2007, étape charnière dans le processus de transformation de BAM en S.A



2007, étape charnière dans le processus de transformation de BAM en S.A
L'année 2007 constitue une étape charnière dans le processus de transformation de Barid Al-Maghrib en société anonyme d'Etat. L'exercice précédent a été marqué en effet par des «décisions stratégiques» pour le développement de l'entreprise. Ces décisions, qui s'inscrivent en droite ligne avec les dispositions du contrat programme que cet établissement a signé avec l'Etat, portent notamment sur la séparation du compte Barid Al-Maghrib de la Trésorerie générale, la création d'une filiale dotée d'un agrément bancaire et la prise de participation dans le capital de Sofac à hauteur de 35 %.

«Il faut souligner deux points saillants, résultat dudit contrat programme.
Le premier concerne le changement statutaire de BAM qui sera transformé en société anonyme dans le but d'avoir un mode de gouvernance plus moderne et plus efficiente.

Le deuxième se rapporte à la création d'une banque postale», explique Noureddine Benali, directeur du pôle grand public.
Selon le même responsable, la séparation du compte de BAM de la Trésorerie générale était un préalable à la création de cette banque. En effet, il convient de rappeler à cet égard que Barid Al-Maghrib gérait les mandats nationaux et internationaux au profit de l'Etat, mais avec la mise en place de la Banque postale, BAM va pouvoir les gérer pour son propre compte. Toujours dans la même optique, l'entreprise entend mettre à profit son vaste réseau pour octroyer des crédits à la consommation.

La direction s'est attelée à cet effet au développement et à la modernisation du réseau. Pas moins de 60 agences verront le jour en 2008. Pour réussir les chantiers ouverts en 2007 et accompagner les mutations menées en profondeur par la direction, il a été procédé, au niveau interne, à une refonte totale de l'organigramme, ce qui a donné lieu à l'émergence de nouveaux pôles : grand public, messageries…
Toujours au niveau interne, BAM a procédé au cours de l'exercice précédent à la normalisation financière et à la certification des comptes.

Pour le directeur général de Barid Al- Maghrib, Anass Alami, les performances réalisées en l'espace d'un an montrent la mobilisation et la réactivité de l'ensemble du personnel qui se trouve justement au c?ur d'un plan de revalorisation et de mise à niveau.
C'est ainsi que BAM a établi en 2007 le bilan de compétences de l'ensemble de son personnel. Selon, le directeur du pôle grand public, «le capital humain est au centre du projet de modernisation de notre établissement. A cet égard, un plan de valorisation et de mise à niveau par la formation a été adopté».

Et pour insuffler une dynamique nouvelle au management et doter l'entreprise des compétences humaines nécessaires, une opération de départ volontaire sera organisée en 2008-2009 au profit de 1.600 salariés qui seront remplacés par le recrutement de 720 individus correspondant mieux aux profils recherchés et ce, pour un coût global estimé à 400 millions de DH. L'objectif étant d'améliorer la productivité.

«Personne ne sera obligé de partir. L'opération sera menée en concertation avec les partenaires sociaux. Mais d'ores et déjà plusieurs salariés ont manifesté leur volonté de bénéficier de cette opération», tient à rassurer M. Alami.
Toujours dans le cadre des efforts visant la valorisation et la motivation des ressources humaines, le directeur général a annoncé une augmentation salariale de 250 DH au profit des postiers.

Barid Al-Maghrib, qui a procédé donc à une refonte de ses structures, compte développer de nouveaux métiers (la banque) pour «profiter des opportunités d'un marché en pleine expansion». Les belles performances de BAM, ses ambitions ainsi que la perspective de sa transformation en société anonyme seraient-elles les préludes de sa privatisation? La réponse du directeur général est sans équivoque : «La privatisation de Barid Al-Maghrib n'est pas à l'ordre du jour. Quant à sa transformation en SA d'Etat, elle consiste à développer et à améliorer la gouvernance et le mode de gestion». Dont acte !
-------------------------------------

Chiffre d'affaires

Le chiffre d'affaires de Barid Al- Maghrib a progressé de 12,6% en 2007. Estimé à 1,2 milliard de DH en 2006, il s'est établi à presque 1,4 milliard de DH en 2007. Les chiffres ont été communiqués lors du point de presse organisé par BAM pour présenter son bilan de l'exercice précédent.
Globalement, l'ensemble des activités de BAM a connu une augmentation significative. C'est ainsi que le courrier a augmenté de 13%, les messageries de 23% et les services financiers de 10,2%. Corrélativement, les investissements ont progressé également. Ils ont été de 379 millions de DH en 2007 contre 273 millions de DH en 2006.

En 2008, BAM projette d'investir quelque 887 millions de DH. Pour le directeur général, ces investissements serviront surtout le développement et la modernisation du réseau. Les belles performances de Barid Al- Maghrib et la perspective de sa transformation en société anonyme seraient-elles les préludes de sa privatisation? La réponse du directeur général est claire : «La privatisation de Barid Al-Maghrib n'est pas à l'ordre du jour».


lematin.ma


         
 
                         
  Actualité   Investir au Maroc   Création d'entreprise   Vie d'entreprise   Services   Pratique  
 
  Investissement   Portrait du Maroc     Etapes de création     Gestion     Newsletter     Téléchargements
 
  Economie   Raisons d'investissement     Guide des formalités     Finance     Forum     Vidéo
 
 
  Bourse & Finances   Climat des affaires     Formes juridiques     Marketing     Guichets moukawalati     Galerie
 
    Société & Culture     Opportunités d'investissement     Aide aux PME     Ressources humaines     Liste des CRIs     Liens
 
 
  Entreprise     Fiche d'entreprise     Droits des affaires     Nouvelles technologies         Blogs
 
  Sport       Fiscalité     Emploi & Carrière