant, soit une baisse de 1,52%. Le segment de véhicules particuliers (VP) a été plus touché par la baisse. Il a accusé une contre-performance de 5%. Cependant, grâce au volume de ventes important enregistré en janvier, le cumul des deux mois est de 17.223 en hausse de 20,65%. Après une longue période de flottement, les ventes de véhicules utilitaires légers (VUL) reprennent avec un bond de 27%. Cette tendance témoigne de la reprise des marchés publics et des investissements au sein des entreprises. Malgré la dynamique que connaît le marché, les concessionnaires restent prudents sur leurs prévisions. « En 2012, le marché automobile devrait connaître une croissance entre 5 à 6% », estime Victor El Baz, président de la Centrale automobile chérifienne (CAC).
Une analyse plus en détails du marché de l’automobile fait ressortir d’autres marques à succès. Dans le segment des micro-citadines, Kia arrive en première position grâce à la nouvelle version de la Picanto. Sandero, la voiture de la marque roumaine Dacia a été la citadine la plus vendue depuis le début de l’année.  Avec un léger écart, la japonaise Toyota (Verso) arrive en première position des immatriculations des monospaces. Dans le marché des compacts, Ford est en haut du podium avec une substantielle différence avec ses concurrentes.


l'economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière