25% des stations de carburants sont en grève aujourd'hui et demain

Les pompistes ont décidé de débrayer pendant deux jours, les 18 et 19 juillet. Ils réclament entre autres, la révision de l’accord régissant leur relation avec le Groupement des pétroliers du Maroc (GPM). Ce dernier, de son côté, estime qu’il n’en est pas question et souligne que le problème ne concerne que 500 stations sur les 2 000 que compte le Maroc. À en croire le président du GPM, il n’y aura pas de pénurie de carburant !



25% des stations de carburants sont en grève aujourd'hui et demain
Les pompistes marocains annoncent une grève générale le 18 et 19 juillet courant. La Fédération nationale des commerçants du carburant au Maroc semble déterminée plus que jamais à trouver une solution définitive aux litiges les opposant aux distributeurs de carburants. Mais il n’y a pas que cela, ils entendent, à travers ce débrayage, attirer l’attention sur une revendication plus globale : changer la loi régissant le secteur.
En effet, les gérants des stations-services qui affirment souffrir d’un vide juridique dans la réglementation de leur relation avec leurs fournisseurs ont établi une liste de revendications qu’ils ont soumise aux autorités compétentes. Ils réclament un statut juridique propre et la révision des différents points de l’accord conclu en 1997 avec le Groupement des pétroliers du Maroc (GPM).
L’accord en question semble donner plus de droits aux sociétés de distribution d’hydrocarbures, c’est du moins l’avis de la Fédération nationale des commerçants du carburant au Maroc. Étant propriétaires des murs et des terrains sur lesquels sont construites les stations-services, les fournisseurs peuvent à tout moment changer de gérant de la station après une période de préavis ne dépassant pas un mois et sans aucune indemnité, dénonce la Fédération des pompistes.
Deux autres points sont au cœur du désaccord entre les pompistes et les distributeurs. Le premier est lié à la mise en veilleuse des contrats de location-gérance prévus dans l’accord de 1997. En effet, cet accord donne le droit aux distributeurs de résilier arbitrairement les contrats, le temps que les deux parties arrivent à se mettre d’accord sur un contrat type.
Le deuxième point est relatif à la transmissibilité de la gestion des stations-services directement aux ayants droit en cas du décès du gérant. Sur ce point, les pompistes estiment que les contrats de gestion doivent se transmettre aux ayants droit, alors que l’autre partie considère que les contrats prennent fin avec le décès du gérant.
La Fédération nationale des commerçants du carburant au Maroc, qui a déposé plusieurs requêtes auprès des différents ministères, avait organisé un sit-in le 13 juin à Casablanca pour contrer certaines décisions de la justice. En effet, des tribunaux du Royaume ont tranché à plusieurs reprises en faveur des pétroliers qui voulaient récupérer la gestion de leurs stations-services.
De son côté, le Groupement des pétroliers du Maroc juge que les revendications des pompistes sont illégales et «vont à l’encontre du Code des obligations et des contrats». À l’évidence donc, le GPM ne prévoit aucun arrangement avec les grévistes en affirmant que la gérance héréditaire est un mode qui n’est pas envisageable en toute circonstance. Adil Zyadi, le président du Groupement reste ferme sur ce point : «si on s’amuse à changer les termes des contrats, pourquoi ne pas les annuler dans ce cas», s’interroge-t-il ironiquement. Toutefois, M. Zyadi se veut rassurant. L’approvisionnement des stations se fait d’une façon ordinaire. La majorité des stations continueront à servir les clients et on ne risque aucune pénurie de carburant, estime le responsable.
Reste à savoir que la grogne des pompistes n’est pas seulement liée à leurs problèmes avec les fournisseurs. Ils réclament aussi une exonération de la TVA sur la période allant du 1er janvier 2005 au 31 août 2006 ainsi qu’un remboursement des commerçants qui s’en sont déjà acquittés. Les commerçants du carburant exigent du ministère de l’Énergie et des mines de revoir à la hausse leur marge bénéficiaire (3% depuis 1994). Ils souhaitent la porter à 6%.

Repères

Sur les 2 000 stations-services accréditées au Maroc, 500 seulement vont observer une grève les 18 et 19 juillet, selon Adil Zyadi, président du Groupement des pétroliers marocains (GPM).
Le débrayage ne concerne, selon lui, que les locataires-gérants des stations, une catégorie qui ne dépasse pas 20% du nombre total des stations.

Ayoub Lahrache, LE MATIN


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière