2M & SNRT : Nouveaux cahiers des charges



2M & SNRT : Nouveaux cahiers des charges
Là où ses prédécesseurs se contentaient à peine de jouer aux boîtes aux lettres, Mustapha El Khalfi, ministre de la Communication se mue en médium.
Première épreuve, les nouveaux cahiers de charges (2012-2014) du pôle audiovisuel public: 2M et la SNRT. Ils sont entrés en vigueur depuis hier 1er avril, remplaçant ainsi les cahiers de charges de 2009-2011. Ces derniers ont dû être prorogés jusqu’à fin mars 2012 suite à une décision prise in extremis par le régulateur audiovisuel (Haca). 
La nouvelle version a donc été élaborée par le ministère de la Communication. Cette prérogative lui est reconnue uniquement dans l’audiovisuel public et à condition que le régulateur «approuve le projet établi par le gouvernement». Chose faite le 29 mars à Rabat, soit deux jours avant l’expiration du délai. La saisine du chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, intervient le même jour. Derrière cette célérité, il y a une anticipation. Ahmed Ghazali, président de la Haca, déclarait le 12 décembre 2011 sur nos colonnes que: «les futurs cahiers des charges sont en cours de préparation en vue d’être homologués. Nous ne sommes donc pas une simple chambre d’enregistrement».
A peine installé, le jeune ministre Pjidiste a accéléré le processus. «Transposer les nouvelles dispositions constitutionnelles, garantir une indépendance éditoriale et un droit de regard au téléspectateur tout en répondant à ses attentes… Tels sont les défis auxquels il fallait faire face lors de l’élaboration des cahiers de charges», précise, vendredi 30 mars à Rabat, le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement. Pour venir à bout de sa tâche, El Khalfi a multiplié durant deux mois des consultations avec 35 instances: associations, syndicats, linguistes… Il en ressort un chiffre similaire de mémorandums qui «surprennent». S’ensuivent, cinq réunions avec les opérateurs puis d’autres avec les ministères de la Culture et de la Famille; l’Institut Amazigh; le Conseil national des droits de l’Homme. Visiblement, beaucoup de monde en avait gros sur le cœur.  Préparer les cahiers de charges ne devait pas virer pour autant au procès. Il fallait se plonger dans les expériences anglaises (BBC), irlandaise, française, canadienne, américaine… et capitaliser sur les anciens cahiers de charges (2006-2008 et 2009-2011).
De l’autre bord, le régulateur nous explique qu’il «devait prendre en  compte les contraintes de mise en œuvre des premiers cahiers des charges liées à la publicité, au parrainage…Par rapport à la Constitution de 2011, les opérateurs publics devraient prendre davantage de responsabilité sur le pluralisme linguistique, culturel et politique…». Les violons sont donc accordés.


l'economiste


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière