Agriculture/Agrégation: Des fonds pour rationnaliser l’eau d’irrigation



Agriculture/Agrégation: Des fonds pour rationnaliser l’eau d’irrigation
Sauvegarde de la nappe de Saïs, nouveau barrage… les projets.
Reconversion de l’irrigation gravitaire en irrigation localisée pour s’affranchir des aléas climatiques.
 Le développement de l’agriculture se fera grâce à une gestion rationnelle des ressources hydrauliques. C’est la conviction de M’hamed Bensouda, directeur régional de l’agriculture de Fès-Boulemane qui place l’irrigation au centre de l’action de son établissement. Cette option est dictée par l’importance qu’occupe ce domaine dans les activités socio-économiques des populations rurales et des plus-values qu’il permet de générer et s’inscrit dans le cadre de la stratégie du Plan Maroc Vert. De fait, l’investissement public alloué à ce secteur, à l’échelle de la région, est important. Il s’élève à pas moins de 1,4 milliard de DH pour les cinq prochaines années. Cet investissement est supporté par plusieurs sources de financement comme le budget général du ministère de tutelle et d’autres bailleurs de fond.

L’objectif étant d’abord la réhabilitation et la modernisation des réseaux d’irrigation dans les provinces de Boulemane, Sefrou et Moulay Yacoub. «La DRA se penche également sur la reconversion de l’irrigation gravitaire en irrigation localisée sur les exploitations privées et réseaux collectifs dans toute la région pour s’affranchir des aléas climatiques et atténuer la surexploitation des nappes (Subventions accordées par l’Etat aux agriculteurs, dans le cadre du Fonds de Développement Agricole ‘’FDA’’, variant de 80 à 100% du montant de l’investissement)». «Figurent aussi parmi nos priorités, la résorption du décalage d’aménagement hydro-agricole à l’aval des grands barrages dans les provinces de Moulay Yacoub et Taounate, et la préservation de l’environnement ainsi que l’utilisation rationnelle des ressources naturelles spécifiques à l’eau».

Pour le responsable de la DRA, l’ensemble des actions menées, soutenu, d’aménagement de l’espace agricole et d’investissement est en passe de générer des effets très positifs. Ceci, en créant une dynamique à travers toute la région aussi bien dans le secteur agricole que dans les secteurs situés à l’amont et à l’aval de celui-ci en termes de création d’emploi, d’accroissement et de diversification de la production et d’activités connexes. A ce titre, le projet d’aménagement hydro-agricole du périmètre moyen Sebou - Inaouen aval et des périmètres bours limitrophes dans les provinces de Moulay Yacoub et Taounate est d’un grand apport. Lancés récemment, les travaux du grand chantier d’équipement hydro-agricole pour l’irrigation, à partir du barrage Idriss 1er, des Ouljas situées sur les deux rives des oueds Sebou et Innaouen, sur une superficie de 4.600 ha, nécessiteront une période de réalisation de 5 ans et une enveloppe budgétaire s’élevant à 865 millions de DH. «Ce projet permettra aussi le développement de la zone bour limitrophe sur une superficie de 12.400 ha (aménagements antiérosifs et plantations fruitières, promotion des techniques de conservation des sols et aménagement des pistes). En termes de retombées, ce projet profitera à 23.320 habitants et contribuera à l’augmentation du revenu des agriculteurs et partant, l’amélioration de leurs conditions de vie, le désenclavement des populations, la protection des terres agricoles contre l’érosion, la préservation des ressources en eau et la création de 2.000 emplois permanents. Le dernier projet est celui de la reconversion en irrigation localisée de près de 17.000 ha (7.000 ha pour la reconversion individuelle et 10.000 ha pour la reconversion collective). Celui-ci permettra à terme de réaliser une économie d’eau d’irrigation d’environ 24 mm3/an.

Ressources en eau

Notons que la région de Fès-Boulemane s’étend sur 2 bassins hydrauliques : le bassin du Sebou et le bassin de la Moulouya (respectivement 40% et 60% de la superficie totale de la région). La moyenne des précipitations est comprise entre 400 et 500 mm dans le bassin du Sebou, et de l’ordre de 200 mm dans le bassin de la Moulouya. Autres ressources hydrauliques, les apports annuels en eau de surface qui présentent une irrégularité importante dans l’espace et dans le temps. La région dispose, en effet, de 13 barrages et lacs collinaires ayant une capacité de stockage de 260 millions de m3. Une dotation de 90 millions de m3/an à partir du barrage Idriss I est réservée à l’irrigation du périmètre Moyen Sebou et Inaouen Aval qui s’étend sur une superficie de 15.000 ha et dont 5.500 ha relèvent de la région Fès- Boulemane (province de My Yacoub). Il est à signaler qu’un important barrage « M’DEZ » est en cours de construction d’une capacité de retenue de 700 millions de m3. Celui-ci permettra de régulariser un volume annuel de l’ordre de 125 millions de m3 destiné essentiellement à la sauvegarde de la nappe de Saïs.

L'economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière